Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 05:07

Les éditions Donner à Voir viennent de publier dans la collection "Petits Carrés" un livre de Francis Krembel intitulé "Claudicants." 

francis.jpg

Béatrice Libert le présente ainsi sur le site de la maison de poésie de Belgique :

"...Claudicants dénonce les tueries des pseudo-progrès technologiques de l'humanité. L'art de la guerre n'est-il pas à son sommet ? Dans ces conditions, écrire / est l'archéologie du possible / et ce n'est déjà pas si mal. Oui, la guerre partout enrage. La dénoncer, ses formes veules de soumission à l'ordre, religieux ou profane, est une urgence. Francis Krembel le sait : sa révolte est salutaire, pour lui, pour nous toutes et tous qui dormons, anesthésiés par le confort. Emboitons-lui le pas."

krembel.jpg

Ce livre est illustré par Marc Alessandri.

Francis m'a d'ailleurs envoyé récemment un dessin bonus (une exclusivité blog biloba !) que vous pouvez voir ici :

claudicantsbonus.jpg


Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Un bon livre, peut-être ?
commenter cet article
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 04:04

Aujourd'hui, un livre pour le moins singulier, celui de Claude Held : Récits sporadiques de Laossissètoucom, propos2éditions.

pad30

(propos2editions)

Préparez-vous à recevoir un coup de poing tant ce livre est "dur", cruel, implacable...

Pas de repère géographique ni de balise temporelle pour nous raccrocher... Pas d'individus "nommés" ni de sentiments exprimés... Une logique de guerre et de pouvoir tyrannique comme fil rouge...

Nous sommes "ailleurs", probablement dans le futur, et pourtant, nous n'avons aucun mal à y reconnaître telle ou telle situation d'aujourd'hui dans tel ou tel pays d'Afrique, d'Europe ou d'Asie, à mille lieues d'un minimum de démocratie...

Ce qui nous "tient" dans ces Récits, outre l'écriture volontairement "sèche", neutre, sans effet de style, comme un rapport de police, c'est le ton, terriblement glacé et terriblement efficace dans son inhumanité...

 

Quelques images relatives au mot "sporadiques" :

479093-tanks-armee-syrienne-appercus-ville.jpg



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(infosyrie.fr)

149940-78000-jpg_54781_434x276.jpg

(lepoint.fr)

enfant-soldat-2-5bc7f-5bce5.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(loeilquisiffle.net)

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Un bon livre, peut-être ?
commenter cet article
11 août 2012 6 11 /08 /août /2012 04:09

Paul Bedel est un paysan normand, du nord-Cotentin.

Sa vie serait restée "ben ordinaire" si Rémi Mauger, journaliste à France 3 Normandie, n'avait pas eu la merveilleuse idée de lui consacrer un reportage... De fil en aiguille, cela aboutit en 2006 à un film et à un DVD intitulé "Paul dans sa vie" qu'on trouve facilement dans le commerce.

Suite au succès de ces images, la vie de Paul est transformée : des journalistes de Paris viennent l'interviewer et des "touristes" s'arrêtent devant sa maison... Catherine Ecole-Boivin le rencontre à plusieurs reprises pour rédiger ses mémoires, afin d'établir, à partir de notes prises au jour le jour et conservées dans des boîtes à biscuits, une véritable biographie.

Cela deviendra "Paul, dans les pas du père", publié aux éditions Ouest-France.

(image : fnac.com).

Si je vous en recommande la lecture, c'est pour les raisons qu'évoque l'auteure elle-même : "Ce livre est avant tout un grand moment d’amitié, de sagesse et de sérénité, une aventure de terre paysanne, un poème d’amour au son d’un grand courant « le Raz Blanchard ». Paul est vrai, entier comme la crème et le beurre fabriqué avec soin par ses soeurs et lui suivant le modèle de ses aïeux. Authentique, il garde toutefois, au travers d’un regard malicieux, un peu de mystère même si dans ce livre il se dévoile un peu. Comme l’endroit où il cache ses trous à homards, sa vie n’est ni une charade, ni un rébus ni du cinéma."  (Catherine Ecole-Boivin)

C'est aussi pour des raisons plus personnelles, comme l'émouvante vérité du personnage et son humanité, ou encore comme la saveur du patois de la Manche, celui de la Hague en particulier.

