Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 septembre 2017 4 07 /09 /septembre /2017 04:05

Aujourd'hui, des poèmes d'Olivier Cousin, - poète du "chemin de Durcet" cette année -, extraits du livre : "Les riches heures du cycliste ordinaire", paru récemment chez Gros Textes.

SUPER OU ORDINAIRE

Le poète est un cycliste ordinaire

Hors du commun des modèles

Au même titre que le cycliste

est parfois un poète ordinaire

Sur sa selle il est dans l'ordre

presque normal des choses

 

Ras la casquette des regards condescendants

descendant en flèche

ce pédaleur de mots

qui cherche à coller

aux images roulant derrière

et devant ses paupières

 

*****

Régner sur le petit plateau

Un guidon et une selle

son sceptre et son trône

Le roi raidi sur deux roues

balance des axiomes à la chaîne

pour régenter son monde

sur une étendue de quelques kilomètres

 

Le vélo ça s'oublie parfaitement

Ce qui ne s'oublie pas

c'est la difficulté de mettre

les mots justes

sur les choses simples

 

*****

à travers

à force de concentration

j'ai saisi que je ne traverse pas

le paysage et encore moins le monde

 

Juché sur ma selle je m'interroge

comme les mots me passent par la tête

ne sont-ce pas les rues les routes

les trottoirs les maisons les jardins

les oiseaux les haies les arbres

qui se donnent la peine de me traverser ?

 

Presque immobile sur ma bécane

je reçois le monde ordinaire

qui veut bien passer à travers moi

 

                            (Olivier Cousin)

 

1- oliviercousin.blogspot.fr / 2- carfree.fr / 3/4/5 - cyclos-nancy.org
1- oliviercousin.blogspot.fr / 2- carfree.fr / 3/4/5 - cyclos-nancy.org
1- oliviercousin.blogspot.fr / 2- carfree.fr / 3/4/5 - cyclos-nancy.org
1- oliviercousin.blogspot.fr / 2- carfree.fr / 3/4/5 - cyclos-nancy.org
1- oliviercousin.blogspot.fr / 2- carfree.fr / 3/4/5 - cyclos-nancy.org

1- oliviercousin.blogspot.fr / 2- carfree.fr / 3/4/5 - cyclos-nancy.org

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans poème
commenter cet article
1 septembre 2017 5 01 /09 /septembre /2017 04:03

Aujourd'hui deux ou trois poèmes de Nicole Laurent-Catrice, extraits de "Un front de feuilles", éditions La Part Commune.

Auparavant, deux ou trois infos concernant l'auteure :

https://www.printempsdespoetes.com/index.php?url=poetheque/poetes_fiche.php&cle=836

Pin des Landes

Entaillé.

Entaillé

plus haut.

Encore

plus haut.

Tout le flanc

jusqu'au coeur

qui s'est vidé

 

Larmes jaunes

dures.

 

Et pourtant tu as résisté

vieux pin.

 

**************************************************

Chênes têtards

Arbre, dans ton creux bourgeonnant

se gercent mes désirs

gonflés de sève.

Mais ta fibre noueuse

pierre durcie dans ma gorge

étouffe jusqu'au sang

les frêles joies jaillissantes.

 

Arbre comme un cri jeté

au ciel d'étain d'hiver

tous les sanglots d'hier

se tordent par tes branches

et j'ai froid jusqu'à l'âme.

 

**************************************************************

Qui accompagne

l'arbre seul

au bord du chemin ?

Les insectes qui sont sa chanson

ou les oiseaux son battement de coeur ?

 

Qui accompagne l'arbre solitaire ?

Le cycliste

qui passe en sifflotant.

 

(Nicole Laurent-Catrice)

1- selaupindeslandes.com / 2/3- arborethomme /  4- images.4ever.eu
1- selaupindeslandes.com / 2/3- arborethomme /  4- images.4ever.eu
1- selaupindeslandes.com / 2/3- arborethomme /  4- images.4ever.eu
1- selaupindeslandes.com / 2/3- arborethomme /  4- images.4ever.eu

1- selaupindeslandes.com / 2/3- arborethomme / 4- images.4ever.eu

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans poème
commenter cet article
16 août 2017 3 16 /08 /août /2017 04:05

"Rentrée" en poésie avec Nimrod dont on vient de publier l'anthologie personnelle chez Gallimard sous le titre : "J'aurais un royaume en bois flottés"...

Vous ne connaissez pas l'auteur ? Regardez ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Nimrod_(%C3%A9crivain)

Deux ou trois poèmes pour vous faire une idée :

Tombeau des feuilles mortes

Pluies d'or, feuilles déposées par terre comme l'on s'éprend

D'un linceul, la lumière fouille le musc des tombeaux.

