Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juillet 2021 7 25 /07 /juillet /2021 04:00

Bon, jusqu'à ce jour, le mot "Tang" évoquait pour moi le célèbre super (hyper ?)marché asiatique des frères Tang situé au sud de Paris, avenue d'Ivry je crois... Lire le dernier Le Clézio m'a permis d'enrichir mes connaissances à ce sujet : on parle en Chine d'une dynastie Tang prenant place aux VIII° et IX° siècles, période remarquable d'expansion territoriale, économique et culturelle, mention particulière faite à la poésie...

Dans cet ouvrage intitulé : "Le flot de la poésie continuera de couler" et publié aux éditions Rey, Jean-Marie Gustave  donne un coup de projecteur sur le poète Li Bai et son poème :

Assis devant le Mont Jingting

 

Les oiseaux s'effacent en s'envolant vers le haut

Un nuage solitaire s'éloigne dans une grande nonchalance

Seuls, nous restons face à face, le Mont Jingting et moi

Sans nous lasser jamais l'un de l'autre

                                                 (Li Bai, traduction Le Clézio/Dong Qiang)

 

En bonus, la chanson d'Esposito : Un noble rossignol, par ici : 

https://www.youtube.com/watch?v=X87JJwF_1Dc

 

N.B. Prochain billet le 31 juillet...

 

1- en.livresbooksandcomppany.com / 2 et 3- scan.
1- en.livresbooksandcomppany.com / 2 et 3- scan.
1- en.livresbooksandcomppany.com / 2 et 3- scan.

1- en.livresbooksandcomppany.com / 2 et 3- scan.

Partager cet article

Repost0
19 mai 2021 3 19 /05 /mai /2021 04:00

Bon, aujourd'hui, un poème un peu "spécial", celui de Diem, la soeur de Anh, lequel nous avait raconté ses "aventures vaccinales" récemment...

Intitulé : "Le livre", il a été traduit du vietnamien par l'auteure elle-même, "coachée" par Flora. 

 

LE LIVRE

(Traduction du vietnamien)

Nuit de noces

Ce livre neuf vaut largement son prix exigé

C’est normal, il n’a jamais été présenté

Il y aura plusieurs tirages, promis, juré

Mon cher éditeur, tu en auras l’exclusivité…

 

Noces de cristal

Mon livre n’est plus neuf après quelques années

Lu maintenant avec tant de rapidité

Les meilleurs détails sont laissés de côté 

Dommage qu’il ne puisse plus faire rêver


 

On a tous besoin de nouveautés

Tes caractères sont de plus en plus brouillés

Ton dos disloqué et ta couverture abîmée

Tant de fois relue, l’histoire est inchangée

 

Noces de porcelaine

L’histoire reste belle, même ressassée

Toujours des découvertes si on y porte de l’intérêt

Car il existe maintes façons de pouvoir l’apprécier


 

A force de te lire et relire pendant des années

Contenu bien connu, on finit par s’en lasser

Difficilement supportable à un moment donné

 

Vingt-cinq ans après, le voisin songe

Je n’ai pas encore lu ce livre soi-disant usé

De le voir éveille mon envie, ma curiosité

Un jour, en cachette, je pourrais l’emprunter

Car il devrait rester des pages bien conservées !


 

Diem-Flora 2021

1- myfairyfair.be / 2- slatkine.com / 3- diacritik.com /
1- myfairyfair.be / 2- slatkine.com / 3- diacritik.com /
1- myfairyfair.be / 2- slatkine.com / 3- diacritik.com /

1- myfairyfair.be / 2- slatkine.com / 3- diacritik.com /

Partager cet article

Repost0
27 février 2021 6 27 /02 /février /2021 05:00

Aujourd'hui, un poème d'Aldo Palazzeschi, écrivain italien du siècle dernier. Participe un temps au mouvement futuriste, puis s'en éloigne par pacifisme. Romancier, poète, journaliste...

Rio Bo est un petit poème "de rien du tout" que je vous copie-colle en italien, puis en français.
Régalez-vous...

