Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 04:46

(Image Internet : francaisedesjeux.com)

Du temps des Grecs, il n'était pas rare d'entendre une phrase comme :
"Calliope, où as-tu rangé mes phécases ?
" (Xénophane de Colophon)
ou encore : "Les nouvelles phécases de chez Nike n'arrivent pas à la cheville des vieilles phécases de chez Adidas." (Zénon d'Elée).


Voilà. Pour changer, j'ai commencé par les citations, ce qui vous permet d'aisément deviner que les phécases désignent les souliers blancs portés par les gymnasiarques et les prêtres. (Comme qui dirait les ancêtres des baskets ou des tennis.*)

* petite pancarte relevée récemment au marché de Briouze, à l'étal de la marchande de chaussettes : Nos tennis peuvent bouillir.

Partager cet article

Repost0

commentaires

C

Depuis le temps que je me dis qu'il faut que j'en achète ! alors en plus maintenant si elles peuvent bouillir ... je n'ai aucune excuse de ne pas le faire !


Répondre
J

Oui, mais il faut d'abord que tu guérisses et que tu retrouves la forme olympique...


G

Les grecs disaient-ils...phécases à ta gueule à la récré ? 


Répondre
J

Cher "collègue"*,
Merci pour ce commentaire savant sous forme de question. Bien que nous manquions de documents audiovisuels sur cette période, on peut penser que la réponse est positive. En effet, les
phécases de marque ont toujours été source de rivalités à l'intérieur du gymnasium...


* nous sommes parfois voisins chez Cécile.


H

Et à Briouze comme ailleurs, les tennis commencent à bouillir après 30 minutes de maths ou de philo, mais c'est d'impatience.


Répondre
J

Un peu comme Zappy Max ?...


M

Et tel Mr Jourdain, j'ai porté des phécases sans même le savoir !


Répondre
J

Idem pour moi. Quelque part (!), ça rassure, surtout quand on aime les mots croisés !...


Y

Sait-on qu'il a fallu attendre le XIXe siècle pour voir apparaître aux États-Unis la première phécase de couleur : la phécase de l'oncle Tom !


Répondre
J

Je vais t'avouer que je crois qu'on ne le sait pas, mais je n'en suis pas absolument sûr !...