Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 05:15

(Images Internet : thelyricarchive).

Cet article se place dans la rubrique "Entendu" par commodité.
En réalité, il y a belle lurette que je n'ai pas entendu le fameux Lâche pas la patate ! des non moins fameux frères Balfa...

Au cas où vous ne le sauriez pas, c'est de la bonne musique cajun, celle des débuts... Voilà pourquoi, malgré les progrès de la technique, les enregistrements crachotent quelque peu...
(Si j'étais calé, je vous mettrais ça sur un "truc" en long et vous n'auriez qu'à appuyer. Peut-être qu'une bonne âme pourrait nous faire ça dans un commentaire, va savoir...)

Partager cet article

Repost0
14 septembre 2008 7 14 /09 /septembre /2008 04:42
(Images Internet : à gauche, belleidee.com; à droite, courtcircuitgre.free)

Pendant les vacances, notre petite-fille qui a deux ans et des poussières, nous a montré ses talents d'oratrice... Bien sûr, c'est le début et ça dérape parfois... Le vocabulaire est encore limité et les mots qui ont plus de deux syllabes sont à éviter. Mais, comme elle sait d'instinct que le langage est une affaire de communication, elle s'ingénie à répéter jusqu'à temps qu'on la comprenne. Ainsi les repas du mois d'août se sont souvent terminés par son célèbre cri de guerre : "Yayoute !... Yayoute !..." Cela peut être traduit selon l'humeur et le niveau de langue par "Auriez-vous l'obligeance de me donner un yaourt, s'il vous plaît ?..." ou encore : "Vous m'filez un yaourt vite fait ou je casse la baraque !..."
(A remarquer que, si on ne l'écoute pas, ou si le service tarde trop à son goût, elle n'hésite à aller le chercher elle-même dans le frigo...) 

Partager cet article

Repost0
4 septembre 2008 4 04 /09 /septembre /2008 04:38
 (image Internet : www.cdmail.fr)
Dans la série "chanteur qui passe jamais à la télé et pas très souvent à la radio", voici Michel Bühler et son dernier C.D. qui s'intitule "Passant".
Du beau boulot, comme d'habitude... Des chansons plus agréables à entendre (et plus efficaces) que tous les discours politiques... Bühler garde le cap de la tendresse... Peut-être son meilleur CD, (on dit ça à chaque fois qu'il sort un nouvel opus)...
Voilà des petites phrases qui tournicotent tout autour du disque.
A consulter sur son site : www.michelbuhler.com les réactions des premiers auditeurs. Celle-ci, parmi d'autres, que j'aime beaucoup : "Tu me fais penser au vin jaune, à ce château-chalon unique et sans équivalent : à chaque dégustation, c'est encore mieux que la fois précédente. Tes tendresses et tes fureurs, tes coups de gueule et tes coups de coeur me bouleversent les "papilles cérébrales" " (Jean-Paul Liégeois). 
 

Partager cet article

Repost0
5 août 2008 2 05 /08 /août /2008 04:44
(images Internet : à gauche, musiquesapile; à droite, les-arts.net)

Un jour, j'ai reçu par la poste un CD que m'envoyait Jules Thévenot, guitariste émérite qui accompagnait Martine Caplanne lors de sa tournée dans l'Orne, au moment du "Printemps des Poètes"...
C'était un disque d'Alain Sourigues, un de ces chanteurs "qui ne passe jamais à la radio ou à la télé" et pourtant... C'est un régal de poésie et de musique, un grain de voix qui fleure bon son midi, des mots d'amour et de tendresse humaine, un accompagnement guitares "aux p'tits oignons", des pirouettes et de l'humour haut de gamme...
Le disque s'intitule : (deux); si vous êtes fort(e), vous pourrez écouter deux ou trois chansons sur le site myspace de l'artiste. Voici le début de Frida, ma préférée :
L'odeur d'elle / L'odeur du dessous de ses ailes / Ses petits oeufs au plat / Son bagou son blabla / Ses frisettes / Qui tombent en rayon / Ses risettes / Son nez quand il se trousse / Et sa toux quand elle tousse / J'aime oui-da tout chez Frida...
 Je vous mets aussi l'adresse pour le contact :
ALBATROOOS 5 rue du docteur Cola 40000 Mont-de-Marsan.

