Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 juillet 2011 6 09 /07 /juillet /2011 04:01

Bon, je ne suis pas objectif, c'est certain... mais n'est-ce pas le but même de cette modeste rubrique que d'être subjective ?
Bref, j'aime beaucoup ce livre : Joann Sfar : Chagall en Russie, 2 volumes chez Gallimard.

Pourquoi donc ? Simplement parce que vous avez Sfar et Chagall en même temps. Fromage et dessert !...

Le plaisir de retrouver un dessin libre, décontracté, une histoire merveilleuse, un peu folle parfois, mais toujours poétique et des références à Marc Chagall. Même et surtout si ces livres ne racontent pas sa vraie vie (puristes s'abstenir !)...

L'occasion pour Sfar de dénoncer pêle-mêle la société patriarcale, les pogroms, le régime communiste, la guerre ou de régler des comptes avec les contradictions de la religion... De revisiter le mythe de Roméo et Juliette... Sans oublier de faire, de temps en temps, un clin d'oeil au lecteur...

 

Si vous voulez une analyse plus fine que la mienne, allez voir l'article des Inrocks, ici.

En attendant, je vous mets une demi-planche et les couvertures...

(image : petitesmadeleines.hautetfort.com)

SAM_2043.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Un bon livre, peut-être ?
commenter cet article
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 04:07

 

omar_khayyam_rubiat1.jpg

 

(image internet : izuran.wordpress.com)

 

En rangeant un peu, (cela m'arrive !), je suis tombé sur les Roubaïates...

(A la relecture, je m'aperçois que cette phrase peut passer pour rigolote !)


Omar Khayyam est un poète persan (1048 - 1131), auteur des Roubaïates, également savant, astronome, mathématicien et philosophe libre-penseur, vous le saviez déjà sans doute...


Omar_Khayyam.jpg

 

  (image Internet : kargul.over-blog.com)

 

 

 

 

 

 

 

« Le vaste monde : un grain de poussière dans l'espace.

Toute la science des hommes : des mots.

Les peuples, les bêtes et les fleurs des sept climats : des ombres.

Le résultat de ta méditation perpétuelle : rien. »

                                                                      Omar Khayyam

 

 

 

 

Omar Khayyam est connu pour son scepticisme et son ironie, également pour avoir, au minimum, pris ses distances avec l'Islam "orthodoxe", enfin pour avoir chanté le vin, les roses, les femmes et l'instant présent, bref pour avoir été ce qu'on appelle un "bon vivant."

 

Son livre, Les Roubaïates, qu'on peut traduire par "Les Quatrains", a donné naissance à de multiples interprétations selon les différentes traductions.

 

"Avant notre venue, rien ne manquait au monde;

après notre départ, rien ne lui manquera."

 

"Un livre de vers sous la ramée,

- Un pichet de vin, une miche de pain... et toi.

- A mes côtés chantant dans la solitude...

Et la solitude est à présent le paradis ! " 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Un bon livre, peut-être ?
commenter cet article
26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 04:00

(image : blog gros textes)

krembel---Mougin.jpg

 

-     Francis KREMBEL : Un grand salut fraternel à Jules Mougin (éditions Gros Textes) :

 

Un hommage très sensible au facteur-poète disparu il y a quelques mois, sorte de père spirituel de l’auteur et utopiste de première grandeur. Francis propose de bâtir à cet « objecteur fondamental », cet « iconoclaste magnifique » avec lequel il était en correspondance, un monument à sa mesure : « …un monument de mains qui se serrent,… /… un monument d’ailes d’oiseaux » avec «… des machines à écrire les lettres à la plume… »  Les plus anciens se souviennent peut-être que chez nous, à "Donner à Voir", c’est René Maltête qui nous avait fait connaître Jules Mougin, son frère en humanité et en atypie…

 

Pour faire connaissance avec Jules Mougin, voir ici.