C'est enfin parce que j'ai le sentiment un peu confus que mon père a dû connaître une vie bien proche de celle de Paul quand il a démarré comme "commis de ferme", un peu plus bas sur la carte, dans le Cotentin...

9782737356919.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Un bon livre, peut-être ?
commenter cet article
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 04:02

(decitre.fr)

  Encore une jolie naissance aux éditions Rue du Monde, celle de l'anthologie Chaque enfant est un poème, parue opportunément au moment du "Printemps des Poètes"...

C'est un beau bouquet de poèmes sur le thème de l'enfance, venus d'un peu partout, rassemblés par Jean-Marie Henry et superbement illustrés par Solenn Larnicol.

 

En voici deux :

LES RITES

 

Je te dis

Bonsoir cerise

Bonsoir pain d'épice

Dors bien mon sapin

A demain laitue

Sois sage écureuil à la crème

Et tu ris

Tu ris de toute ta bouche claire

Et j'entends ton coeur qui bat fort

Comme celui d'un faon qui court

Et tu m'embrasses

Et tu jettes tous les draps

Et tu tires mes tresses

Et tu me dis bonsoir à l'oreille

En trébuchant

Sur tes deux ans

Et ton pyjama

 

Denise JALLAIS


 

          VOCABULAIRE

 

Les mots couraient en tous sens.

Une cloche sonna.

Ils se mirent en rang,

formèrent une phrase.

La récréation avait pris fin.

 

      Jean DYPREAU

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Un bon livre, peut-être ?
commenter cet article
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 05:01

cdredulibanbarouk2005.jpg(nidish.unblog.fr)

 

Vénus Khoury-Ghata, poète d'origine libanaise qui vient d'obtenir l'équivalent du Goncourt pour la poésie, a récemment publié Où vont les arbres ? aux éditions Mercure de France.

 

Elle en parle ici, dans le cadre de "la librairie francophone" d'Emmanuel Khérad.

 

C'est un livre extrêmement fort, fait de chair et de sang, d'écorces et de feuilles, qui évoque le village d'enfance de l'auteur. La famille, la guerre, la mère, omniprésente, les arbres, compagnons des bons et mauvais jours... Une écriture majuscule...

 

Qu'une phalène déserte la lampe et le soir se transformait en nuit

La mère nous couchait tête-bêche avec des arbres de notre âge

Une odeur de neige et de promiscuité blanchissait le feu

alphabet muet les soubresauts des flammes sur les murs

la jupe de la mère effaçait la suie des fautes et les gesticulations de

l'orme sur notre sommeil

discussion orageuse avec le poêle lorsqu'il nous transformait en bûches

en allumettes

prenant à témoin les voisins

la mère frottait nos visages pour en diluer la couleur

nous achetait des bonbons roses des poissons rouges l'or des cafetières

maigre consolation ses chuchotements blancs sur le duvet du cou

elle se disait partie alors que c'était la route qui marchait



Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Un bon livre, peut-être ?
commenter cet article
15 octobre 2011 6 15 /10 /octobre /2011 04:07

Comme je suis souvent en retard d'une guerre côté lecture, j'ignorais qu'Arto Paasilinna, auteur finlandais, avait déjà connu un très grand succès littéraire avec Le lièvre de Vatanen. 

Cela dit, je ne courais pas le risque d'une "pollution" critique en entamant Petits suicides entre amis (Folio)...

petits-suicides-amis-darto-paasilinna-L-1.jpg(paperblog)

 

Bon, si, de votre côté, avant de démarrer, vous voulez une sorte de fiche sur le livre pour vous rassurer, vous pouvez aller voir .


