Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 février 2014 4 06 /02 /février /2014 05:00

"On" m'a offert récemment un livre écrit par "on" ne sait pas qui...

En voici les références :

Anonyme(s) : Petit dictionnaire des mots retrouvés, éditions JBz & Cie.

Préface de Philippe Delerm.

C'est une réédition qui prouve que le livre a dû bien "marcher" en librairie. Il faut dire qu'il se savoure à petites doses, en compagnie, pour partager les clins d'oeil au lecteur et le sens de l'humour...

Quelques exemples de définitions :

- haridelle : s.f. Danse populaire du Morvan. Les villageois dansèrent une haridelle au son de la musaraigne. (Barbey d'Aurevilly)

- sobriquet : s.m. Petit coléoptère au dos vert qui fait entendre un cri joyeux. Le sobriquet annonce le beau temps.

- duodénum : s.m. Chant liturgique en usage chez les Trappistes. Entonner le duodénum.

- mortadelle : s.f. Plante vénéneuse des terrains humides. L'emphysème butine la mortadelle en fleur. (Fabre, Souvenirs entomologiques.)

A consommer sans modération !...

1- hugoetcie.fr, 2- tde.typepad.com, 3- tigerpath.com, 4- titours
1- hugoetcie.fr, 2- tde.typepad.com, 3- tigerpath.com, 4- titours
1- hugoetcie.fr, 2- tde.typepad.com, 3- tigerpath.com, 4- titours
1- hugoetcie.fr, 2- tde.typepad.com, 3- tigerpath.com, 4- titours

1- hugoetcie.fr, 2- tde.typepad.com, 3- tigerpath.com, 4- titours

Partager cet article

Repost0
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 05:01

Le père Noël a eu la bonne idée de déposer le dernier Plonk et Replonk au pied du sapin...

(Pour ceux qui en entendraient parler pour la première fois; un bon article par ici :

http://www.telerama.fr/livre/de-zero-a-z-l-abecedaire-de-l-inutile,105062.php )

Références précises : Plonk et Replonk, De zéro à Z, l'abécédaire de l'inutile, éditions Hoëbeke.

Il est à noter que ces deux compères suisses (les frères Froidevaux) ont démarré tout petits avec des cartes postales anciennes détournées, agrémentées de collages pour atteindre aujourd'hui des sommets dans l'absurde...

source photos : rue89.com
source photos : rue89.com
source photos : rue89.com
source photos : rue89.com
source photos : rue89.com
source photos : rue89.com
source photos : rue89.com
source photos : rue89.com

source photos : rue89.com

Partager cet article

Repost0
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 05:00

Le dernier Topor, publié à titre posthume comme on dit...

Les références : Roland Topor : Vaches noires, éditions Wombat.

C'est un recueil de nouvelles très courtes dans lequel on plonge avec délice pour retrouver son humour noir, sa plume cruelle quelquefois et son amour de la vie et de l'absurde...

Si vous prêtez l'oreille, vous entendrez peut-être au fil des pages, son grand rire "hénaurme", inimitable !...

Phrases à méditer pour vous mettre en appétit :

- Les pierres doivent trouver le temps long.

- Les malheurs peuvent s'accumuler à l'infini, alors que le bonheur, on en a vite fait le tour.

babelio.com + photos flora.
babelio.com + photos flora.
babelio.com + photos flora.

babelio.com + photos flora.

Partager cet article

Repost0
24 août 2013 6 24 /08 /août /2013 04:04

Notez bien ces références :

Jon Kalman Stefànsson : Entre ciel et terre (Folio n° 5212).

Citons aussi le nom du traducteur : Eric Boury.

Un auteur islandais. Une histoire universelle, presque intemporelle. Une puissance qu'on peut qualifier d'hugolienne...

Un éclairage sur les coulisses de la pêche à la morue. Un microcosme : six marins dans une barque et qui ne savent même pas nager. Un hymne en creux à la lecture et à la poésie. Une réflexion mine de rien sur les rapports sociaux et sur le sens de la vie...

Un premier héros ordinaire (Bàrour) qui meurt à mi-livre. Un deuxième qui n'a même pas de nom ("le gamin") mais qui porte tout l'espoir du monde...

Un style indirect très libre dans la narration. On trouve parfois dans la même phrase la pensée du personnage et celle de l'auteur...

Voilà quelques impressions personnelles ressenties à la lecture de ce livre admirable qui risque de vous accompagner un bon moment. Même (et surtout) quand vous l'aurez refermé...

Un extrait pour vous faire une idée : "Certains mots sont probablement aptes à changer le monde, ils ont le pouvoir de nous consoler et de sécher nos larmes. Certains mots sont des balles de fusil, d'autres des notes de violon. Certains sont capables de faire fondre la glace qui nous enserre le coeur et il est même possible de les dépêcher comme des cohortes de sauveteurs quand les jours sont contraires et que nous ne sommes peut-être ni vivants ni morts..."

sources : 1- fnac.com, 2- huwans-clubaventure.fr, 3- sextan.com, 4- telerama.fr
sources : 1- fnac.com, 2- huwans-clubaventure.fr, 3- sextan.com, 4- telerama.fr
sources : 1- fnac.com, 2- huwans-clubaventure.fr, 3- sextan.com, 4- telerama.fr
sources : 1- fnac.com, 2- huwans-clubaventure.fr, 3- sextan.com, 4- telerama.fr

sources : 1- fnac.com, 2- huwans-clubaventure.fr, 3- sextan.com, 4- telerama.fr

Partager cet article

Repost0
23 juillet 2013 2 23 /07 /juillet /2013 04:00
  • Bruno SOURDIN : L’air de la route (éditions Gros Textes) :

