Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 avril 2008 2 29 /04 /avril /2008 04:09
Balise n° 10 : Devant un grand hêtre séculaire, Gaston Herbreteau (oui, c'est le mari de France) nous lit ses "asphodèles"...

       LES ASPHODÈLES

 

Dans mon boc a ge,

sur les chemin s de mon enfance,

 vous étiez là, p résentes,

    alignées en h aies

          en avril o u mai.

   J’avais peur d e vous cueillir

    - vous n’éti e z pas les plus belles –

     mais des f l eurs vous étiez les reines

      et votre fi e rté souveraine

me fait encor’ s ouvenir !

 

Gaston HERBRETEAU

(Chemin des ardillerséditions Soc et Foc)

 

 

( Photo : Marinette)

Partager cet article

Repost0
28 avril 2008 1 28 /04 /avril /2008 04:52
(image Internet : trekearth)
Entre deux balises du "chemin des poètes", voici un poème écrit par une stagiaire dernièrement à Mantes-la-Ville... (Il est librement inspiré par les Echos d'Eugène Guillevic.) 



Je n'ai pas d'idées,
disait le linge,
je sèche...

Partager cet article

Repost0
27 avril 2008 7 27 /04 /avril /2008 04:58
Balise n° 9 : Jean-François Franchet doit être un peu en retard... C'est France Herbreteau qui lira le poème à sa place...

Demain comme une houle

de mots

rangés par affinités opportunes

sur le sable

 

 

Jean-François FRANCHET

(Jeune fille au sourcil de coriandre

- éditions Donner à Voir)

Partager cet article

Repost0
25 avril 2008 5 25 /04 /avril /2008 04:47
Balise n° 8 : Le temps se lève...
Appuyée sur son bâton, Dan Bouchery vient de nous lire "Petite"...

Petite

Sur la route

Le temps d‘aller

De la maison

À l’école

J’aimais à traîner

Seule

Ce temps

M’appartenait

Hors de portée

De toute rigueur

J’y découvrais le Rêve
Dan BOUCHERY

( inédit )

(photo :
Marinette)


Partager cet article

Repost0
23 avril 2008 3 23 /04 /avril /2008 04:38
Balise n° 7 : Il pleut à peine... Juste retour des choses : Claude Held lit un des poèmes qu'il avait écrit quand il était en résidence, précisément à La Boderie...



la Boderie

(Ste-Honorine-la-Chardonne)

il y a une ornière

l’eau stagne

pas d’empreintes

pas de minutes plus courtes

un chien sort d’une cour

me flaire

reconnaît une bête –

de petites maisons sont posées

afin que rien n’échappe

de la fumée

Claude HELD

(Lieux d’Orne et d’ailleursPropos/2 éditions)

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
22 avril 2008 2 22 /04 /avril /2008 04:10
 C'est de tradition à Durcet : on se retrouve, à un moment ou un autre, autour d'une table !... La preuve, ces photos signées Michel Epaule.
En haut à gauche : brochette de poètes. A droite : "les paupiettes du poète" (appellation contrôlée).
Au milieu : Liska.
En bas : Franck calligraphe. 

Partager cet article

Repost0
21 avril 2008 1 21 /04 /avril /2008 04:12
Entre deux balises du "chemin des poètes", faisons un tour au "petit salon du livre de poésie" qui se tenait le dimanche 6 avril... (Merci à Michel Epaule pour ses photos d'ambiance.)
 Légendes des photos : En haut, à gauche : chez Gros Textes... A droite : Claude derrière les fleurs... En bas : Michel (Lautru) dédicace à tour de bras...

Partager cet article

Repost0
19 avril 2008 6 19 /04 /avril /2008 04:56
En l'absence de François David, c'est Franck Cottet qui lit "le loup et la biche". La pluie nous accompagne encore, mais on entend des commentaires du genre "ça va se lever..."



LE LOUP ET LA BICHE

 

Il n’y a pas qu’un seul amour.

Les fleurs bleues aiment les fossés,

Les cobras sont charmés par les flûtes,

Les chèvres consolent les chevaux.

Parfois les chiens aiment les chats,

Parfois l’été aime le vent

Et les vers de terre les étoiles.

Un jour le loup aimera la biche.

N’y a-t-il pas des soleils de minuit ?

 

François DAVID

(Petits poèmes de l’amour

- Lo Païs / d’Enfance -)

Partager cet article

Repost0
17 avril 2008 4 17 /04 /avril /2008 12:50

LA ROUE

La roue est la plus belle découverte de l'homme et la seule
il y a le soleil qui tourne
il y a la terre qui tourne
il y a ton visage qui tourne sur l'essieu de ton cou quand
tu pleures
mais vous minutes n 'enroulerez-vous pas sur la bobine à
vivre le sang lapé
l'art de souffrir aiguisé comme des moignons d'arbre par les
couteaux de l'hiver
la biche saoule de ne pas boire
qui me pose sur la margelle inattendue ton
visage de goélette démâtée
ton visage
comme un village endormi au fond d'un lac
et qui renaît au jour de l'herbe et de l'année
germe

Aimé Césaire (1913 - 17/04/2008)

Salut au poète Aimé Césaire parti rejoindre Léopold Sédar Senghor et Gontran Damas...

(image Internet : culturesfrance)

Partager cet article

Repost0
17 avril 2008 4 17 /04 /avril /2008 04:36
Balise n° 5 : il repleut un petit peu... Gilles-Jean Guglielmi n'étant pas là, c'est Anne Certain qui lit son poème, lecture saluée par des applaudissements...

 

En marche

Te suivre et te guider

Pister des traces jamais laissées

De l’inconnu fêter les retrouvailles

Se perdre sur nos sentiers battus

Seule vie qui vaille

La joie d’être vécue

 

 

Gilles-Jean GUGLIELMI

(inédit)

(photo : Marinette)

Partager cet article

Repost0