Personnellement, j'ai beaucoup aimé, vraiment beaucoup.

Ce roman, bâti sur un thème difficile, si ce n'est tabou, à savoir le suicide, réussit à vous "embarquer" à bord de cet autocar empli de candidats à la mort pour une épopée rocambolesque et joyeuse à travers l'Europe, laissant dans son sillage un formidable hymne à la vie... 

Des personnages hauts en couleurs, un sens du récit très maîtrisé, des rebondissements, du "suspense" même et un humour délicieux, très fin, à toutes les pages ou presque. C'est bien là le paradoxe... Mine de rien, une réflexion aussi sur ce drôle de pays qu'est la Finlande : un pays d'un haut niveau de vie où le taux de suicide est cependant plus élevé que la moyenne...

Un voyage improbable, cocasse et décalé. Une fuite en avant et du rétropédalage...

Loin de vous déprimer, ce livre vous redonne le moral et vous réconcilie avec le genre humain.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Un bon livre, peut-être ?
commenter cet article
26 août 2011 5 26 /08 /août /2011 04:01

 

 

  L'ami Yves vient de "sortir" son premier livre "s'occupe des filles" à l'atelier de Groutel :

Yves-Barre-a-l-Atelier-de-Groutel.jpg

(photos Dominique - Atelier de Groutel)

 

  Vous aurez des compléments d'information sur le blog ahoui, ici et .

 

 

-       Yves BARRÉ : S’occupe des filles (Atelier de Groutel) :

Depuis des lustres, avec l’éclectisme audacieux et le « génie » qui le caractérisent, il « accompagne » la poésie des autres, on en sait quelque chose chez Donner à Voir. Il était donc grand temps de découvrir, surtout pour ceux qui ne fréquentent pas son blog (http://ahoui.over-blog.com) qu’Yves Barré n’est pas qu’un « bricoleur » d’images ou un Géo Trouvetout de l’informatique, c’est un poète à temps complet, capable de faire fleurir des chaises dans son jardin, c’est vous dire…

Dans ce portfolio de l’Atelier de Groutel, éditeur sarthois à l’ancienne, près de quarante poèmes patiemment collectés en presque autant d’années. Des poèmes brefs, incisifs, enlevés, un rien énigmatiques et savamment érotiques. Ce point de vue induit tout naturellement des références tantôt arboricoles, tantôt légumières qui ne manquent pas de sel. Le lecteur pourra de surcroît enrichir son vocabulaire et goûter toute la saveur de mots rares comme « aubiner » ou « flavescent ». Yves a depuis longtemps compris que la force de la poésie réside avant tout dans son formidable pouvoir de suggestion...

Des linogravures de l’auteur, sobres comme des blasons, accompagnent l’ensemble, lequel est suivi d’un épatant « après-lire » de Claude Vercey.  

Pas le douglas / il enrésine / pour appui / un rouvre jeune // l’assaut branle le houppier //

La pêche dite / téton de Vénus / se termine / par un mamelon // succulent Larousse //

                                                                                                                                   (J-C. T.)

 

bon de commande.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Un bon livre, peut-être ?
commenter cet article
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 04:07

6dd19d4.jpg

 

(tdg.ch)

  Bon, vous ne le saviez peut-être pas, mais les sept volumes de la pléiade (oui, oui, papier bible et souplesse légendaire) sont dans la bibli, je suis même membre de l'association des "Amis de Jean Giono." C'est vous dire qu'à priori, je connais un peu...

Aussi quand on nous annonce sur le bandeau, en majuscules, "INEDIT", je me méfie et me doute bien qu'il y a du commercial là-dessous. De fait, ces contes étaient déjà parus dans le Bulletin Jean Giono n° 38, automne-hiver 1992. La différence, bien sûr, c'est l'importance du tirage...