Nul vent ne déchire nos pensées, soutenues avec lenteur

Comme la sève des choses glorifiées en Dieu.

Leur repos se mélange à l'humide murmure des fruits.
Refluez, feuilles mortes, refluez sous mon pinceau.
L'air active une atone saveur. Une feuille diffère sa chute,

Désireuse du ciel, et la terre ménage ses remords.

                        Nimrod (extrait de Paysage)

*******************************************************

Quoique tu daignes

attendre du jardin

il t'offre les herbes folles

orphelines pensées

      Nimrod (extrait de Ciels errants)

*******************************************************

L'éléphant

J'ai souvenir de cet éléphant

Qui s'éloignait comme se déploie

Le dédain. Il avait vu

Senti évalué le petit point

Dans l'espace que j'étais

ça n'entravait ni le ciel ni l'herbe

Pas plus que l'infini qui au loin

Témoignait de ce qu'on se serait dit

Moi qui éprouvais si fort

L'écho d'une parole commune

Nimrod (extrait de Les superbes)

********************************************************

J'aurais un royaume tout à moi en bois flottés.

Une rivière de diamants en désespoir de cause.

Nimrod (extrait de Ciels errants)

*********************************************************************

Note en rouge : reprise de la périodicité habituelle sur le biloba, un billet tous les 2 jours...

1- lardentpays.overblog.com / 2- franceculture.fr / 3- pinterest
1- lardentpays.overblog.com / 2- franceculture.fr / 3- pinterest
1- lardentpays.overblog.com / 2- franceculture.fr / 3- pinterest

1- lardentpays.overblog.com / 2- franceculture.fr / 3- pinterest

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans poème
commenter cet article
5 juillet 2017 3 05 /07 /juillet /2017 04:02

Aujourd'hui, un poème aperçu dans le dernier numéro de "Décharge" (juin 2017) :

 

A la ruche les abeilles

reviennent avec du pollen à chaque patte ;

jamais de missiles sous les ailes.

La fleur reste sans dard

face au bulldozer

et ne cicatrise pas

comme le ciel déchiré par

l'avion de chasse.

 

Albert Guignard.

******************************

Quelques mots sur l'auteur ici : http://www.recoursaupoeme.fr/po%C3%A8tes/albert-guignard

1/2- labelabeille / 3/4- déco.fr
1/2- labelabeille / 3/4- déco.fr
1/2- labelabeille / 3/4- déco.fr
1/2- labelabeille / 3/4- déco.fr

1/2- labelabeille / 3/4- déco.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans poème
commenter cet article
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 05:00

Trouvé dans la revue : "L'estracelle" un poème de Guillaume Guérard, jeune poète de la Maison de la Poésie du Nord-Pas-de-Calais... C'est un véritable chant d'amour à la poésie.

Poésie

Ta place est partout

ô poésie !

Ecriture de la vie

Chanson du rêve

ne tombe pas dans l'oubli

de nos raisons

ne tombe pas dans le non-sens

de certaines chansons

ne tombe pas dans l'ignorance

de certaines personnes !

Crée !

Chante !

Vis !

ô poésie !

Magie de tous les écrits

Ta place est partout

ô poésie !

 

(Guillaume Guérard)

 

1- mangerpoitevins / 2- carrementpoetique.com / 3- madamerhinoceros.com / 4- pixandlove.com
1- mangerpoitevins / 2- carrementpoetique.com / 3- madamerhinoceros.com / 4- pixandlove.com
1- mangerpoitevins / 2- carrementpoetique.com / 3- madamerhinoceros.com / 4- pixandlove.com
1- mangerpoitevins / 2- carrementpoetique.com / 3- madamerhinoceros.com / 4- pixandlove.com

1- mangerpoitevins / 2- carrementpoetique.com / 3- madamerhinoceros.com / 4- pixandlove.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Poème
commenter cet article
1 mars 2017 3 01 /03 /mars /2017 05:04

Aujourd'hui, un poème pour saluer la gallinule (on dit aussi une poule d'eau) rencontrée furtivement un dimanche matin sur les rives du lac de La Ferté-Macé...

 

Plouf !

la poule d’eau

du Pouldu

a pondu

un oeuf

dans l’eau

 

Par bonheur

la gallinule

avait opté

pour le modèle

waterproof

ouf !

 

J-C. T.