 

auteurmougin.jpg(image Internet : presences.online.fr)

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Un bon livre, peut-être ?
commenter cet article
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 04:06

7657026189_le-cercle-litteraire-des-amateurs-d-epluchures-d.jpg

 

(Image Internet : rtl.fr)

 

Bon, je me réveille un peu tard, peut-être, car c'est un livre qui a déjà deux ans...(à l'échelle du temps des libraires, c'est énorme !)

Vous voulez savoir où vous vous embarquez ? Allez voir une bonne critique chez les Suisses, très exactement ici.

 

Qu'ajouter de plus ?

Passez le cap des trente premières pages sans vous décourager. L'abondance des personnages peut être dérangeante.

Goûtez l'humour so british et réconciliez-vous avec le genre humain...

Réservez vos billets pour une escapade prochaine à Guernesey.

Ce livre fait du bien. Par les temps qui courent, c'est rare...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Un bon livre, peut-être ?
commenter cet article
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 04:02

genere-miniature_005-copie-2.gif

 

 

 genere-miniature_005.gif

(Image Internet : decitre)

 

Les éditions Rue du Monde viennent de publier un petit bijou de livre qui devrait en réjouir plus d'un... Sous le titre Devinez-moi ! se cachent 185 devinettes-poèmes venu(e)s du monde entier, Un collectage savant de Jean-Marie Henry, accompagné de dessins très doux de Judith Gueyfier.

De quoi voir le monde avec d'autres yeux...

 

Quelques exemples :

 

Je marche, elle reste.

                   

                                     (= la trace)

Devinette de Turquie

 

                                   Toute noire,

                                   je suis suspendue

                                   par mon nombril.

                                                           

                                                                                          (= l'olive)

                                   Devinette de Kabylie

 

                                                                            Quatre fontaines

                                                                             sous une montagne.

                                                                                               

                                                                                                                                              (= les pis de la vache)

                                                                             Devinette du Pays Basque

 

+ une de mes contributions :

 

Le docteur m'a recommandé

de prendre

vingt-quatre heures sur vingt-quatre

des bains de mer.

 

                                                              (= l'île)

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Un bon livre, peut-être ?
commenter cet article
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 05:09

Catechisme.jpg

(Image Internet : finitude.fr)

 

Par hasard, je suis tombé sur ce livre dans une librairie parisienne, "le comptoir des mots", dans le XX°, une librairie avec un rayon poésie bien fourni, c'est rare (et méritoire !).

 

C'est un bouquin d'Alain Dantinne, un philosophe belge de Namur, et ça s'appelle Petit catéchisme à l'usage des désenchantés, aux éditions Finitude.

182 aphorismes à déguster tranquillement en papillonnant entre les chapitres ultracourts et les collages à l'ancienne de Claude Ballaré.

 

Je vous en recopie trois, il vous en restera donc 179 à découvrir...

 

"Il me faut vivre au présent. Je commence demain matin."

 

"Cocktail de poètes, parterre de narcisses."

 

"Ceci est une pipe." (Georgette Magritte)

 


  Magritte_trahison1929.jpg

 

(Image Internet : jpdubs.hautetfort.com)

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Un bon livre, peut-être ?
commenter cet article
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 05:07

 

164026_124956310902949_100001657412413_132336_7262169_n.jpg

 

(Image Internet : ericdubois.net)

 

Après le succès de "Et si le rouge n'existait pas", Françoise Coulmin récidive aujourd'hui avec "Nous, la multitude", une anthologie parue aux éditions Le Temps des Cerises et qui rassemble plus de cent poètes.