(+ Merci, Jules !) 

Partager cet article

Repost0
10 juin 2008 2 10 /06 /juin /2008 04:30

 

Gérard Pierron, vous connaissez ?... Si la réponse est oui, vous avez de la chance... Si la réponse est non, vous en avez aussi, car vous aurez celle de le découvrir...

C'est un chanteur résolument marginal, qui vit en dehors du "système", un défricheur de poètes oubliés, un inlassable défenseur de l'oeuvre de Gaston Couté, un "gars" profondément humain, avec un coeur gros comme ça...

Il a enregistré (relativement) récemment un double CD intitulé "Plein Chant" qui est une véritable pépite pour les oreilles.
Gérard Pierron y est entouré magistralement par deux groupes de musiciens de la région de Grenoble, Kordevan et Djal. C'est vraiment un "accompagnement" royal, riche et sensible à la fois.

(Les deux images ont été "captées" sur le site de Pierron. La première reproduit la pochette, avec un dessin d'Ernest Pignon-Ernest, excusez du peu; la deuxième donne une idée de "l'ambiance" du spectacle à Voiron...)

Partager cet article

Repost0
20 janvier 2008 7 20 /01 /janvier /2008 04:59

 (Merci à Martine du schmilblick et à Sarkostique pour les images)

Ca : - Tu es prête à appuyer sur le "buzzer" ?

Cé : - Oui, je suis prête...

Ca : - Comment définir ton ex ?

Cé : - Un petit pois sauteur.

Ca : - T'as vu ma bague ?

Cé : - Pauvre pomme, j'ai la même !...

Ca : - Quand est-ce qu'on se marie ?

Cé : - Un peu avant le divorce...

 

Partager cet article

Repost0
7 septembre 2007 5 07 /09 /septembre /2007 07:00

BRAISE

 

Embouteillage sur le périphérique et dans la région du cœur à l’approche du théâtre. Rouge et gris, le théâtre, et moulé à l’ancienne. Des gens assis en rond, à parler fort en l’attendant. Et puis le silence avant la houle qui se lève quand elle entre dans le cercle.

 

 Et tout de suite sa voix qui vous transperce et vous embarque. Au bout du rêve, au bout du monde. Mélange d’eau et de feu, tour à tour murmure, étincelle, torrent, incendie, fleuve, brasier, tempête…Le cœur qui vrille, les yeux qui brillent.

Un oiseau de race : l’œil noir, les cheveux de jais, la patte repliée façon flamant rose ou héron à l’affût. Bienheureux les poètes qui l’ont rencontrée : son cri d’amour lance leurs chansons plein volume jusqu’à des balcons qui touchent le ciel.

 La voilà qui donne encore et se donne sans calcul, qui se casse en deux et s’abandonne au plaisir de vivre. Délaissant un instant les violons, les percussions, le piano, ses musiciens l’applaudissent… Elle vient les embrasser. L’amour est contagieux. Elle sourit comme en s’excusant du bonheur partagé. La salle est debout.

 Elle revient seule pour un ultime cadeau. C’est Cadou qui disait : " On ne guérit pas de son enfance. " Chacun repart affronter les embouteillages du quotidien avec un petit peu plus de braise au fond du cœur.

 [ Catherine RIBEIRO aux Bouffes du Nord   - février 1995 -]

 

Partager cet article

Repost0
10 juin 2007 7 10 /06 /juin /2007 16:50

- Alors, ça vote par chez nous ?

- Moins qu'aux présidentielles.

- Eh ben, y'en a des candidats !

- Et d'aucuns, qu'on ne connaît même pas !

- Pas sûr qu'il y ait un deuxième tour...

- Sûr que c'est pas sûr.

Partager cet article

Repost0