 

 Rio Bo

Tre casettine
dai tetti aguzzi,
un verde praticello,
un esiguo ruscello: Rio Bo,
un vigile cipresso.
Microscopico paese, è vero,
paese da nulla, ma però…
c’è sempre disopra una stella,
una grande, magnifica stella,
che a un dipresso…
occhieggia con la punta del cipresso
di Rio Bo.

Una stella innamorata!
Chi sa
se nemmeno ce l’ha
una grande città.

 

Aldo Palazzeschi

 

***

Trois maisonnettes
aux toits pointus,
un petit pré vert,
un ruisseau minuscule : le Rio Bo,
un cyprès en sentinelle.
Un pays microscopique, pas vrai ?
un pays de rien du tout, et pourtant,
au-dessus de lui il y a toujours une étoile,
une grande et magnifique étoile.
Elle joue de l'œil avec la pointe du cyprès
du Rio Bo.


Une étoile amoureuse ! Cela, peut-être,
même une grande ville ne l’a pas.

 

Aldo Palazzeschi

 

***

1- raicultura.facebook.com / 2-  amazon.fr  / 3- annamariamoro-cromatica.blogspot.com / 4- italianotizie.it / 5- photo : flora / /
1- raicultura.facebook.com / 2-  amazon.fr  / 3- annamariamoro-cromatica.blogspot.com / 4- italianotizie.it / 5- photo : flora / /
1- raicultura.facebook.com / 2-  amazon.fr  / 3- annamariamoro-cromatica.blogspot.com / 4- italianotizie.it / 5- photo : flora / /
1- raicultura.facebook.com / 2-  amazon.fr  / 3- annamariamoro-cromatica.blogspot.com / 4- italianotizie.it / 5- photo : flora / /
1- raicultura.facebook.com / 2-  amazon.fr  / 3- annamariamoro-cromatica.blogspot.com / 4- italianotizie.it / 5- photo : flora / /

1- raicultura.facebook.com / 2- amazon.fr / 3- annamariamoro-cromatica.blogspot.com / 4- italianotizie.it / 5- photo : flora / /

Partager cet article

Repost0
12 février 2021 5 12 /02 /février /2021 05:00

Sur le biloba, vous avez déjà fait connaissance avec Paola Pigani, pour son roman : Des orties et des hommes. Comme beaucoup d'autres, elle avait "démarré" en littérature par la poésie.

Extraits de Indovina, éditions La passe du vent :

 

Pour seuls témoins

Trois grues flirtent avec un arbre

Pour seuls témoins

les nuages

et ce vieil homme

dans son manteau crasseux

qui s'adresse à son chien

On n'a jamais connu

d'hiver aussi doux

tous les deux, hein ?

(Paola Pigani)

==========================

 

Le roi

Quatre CRS l'embarquent

dans un fauteuil roulant

ivre

il est enroulé dans un drap bleu ciel

ses jambes apparaissent sous le bleu

couleur de lèpre

le cortège traverse la gare de Perrache

déserte

à cette heure du soir

on n'entend que le grincement des roues

et les bottes des hommes

Le mendiant sur son trône

rit d'être seul en son royaume

(Paola Pigani)

==========================

1 et 2- pinterest.fr / 3- lyonmag.com / 4- lecteurs.com /
1 et 2- pinterest.fr / 3- lyonmag.com / 4- lecteurs.com /
1 et 2- pinterest.fr / 3- lyonmag.com / 4- lecteurs.com /
1 et 2- pinterest.fr / 3- lyonmag.com / 4- lecteurs.com /

1 et 2- pinterest.fr / 3- lyonmag.com / 4- lecteurs.com /

Partager cet article

Repost0
6 janvier 2021 3 06 /01 /janvier /2021 05:00

krk

Pas de voyelle dans ce mot, KRK, ce qui pose problème pour la prononciation...

Il s'agit pourtant d'une île de Croatie bien réelle, très appréciée des touristes, à ce qu'on dit...