(inédit)

photos : flora
photos : flora
photos : flora
photos : flora

photos : flora

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Poème
commenter cet article
27 février 2017 1 27 /02 /février /2017 05:09

Nous avons récemment rencontré le poète Thomas Vinau à l'occasion de la remise du prix Joël Sadeler, à Ballon (72). Opportunité de découvrir (un peu) l'oeuvre abondante et variée de cet auteur qui a promis de venir un jour jusqu'à Durcet...
En attendant, voici un poème :

 

BANQUETTE MELON

         Chère madame chignon fruité,

Si vous trouvez ce mot au bon moment, il sera entre un rayon de soleil et la banquette melon du siège 43 de l'allée de gauche du bus de 17 heures de la ligne 7. Je prends cette ligne chaque soir et je peux, la plupart du temps, garder un oeil sur le reflet de votre nuque lorsque l'autobus traverse le grand boulevard ensoleillé du 3ème arrondissement. Mais la semaine dernière, un évènement incongru est venu perturber cette tendre demi-heure de paix tiède que la bonne grâce de votre silhouette daignait jusqu'alors accorder à mes yeux de vieil homme fatigué. Vous avez échangé votre place favorite avec une affreuse paire d'enfants criards qui n'ont fait pendant tout le trajet que remplacer la pure douceur de votre présence par les éclats disgracieux de leur immaturité hostile. C'est pourquoi je vous serais particulièrement reconnaissant, si vous avez une quelconque forme d'éducation et de respect pour le troisième âge, de reprendre vos anciennes habitudes afin de ménager les dernières heures solitaires d'un vieux monsieur respectable.

                                                                                                                                                                                           Bien affectueusement,

                                                                                                                                                                                           Monsieur canne en buis.

Thomas Vinau

(Collections de sombreros ?

Rougier V. éd. 2017)

1- annebrunswic. fr / 2- antiques-delaval.com
1- annebrunswic. fr / 2- antiques-delaval.com

1- annebrunswic. fr / 2- antiques-delaval.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Poème
commenter cet article
9 février 2017 4 09 /02 /février /2017 05:06

Aujourd'hui, un poème de Christophe Jubien, extrait de La tristesse du monde, publié en 2016, aux éditions Henry.

MILY

Elle aime les chats

qui se dérobent

aux caresses des hommes

 

le rouge-gorge dans ses jambes

quand elle bine son lopin

 

et les milliers de myrtilles

qui se laissent grappiller

sur les pentes des collines

où elle monte en été

 

ce qui lui fait

bon an, mal an

trente millions de bons amis

 

son mari

monogame éperdu

s'accroche

 

(Christophe Jubien.)

**********************************

N.B. : on peut retrouver Christophe sur "radio grand ciel", où il anime une émission de poésie "La route inconnue", à écouter par ici :

http://radiograndciel.fr/02-Emissions/RouteInconnue/emission.html

1- editionshenry.com / 2- lechorepublicain.fr / 3- marinapoydenot.org
1- editionshenry.com / 2- lechorepublicain.fr / 3- marinapoydenot.org
1- editionshenry.com / 2- lechorepublicain.fr / 3- marinapoydenot.org

1- editionshenry.com / 2- lechorepublicain.fr / 3- marinapoydenot.org

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Poème
commenter cet article
23 décembre 2016 5 23 /12 /décembre /2016 05:05

Aujourd'hui, un petit poème de Guy Chaty :

 

La danseuse

en suspension

de pointe

la tête bien posée

sur le cou

pense soudain

à sa facture

de gaz

restée

en souffrance

 

Guy CHATY

(Comme en poésie, n° 68)

1-2-3- archzine.fr
1-2-3- archzine.fr
1-2-3- archzine.fr

1-2-3- archzine.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Poème
commenter cet article
11 novembre 2016 5 11 /11 /novembre /2016 05:05

Aujourd'hui, un poème de Pierre Tréfois, extrait de Tropique du suricate, éditions Gros Textes, 2012.

*

Le manque perpétuel

 

Si je tombe à court

de poésie,

je contemple

ma femme,

mon chat

ou mon jardin.

Le manque se mue

alors en plénitude,

vu que ma femme

s'est taillée

en emportant

le chat

et le jardin.

 

(Pierre Tréfois)

*

Signalons par ailleurs que Jean-Louis Rambour a récemment posé ses mots sur les peintures de Pierre Tréfois dans "L'éphémère capture", éditions Eranthis.

On en parle par ici : http://www.sitaudis.fr/Parutions/l-ephemere-capture-de-jean-louis-rambour-et-pierre-trefois.php

1- sitaudis.fr / 2- babelio.com
1- sitaudis.fr / 2- babelio.com

1- sitaudis.fr / 2- babelio.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Poème
commenter cet article