Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 février 2018 3 28 /02 /février /2018 05:09

Le titre est extrait d'un poème de Jules Supervielle, mais je ne sais plus lequel...

Voici deux ou trois images de chardonnerets prises à proximité de la mangeoire, laquelle était garnie de graines de tournesol... Ils étaient sensiblement plus nombreux que d'habitude cette année...

***

Précision : Jean-Pierre G. nous signale que "c'est un chardonneret " est extrait d'un poème de Supervielle intitulé : "Prophétie"...

Et je puis ajouter que ce poème est aussi chanté par Martine Caplanne...

photos : flora
photos : flora
photos : flora

photos : flora

photos : flora
photos : flora
photos : flora

photos : flora

Partager cet article

Repost0

commentaires

M
les ceusses qui sont en moins ici ont du aller se ravitailler dans l'orne...
Répondre
T
Ton explication vaut son pesant de graines de tournesol !...
T
ils fuient les villes et se rabattent vers l'Orne sauvage ? j'en ai vu en ville dans les liquidambars, mais je ne puis dire s'ils étaient plus nombreux que l'année dernière
Répondre
T
C'est vrai que notre département risque de devenir bientôt une réserve naturelle d'Indiens plus ou moins bocagers...

(En son temps, Giono rêvait de voir sortir les sangliers des bouches du métro...)
Y
Quand On eut fini de peindre le serin et le cardinal, il ne resta plus que des fonds de pots pour le chardonneret.
Répondre
T
Poétique éclairage sur la création du monde...
L
Beauté du monde... en son jardin.
Répondre
T
Spectacle sans cesse renouvelé et (presque) gratuit : le marchand de graines nous sort le tapis rouge quand on va au ravito...
F
y a d'la rumba dans l'air
Répondre
T
Très bon titre ! En effet, ça se chamaille dur autour de la mangeoire !...