Cette singularité m'a conduit à écrire le poème suivant, publié récemment dans l'excellente revue de Martine Magtyar, "Portulan bleu" numéro : 34/35 de décembre 2020.

 

Krk

 

Grus ! Grus !...

du grand Nord

dare-dare

elle descend

la grue cendrée

pour migrer vers le soleil

 

Parfois elle s'arrête

en route

pour faire une pause

sur l'île de Krk

par exemple

 

(Comme elle a du mal

à prononcer son nom

elle achète une carte postale

pour ne pas l'oublier)

 

Croa ! Croa !...

revoilà les touristes

disent en leur langage

les corbeaux croates

 

(J-C. T.)

1/2/3 - vacancesencroatie.com /
1/2/3 - vacancesencroatie.com /
1/2/3 - vacancesencroatie.com /

1/2/3 - vacancesencroatie.com /

4/5- vigienature.fr / 6/7- trustmyscience.com /
4/5- vigienature.fr / 6/7- trustmyscience.com /
4/5- vigienature.fr / 6/7- trustmyscience.com /
4/5- vigienature.fr / 6/7- trustmyscience.com /

4/5- vigienature.fr / 6/7- trustmyscience.com /

Partager cet article

Repost0
15 décembre 2020 2 15 /12 /décembre /2020 05:00

arc

Aujourd'hui, un poème de Jamila Cornali, intitulé : Arc et découvert dans "Traction-Brabant", la pétillante revue de Patrice Maltaverne.

(Assez peu de renseignements sur l'auteure qui vit à Narbonne et a déjà été publiée dans plusieurs revues de poésie comme "Lichen", "Cabaret", "le capital des mots", etc.)

 

        ARC

Je regarde le lac

L'arc de lune

s'y reflète

 

L'arc de lune

qui est

au-dessus

des arbres

 

Je décide

d'escalader un arbre

rêvant

de m'accrocher

à l'arc

 

Pour m'illuminer

à mon tour

 

Jamila Cornali.

1- fr.dreamstime.com / 2- photo : flora /
1- fr.dreamstime.com / 2- photo : flora /

1- fr.dreamstime.com / 2- photo : flora /

Partager cet article

Repost0
28 novembre 2020 6 28 /11 /novembre /2020 05:00

Programmée en 2020 sur le "chemin des poètes" de Durcet, on espère pouvoir accueillir Amandine Marembert en avril 2021, sous réserves de conditions sanitaires "normales", bien sûr...

Deux ou trois mots de présentation : Amandine vit à Montluçon, dans l'Allier où elle dirige, avec Romain Fustier, la revue "Contre-allées". Elle a publié de nombreux recueils dont : Les gestes du jardin (éditions Esperluette), C'est des poèmes (Cadex),  Renouées (éditions petit pois), etc.

Deux ou trois poèmes :

 

la petite fille que j'étais à huit ans

dans les rangs du jardin

ma petite fille de dix ans

et moi devenue mère

nous piochons à trois dans l'espace-temps

de nos gestes répétés

Amandine Marembert

(Les gestes du jardin)

*

au jardin je vais

des heures et des heures

le temps s’arrête

je rentre boire à la cuisine

il est déjà le temps d’un repas



les mains dans la terre

arrêtent les aiguilles

au cadran solaire

 

Amandine Marembert

(Les gestes du jardin)

*

l’orage provoquant

un grésillement des ondes
elle débranche les appareils électriques
vérifiant son pouls
au cas où il ne battrait plus
au rythme des grillons

 

Amandine Marembert

(Ell(e)s si tant est que )

*

La lucane grande biche

a des bois qui luisent

Près du tronc de cerisier mort

où elle vit

elle sort ses bois qui pincent le noir de l’air

elle sort des bois à la nuit tombée

 

Amandine Marembert

(balise n° 9, chemin des poètes, Durcet.)