Bruno Sourdin a beaucoup lu et beaucoup voyagé. Nourri au lait de l’Amérique et de la culture de la « beat generation », il nous propose ici une sorte de « guide du routard » de la poésie. Avec ses bonnes adresses qui sont autant de lieux mythiques : New-York, Lisbonne, Amsterdam, Maroc, Egypte, Genève, etc. Avec ses références qui sont aussi ses préférences parmi les poètes de l’errance et du voyage : Apollinaire, Cendrars, Rimbaud, Brautigan, Kerouac, Ginsberg, Kenneth White, Claude Pélieu… Avec, pour les plus longs poèmes (par exemple celui consacré aux vingt arrondissements de Paris), une structure dorsale comparable à une vague, un « rouleau » pour être plus précis, qui donne à l’ensemble un rythme jazzy, proche de la transe et volontiers lancinant.

Pour la petite histoire, signalons que le poème Po Chu Yi avait eu les honneurs du « Chemin des Poètes » à Durcet au printemps 2010. On le retrouvera, bien sûr, sur le blog biloba, très précisément là :

http://biloba.over-blog.com/article-ch10-11-profondement-49272415.html

Je buvais seul sous la lune

Je buvais seul sous la lune

Et je traçais un grand cercle magique

Un mot suffit

Un songe

L’étrangeté d’exister

Je buvais seul sous la lune

Pendant que Dan parlait aux oiseaux

Et que Gary se torchait le derrière dans l’herbe

Une fleur à la main

Je buvais, un vent murmurait entre les branches

Et j’oubliais le chemin du retour

Ah ! qu’il est difficile de retrouver la clé mystérieuse

Parmi les cendres oubliées

Dans l’herbe

Sous la lune

(Bruno Sourdin)

sources : geo.fr, norauto, gdefon.com + photo joëlle, printemps 2010.
sources : geo.fr, norauto, gdefon.com + photo joëlle, printemps 2010.
sources : geo.fr, norauto, gdefon.com + photo joëlle, printemps 2010.
sources : geo.fr, norauto, gdefon.com + photo joëlle, printemps 2010.

sources : geo.fr, norauto, gdefon.com + photo joëlle, printemps 2010.

Partager cet article

Repost0
17 juin 2013 1 17 /06 /juin /2013 04:04

Ce n'est pas parce qu'un livre est tout petit qu'il n'est pas, pour autant, grand...

La preuve avec Bribouilles d'Elisabeth Trouche, paru chez Gros Textes fin 2012.

Des poèmes et des photos qui s'interpellent au fil des pages pour "fixer quelques éclats de bonheur ou de douleur, agripper des silhouettes qui s'éloignent..."

Photo 3 :

ô poings nus contre les murailles

de l'ordre et du mépris

Photo 4 :

le cheval hennit et maudit

la clôture qui rétrécit son galop

jaloux du champ libre

offert à la course des fillettes

herbes folles crinière et nattes caracolent

au-dessus au-dessous du grillage

tromperie des temps et des clichés

c'était hier

ce matin

à l'heure où

les lois sortent du bois

claquent des portières

les petites filles embarquées

vers le port de départ

vers nulle part

ont-elles pensé au cheval

au large dans la pâture

à l'aise dans ses sabots

de bête à papiers

couverture, photo 2, 3, 4.
couverture, photo 2, 3, 4.
couverture, photo 2, 3, 4.
couverture, photo 2, 3, 4.

couverture, photo 2, 3, 4.

Partager cet article

Repost0
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 04:05

Yves, du blog Ahoui, vous a parlé récemment du livre de Laurent Deheppe : "Les carottes fraîches" (Polder 157). Vous pouvez relire ça ici :

http://ahoui.over-blog.com/article-automne-ou-a-117662436.html

Par la suite, il nous a expliqué son cheminement pour créer son illustration de couverture.

Ce qu'il ne vous a pas dit, c'est qu'il a coécrit la préface avec ma pomme...

Inutile donc de vous faire l'article pour vous convaincre que c'est un excellent livre, je préfère poser ici un ou deux poèmes de Laurent :

Une assiette une orange

posées sur la table

D'où vient le fruit

de quel arbre de quelle main

de quel panier tressé par qui

Comment se prénommait

l'ânier le chauffeur du camion

la vendeuse à l'étal

De quelle couleur était le ciel

quand la jument s'est échappée

traversant les orangers

pour venir boire à la rivière

***

Les blés

tachés du sang

sauvage et gai des coquelicots

les blés

que l'été d'un coup d'aile va couper

parlent

il faut les écouter

Parle aussi

profondément

le soir orange et mauve

Dans le ciel sous la chasse

implacable du rapace

vole

éperdue

une urgence de vivre

N.B. : on peut aller voir le blog de l'auteur ici :

http://laurentdeheppe.blogspot.fr/

Pour commander le livre, c'est par là :

http://www.dechargelarevue.com/polder.htm

Sources : 123rf.com, proxilivre.fr, scan couverture "les carottes fraîches"...
Sources : 123rf.com, proxilivre.fr, scan couverture "les carottes fraîches"...
Sources : 123rf.com, proxilivre.fr, scan couverture "les carottes fraîches"...

Sources : 123rf.com, proxilivre.fr, scan couverture "les carottes fraîches"...

Partager cet article

Repost0