 

 Un parmi beaucoup d'autres :

 

le soir descend le ciel s'allonge

le petit ciel de ta naissance,

tu peux en compter les feux sur tes doigts,

plus tard dans l'aveuglante nuit d'été

tu chercheras ton étoile

parmi la foule de ceux

qui recherchent la leur

 

                                                ( Pierre Dubrunquez)

 

A noter que ce livre paraît dans le cadre du festival "Temps de Paroles", en Bourgogne :

 

Festival Temps de Parole 2011


La 15e édition du Festival Temps de Paroles, organisé par l’association La Voix des Mots, du 21 janvier au 9 février 2011 dans toute la Bourgogne, se décline autour du vers de Robert Desnos : "Se heurter à la foule et courir par les rues" (extrait du recueil Contrée).



Au programme de ce festival littéraire :
- rencontres avec des auteurs
- lectures-spectacles
- ateliers de lecture et d’écriture
- librairies volantes
- expositions
- projections de films

Contact :

La VOix des MOts
Maison des associations
Boîte FF11
2 rue des Corroyeurs
21068 Dijon Cedex
Tél. : 03 80 58 89 93

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Un bon livre, peut-être ?
commenter cet article
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 05:09

jpg HaitiHaicris-MUP

(Image Internet :artistasalfaix.com)

 

Cela fait juste un an survenait le terrible tremblement de terre en Haïti, causant la mort de plus de deux cent mille personnes...

Ce petit livre, Haïti Haïcris*, publié aux éditions Corps Puce, a été écrit par des poètes d'un peu partout, simplement pour ne pas oublier et "pour dire la désespérance de l'absence, pour dire l'humanité et la vie." (Evelyne Trouillot)

 

Toute terre est prison

 

La carrière de sable

Ressemble

A un vieux corps sans âme

Tout comme cette terre qui s'enfonce dans la mer

Et la mer qui prend couleur de sang séché

La ville assiège le port

Elle n'a plus rien des murs de ma mémoire

Toute terre est prison

La mienne a pris la couleur du sang frais

Et les enfants se meurent sous les dalles d'insouciance

Même le soleil vous fait grise mine

Les fruits n'ont pas d'odeur

Ils sont tous blets avant d'éclore

Quelle est donc cette souffrance qui s'acharne sur ma terre

Tout espoir s'est figé comme une bougie éteinte

Ma terre-prison aux murs de peur

La mer couleur de sang

Quelle est donc cette douleur qui s'attaque à mon île

Ma terre est un très vieux souvenir qui s'estompe dans les sables

 

                                                          Gary Klang, poète haïtien.

 

* Une partie du prix de vente de cet ouvrage ira soutenir un projet culturel à Haïti.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Un bon livre, peut-être ?
commenter cet article
23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 05:14

Riverains des falaises

Une anthologie des poètes en Normandie du XIème siècle à nos jours.



544 pages, format 16 x 24 cm à la française, couverture quadri intégra, prix de vente public : 20 €.

 

« De son acte de naissance, à Saint-Clair-sur-Epte, en 911, jusqu'à nos jours, (...) la Normandie ne s'illustra pas seulement par des faits d'armes, de conquêtes et de puissance, mais aussi par un rayonnement culturel important qui ne s'est jamais démenti et dont les poètes furent souvent les fers de lance… » Dès la préface, « éloge de la Normandité », terme de Léopold Sedar Senghor, Christophe Dauphin donne le ton du travail gigantesque qu'il a réalisé. Ces Riverains des falaises sont réunis par l’un des leurs, avant tout poète.
Cette anthologie, première du genre sur une aussi longue période, n’est pas régionaliste ; elle entrouvre la Normandie et tous les vents littéraires et historiques qui l’ont fait frissonner ou tempêter. Sans se contenter d'une collection chronologique, Christophe Dauphin engage à des découvertes, des redécouvertes, rouvre l’anticonformisme, l’ambiguïté, la suffisance, le bien-vivre, la créativité, l’ambivalence des Normands. Cette anthologie s’ouvre aussi aux « Frères et soeurs des vagues », pour lesquels la Normandie fut terre d’accueil, d’exil parfois, et de création.
Avec des notes personnalisées pour chacun, quelques-unes présentant des points de vue originaux sur des poètes universellement reconnus ou balayant des clichés, l’anthologie Riverains des falaises rend aux poètes injustement écartés des tables la place et la stature qui ne leur sont pas accordées. Corneille ou Allais, Barbey d'Aurevilly ou Queneau, Breton ou Hugo ont leur part, parfois inégale, d'oreilles et d'yeux. Qu’en est-il de poètes de toute première importance tels Le Houx, Sigogne, Saint-Amant, Blessebois, Glatigny, Gourmont, Delarue-Mardrus, Harel, Fleuret, Limbour, Prevel, Duprey…? et qu'en sera-t-il des contemporains qui seront la mémoire de notre époque ? Riverains des falaises présente le large éventail des poètes dont les écritures font apparaître les traits du visage de la Normandie, vivante, chaleureuse, parfois fermée, taiseuse, ou rebelle, et sentimentale, bouleversante, dans ses antinomies de terre et d'eau, d'arbres et de migrateurs.