 

1- esperluette.be / 2 et 3- valerielinder.fr / 4 - balise 9, chemin des poètes 2020
1- esperluette.be / 2 et 3- valerielinder.fr / 4 - balise 9, chemin des poètes 2020
1- esperluette.be / 2 et 3- valerielinder.fr / 4 - balise 9, chemin des poètes 2020
1- esperluette.be / 2 et 3- valerielinder.fr / 4 - balise 9, chemin des poètes 2020

1- esperluette.be / 2 et 3- valerielinder.fr / 4 - balise 9, chemin des poètes 2020

Partager cet article

Repost0
28 octobre 2020 3 28 /10 /octobre /2020 05:00

On l'a peut-être un peu oublié, Roland Bacri, aussi vais-je vous en dire deux ou trois mots... Pendant des années, on le retrouvait dans Le canard enchaîné sous ses noms de plume : "Le petit poète" ou "Roro de Bab-el-Oued". En effet, Roland Bacri est né dans ce quartier d'Alger (un premier avril !), en 1926, au temps de l'époque coloniale. Il fut tour à tour journaliste, comédien, romancier, mais surtout poète drôle...

Deux poèmes en passant :

 

Histoire salée



La douce rivière

sortant de son lit

s'est jetée ma chère

dans les bras mais oui

du beau fleuve


L'eau coule sous les ponts

et puis les flots s'émeuvent



- N'êtes-vous pas au courant ?

Il paraît que la rivière

va devenir mer !...




Le Petit Poète (Roland Bacri

La Canardothèque, 1957 et Syros, 1998)

 

*************************

Dithyrambe de lancement

Le ciel est par-dessus le toit

cible si calme

un arbre par-dessus le toit

brûle au napalm

 

La fusée dans le ciel qu'on voit

doucement teinte

De rouge et noir un grand convoi

de cris de plaintes

 

Mon Dieu mon Dieu la vie est là

simple et tranquille

cette terrible rumeur-là

vient de la ville

 

Espèce humaine que voilà

tuant sans cesse

dis, que fais-tu toi que voilà ?

Je serr' les fesses.

 

Roland Bacri

(Refus d'obtempérer,

Jean-Jacques Pauvert, 1959.)

1- babelio.com / 2- manifpn.canalblog / 3- picclick.fr /
1- babelio.com / 2- manifpn.canalblog / 3- picclick.fr /
1- babelio.com / 2- manifpn.canalblog / 3- picclick.fr /

1- babelio.com / 2- manifpn.canalblog / 3- picclick.fr /

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2020 4 22 /10 /octobre /2020 04:00

On m'a offert récemment un petit livre de poésie à la fois curieux et passionnant : Des gens guindés et dégingandés. L'auteur, un matheux de haut vol, également membre de l'Oulipo, en est Olivier Salon.

C'est un long texte d'une cinquantaine de pages qui ressemble à un sketch plutôt qu'à un poème. Il semble avoir été écrit à deux, avec Jacques Roubaud, un autre oulipien réputé. Ici, on démonte, on "déconstruit" joyeusement le langage !

Pour l'illustration, j'ai choisi Valentin-le-désossé, personnage récurrent dans certaines toiles de Toulouse-Lautrec. En effet, ce bonhomme est en même temps guindé et dégingandé...

Voici un (petit) extrait du livre :

.../...

- ah, là là, nos terres sont en friche,tu le sais

- elles sont en jachère

- déjà chères ? certainement pas, elles ne valent pas un clou !

- nos terres sont en friche, disais-tu

- parce qu'elles sont livrées à elles-mêmes

- mais oui, elles sont gardées par nos terres

- notaire sévère

- nos terres, c'est tout vert

- nos terres persévèrent

- nos terres, c'est vert, persévèrent les notaires

- nos terres, c'est nos pères

- qui perd ses terres doit taire ses pairs

- qui perd ses vers vers ses pairs persévère verse et perd ses verres

- bref, nos terres sont vertes

- notaires sont gris

- notaires sont vert-de-gris

- c'est-à-dire vert de la couleur d'un fleuve de l'Est

- vert du Rhin

- oui, c'est cela, Verdurin

- tu causes, tu causes, c'est tout c'que tu sais faire, dit Laverdure, hein ?