Bref, pour rester dans le cadre strict de la rubrique, je vous recommande la lecture du noyau d'abricot de Jean Giono, aux éditions Grasset.

Ces quatre contes, dits "orientaux", ont été écrits bien avant que Giono ne devienne Giono, à l'époque de la photo, quand il était petit employé de banque à Manosque, et sont comme des gammes pour un musicien, des croquis pour un peintre, des essais si vous voulez. On y devine déjà l'écrivain majeur qu'il deviendra à travers sa propension à raconter, à inventer des personnages, forcément furtifs ici, à se créer un "style" propre, précis et précieux à la fois... On y découvre aussi la trace de ses lectures du moment : Les mille et une nuits ou les grands classiques latins et grecs de l'Antiquité. Sans oublier cet humour subtil qui parfume tout le livre...

  7691712471 le-noyau-d-abricot-et-autres-contes-de-jean-gion

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(rtl.fr)

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Un bon livre, peut-être ?
commenter cet article
9 juillet 2011 6 09 /07 /juillet /2011 04:01

Bon, je ne suis pas objectif, c'est certain... mais n'est-ce pas le but même de cette modeste rubrique que d'être subjective ?
Bref, j'aime beaucoup ce livre : Joann Sfar : Chagall en Russie, 2 volumes chez Gallimard.

Pourquoi donc ? Simplement parce que vous avez Sfar et Chagall en même temps. Fromage et dessert !...

Le plaisir de retrouver un dessin libre, décontracté, une histoire merveilleuse, un peu folle parfois, mais toujours poétique et des références à Marc Chagall. Même et surtout si ces livres ne racontent pas sa vraie vie (puristes s'abstenir !)...

L'occasion pour Sfar de dénoncer pêle-mêle la société patriarcale, les pogroms, le régime communiste, la guerre ou de régler des comptes avec les contradictions de la religion... De revisiter le mythe de Roméo et Juliette... Sans oublier de faire, de temps en temps, un clin d'oeil au lecteur...

 

Si vous voulez une analyse plus fine que la mienne, allez voir l'article des Inrocks, ici.

En attendant, je vous mets une demi-planche et les couvertures...

(image : petitesmadeleines.hautetfort.com)

SAM_2043.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Un bon livre, peut-être ?
commenter cet article
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 04:07

 

omar_khayyam_rubiat1.jpg

 

(image internet : izuran.wordpress.com)

 

En rangeant un peu, (cela m'arrive !), je suis tombé sur les Roubaïates...

(A la relecture, je m'aperçois que cette phrase peut passer pour rigolote !)


Omar Khayyam est un poète persan (1048 - 1131), auteur des Roubaïates, également savant, astronome, mathématicien et philosophe libre-penseur, vous le saviez déjà sans doute...


Omar_Khayyam.jpg

 

  (image Internet : kargul.over-blog.com)

 

 

 

 

 

 

 

« Le vaste monde : un grain de poussière dans l'espace.

Toute la science des hommes : des mots.

Les peuples, les bêtes et les fleurs des sept climats : des ombres.

Le résultat de ta méditation perpétuelle : rien. »

                                                                      Omar Khayyam

 

 

 

 

Omar Khayyam est connu pour son scepticisme et son ironie, également pour avoir, au minimum, pris ses distances avec l'Islam "orthodoxe", enfin pour avoir chanté le vin, les roses, les femmes et l'instant présent, bref pour avoir été ce qu'on appelle un "bon vivant."

 

Son livre, Les Roubaïates, qu'on peut traduire par "Les Quatrains", a donné naissance à de multiples interprétations selon les différentes traductions.

 

"Avant notre venue, rien ne manquait au monde;

après notre départ, rien ne lui manquera."

 

"Un livre de vers sous la ramée,

- Un pichet de vin, une miche de pain... et toi.

- A mes côtés chantant dans la solitude...

Et la solitude est à présent le paradis ! " 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Un bon livre, peut-être ?
commenter cet article