                                                                                                                         (Infos : éditions clarisse)

Ajoutons que ce livre résulte d'une somme de travail impressionnante qui force le respect...

Je vous glisse un petit bout de poème (j'ai l'embarras du choix !) :

 

RIMES RICHES A L'OEIL

 

L'homme insulté, qui se retient

Est, à coup sûr, doux et patient.

Par contre, l'homme à l'humeur aigre

Gifle celui qui le dénigre.

Moi, je n'agis qu'à bon escient :

Mais, gare aux fâcheux qui me scient !

Qu'ils soient de Château-l'Abbaye

Ou nés à Saint-Germain-en-Laye,

Je les rejoins d'où qu'ils émanent,

Car mon courroux est permanent

  (.../...)

                       Alphonse ALLAIS

                             (1854-1905)

 

+ un bout d'un autre pour le plaisir de dire du patois normand (lisez-le donc à haute voix !) :

 

   LE CAFE A L'AOBERGE

 

.../...

Quaund j'syis parfeis d'eune humeu d'herche,

Sav-ous byin ce qui mé r'bâle du quoeu ?

Ch'est de l'iâo de veie de beire, du rhum, du tchierche

Veire ! eun bouon demin és treis couleus !

Ch'est eun cafaé patriotique :

(Los ! c'qué ch'est touot d'même qué le prograés !)

Ya qué dé depis la République,

Par chin que no beit taint de cafaé.

                                      .../...

 

                            Louis BEUVE

                              (1869-1949)

 





Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Un bon livre, peut-être ?
commenter cet article
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 05:06

imagechambre.jpg

(Image Internet : soc-et-foc.com)

 

 Gilles BRULET : La chambre des astres (éditions Soc et Foc)

L’ami Gilles nous fait partager ici des moments doux vécus dans Les Cévennes où la famille Brulet a désormais une petite maison…

Des moments d’émerveillement devant la montagne, si présente, qui « …prête son flanc / aux suppliques des guêpiers », des flashes bienvenus pour raconter « la pluie (qui) trottine sur les adrets (et) saute sur les genoux du micocoulier » ou encore (les) Hameaux / Satellites des villages / Envoyés là-haut // Dans la chambre des astres.     

Une sorte d’hommage à ce pays rugueux et fort, à l’image de ses habitants. En particulier au berger Émile à qui d’ailleurs le livre est dédié : …Le berger va / Dirigeant le troupeau / Dans sa maison mondiale.

Formidablement illustré par les dessins de Brunella Baldi, laquelle privilégie les couleurs d'ocre et de terre tout en bousculant notre perception des échelles, La chambre des astres nous fait penser à la fois à la Bible et à Giono :

« Midi 

S’adosse à la barrière

Et ouvre sa gamelle de printemps

Une brebis s’endort

Le visage sur l’épaule de sa sœur.»     

geniealpa.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(Image Internet : fnac)

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Un bon livre, peut-être ?
commenter cet article