- tu causes, tu causes, c'est tout c'que tu sais faire, dit Laverdure, hein ?

- mais c'est le cri d'un perroquet, cela !

- c'est le chant d'un perroquet, cela !

.../...

1- senscritique.com / 2 et 3- kazoart /
1- senscritique.com / 2 et 3- kazoart /
1- senscritique.com / 2 et 3- kazoart /

1- senscritique.com / 2 et 3- kazoart /

Partager cet article

Repost0
10 octobre 2020 6 10 /10 /octobre /2020 04:00

Collectif : Cairns 27 : L'enfant intemporel, éditions de la pointe Sarène.

Cette revue, animée par Patrick Joquel, est sous-titrée : « ...ce funambule entre le moi d'aujourd'hui et le moi d'avant »... Elle rassemble une belle palette de poètes qui évoquent l'enfance en télescopant passé et présent comme Fabienne Villani : …/...Je reste cet enfant dessiné par ma mémoire.../...L'enfant de jadis et l'enfant d'aujourd'hui / Nos mains se rejoignent, nos sourires s'enlacent / On est heureux et on reste heureux / Enveloppés par ce ciel de souvenirs.../...

 

Une enfance déjà enfuie chez Philippe Blondeau : Dans le couloir vide d'une université / cette annonce émouvante : « Perdu ce matin une peluche beige / format porte-clés – valeur sentimentale. » // Ainsi finit une enfance. // Un moment privilégié, toujours émouvant : celui où l'adulte d'aujourd'hui se souvient qu'il a été enfant hier et qu'il le demeure encore parfois... J'ai dans la tête / un gamin / qui se prend pour un poème / qui gesticule de bas en haut .../... et ce gamin avale mes mots / tels des bonbons acidulés …/... (Lydia Padellec) ; L'enfant qui joue avec quelques cailloux / ramassés sur le chemin …/... L'enfant qui aimerait bien serrer la pince aux Martiens // Il est là qui me tire le bras / qui me prend la main / pour que je mette mes pas / dans les siens // (Salvatore Sanfilippo) ; Dans ma tête, j'ai toujours huit ans... (Alix Lerman Enriquez) ; Je suis toujours la même / petite enfant / la tête dans les étoiles... ((Dalila Khamla) ; Je fais des bulles de salive / je me promène à quatre pattes / en chantonnant des âneries... (Claude Ribouillault).

 

Notons (avec un peu de fierté) que cette modeste revue accueille pour ce numéro 27, un poème de Paola Pigani, la célèbre romancière, auteure de : « Des orties et des hommes »...

Le voici en son entier :

 

Sur vos traces je suis allée

à travers les arbres et les herbes folles

un pied chaussé de lichen

l 'autre de lierre

 

J'ai glissé dans un rêve de fougère

le nez dans l'humus frais

et les empreintes des lièvres

l'enfant que j'étais ne s'est pas relevée

 

L'enfant que j'étais a rempli sa bouche

de silence vert tendre

l'enfant que j'étais a remonté jusqu'aux joues

un voile de vent et de confiance

 

À mon réveil vous étiez tous là

filles et garçons

visages de muscaris et boutons d'or

dans le pollen du futur

 

Après chaque poème, Patrick Joquel propose des pistes d'écriture pour les petits poètes des écoles et à la fin du livre, dans sa rubrique habituelle, « Pour une bibliothèque idéale », il nous donne quelques conseils de lecture d'ouvrages de poésie récemment parus qui lui ont tapé dans l'oeil. Et dans le cœur aussi...

 

Bonus : vous voulez en savoir plus sur "Cairns" n° 27 ? Allez donc voir ce qu'en dit Morgan Riet, par ici : https://cheminsbattus.wordpress.com/2020/10/08/revue-cairns-n27/

1- arpo-poesie.org / 2- librairielucioles.com /
1- arpo-poesie.org / 2- librairielucioles.com /

1- arpo-poesie.org / 2- librairielucioles.com /

Partager cet article

Repost0