Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 04:00

Dans son recueil Clair de terre, paru en 1923, André Breton, le voisin, semble bien nous montrer la voie concernant cette rubrique "Nom d'un poète !"

On y trouve en effet le poème ci-après, intitulé PSTT, qui dresse une liste de gens portant son nom :

 

                                                                    PSTT

 

Neuilly 1-18....   Breton, vacherie modèle, r. de l'ouest, 12, Neuilly.

Nord 13-40.....    Breton (E.) mon. funèbr., av. Cimetière Parisien, 23, Pantin.

Passy 44-15....    Breton (Eug.), vins, restaur., tabacs, rue de la Pompe, 176.

Roquette 07-90.. Breton (François), vétérinaire, r. Trousseau, 21, (11°).

Central 64-99..... Breton frères, mécaniciens, r. de Belleville, 262, (20°).

Bergère 43-61.... Breton et fils, r. Rougemont, 12, (9°).

Archives 32-58... Breton (G.), fournit. cycles, autos, r. des Aves, 78, (3°).

Central 30-08.....  Breton (Georges), r. du Marché-Saint-Honoré, 4, (1er).

Gutenberg 03-78. Breton (H.), dentelles, r. de Richelieu, 60 (2°).

Passy 80-70.....    Breton (Henri), négociant, r. Octave-Feuillet, 22, (16°).

Gobelins 08-09... Breton (J.), Elix. Combier, ag. gén., butte du Rhône, 21-23.

Roquette 32-59..  Breton (J.-L.), député, s.-secr. Etat. inv., bd Soult, 81 bis.

Archives 39-43... Breton (L.), hôtel-bar, r. François-MPiron, 38 (4°).

Marcadet 04-11.. Breton (Noël), hôtel-rset. bd National, 56, Clichy.

Roquette 02-25.. Breton (Paul), décolleteur, r. Saint-Maur, 21 (11°).

Central 84-08....  Breton (Th.), contentieux, r. du fg. Montmartre, 13, (9°).

Saxe 57-86......   Breton (J.), biscuits, r. La Quintinie, 16-18, (15°).

Archives 35-44..  Breton (J.) et Cie, papiers en gros, r. Saint-Martin, 245, (3°).

Roquette 09-76.  Breton et Cie (Soc. an.) charbons gros, q. La Rapée, 60, (12°).

 

                                                                                          Breton (André).


Voilà de la matière pour quelques billets !...

Pour actualiser, j'ai trouvé, moi aussi, plusieurs Breton :

- un traiteur, à Deauville (14) :

 

 

rIjreOMDrNV3_ug2p_WfEW2WzeZPLbaUXdQw40eoWLCsDzFDkrbOx24-aow.jpg

 

 

 

 

 

JiThcHkxxYerz_4T26MscjqanRlFIkCTfrbSpekhsWk-y2DO4l-copie-2.jpg

  JiThcHkxxYerz_4T26MscjqanRlFIkCTfrbSpekhsWk-y2DO4lDGd7amJGX.jpg

 

  Un quincaillier à Milly...

 

(commercesmilly.blogspot.com)

 

Et une certaine Madame Breton, à Paris, qui fabrique des bouts de sein !...

 

 

(ludogrid.free.fr)

 

L'union libre (extrait)

 

.../...

 

Ma femme à la gorge de Val d'or

De rendez-vous dans le lit même du torrent

Aux seins de nuit

Ma femme aux seins de taupinière marine

Ma femme aux seins de creuset du rubis

Aux seins de spectre de la rose sous la rosée


.../...

                                  André Breton (L'union libre)


Le poème entier ici.

Partager cet article

Repost0
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 04:08

459f080202162d1dd782ba23afa1ecac-950x82-ka.jpgarton28470-64f69

 

 

 

 

19062353.JPG459f080202162d1dd782ba23afa1ecac-950x82-ka

 

 

Sur ce blog, vous aviez déjà entendu parler du poète Marc Baron ici.

 

  Mais c'est par hasard que j'ai découvert qu'un cinéma portait son nom à Saint-Mandrier-sur-mer, dans le Var...

 

Pour rester dans l'esprit de la rubrique "Nom d'un poète !", je vous ai trouvé un poème. (Pour le "cinéma",  vous le ferez vous même...)

 

 

Ce qui a valeur d'étincelle

Je l'engrange en moi-même

 

Comme un poème à m'éblouir

Une femme en amande dans ma rivière

 

Ne me demandez pas le sens de mes caresses

Ni le tremblant du verbe aimer

 

L'amande est bien plus que le fruit

Et l'étincelle dépasse de ma poche

 

Même déchiré

Le poème est toujours trop grand

 

Marc Baron

(Les amants du fragile

- L'Harmattan)

 

 

Présentation de Marc Baron sur le site de Guy Allix, .

 

Un deuxième poème ? (Pour le "cinéma", même consigne que tout à l'heure...)

 


En pleine nuit tu demandes ta route

Et l'on te montre les étoiles

 

Lève la tête

Pense à l'enfant qui grimpait dans les arbres

Pour savoir si le ciel se rapprochait de lui

 

Le vrai chemin s'ouvre aux sommets

A la parole fleurissante

Au regard qui augmente l'espace

 

Tu as du souffle maintenant

Tu as trouvé ta lampe

Tu vas gravir le monde et contempler

 

 

Marc Baron

(Les amants du fragile

- L'Harmattan)


 


Partager cet article

Repost0
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 04:08

 

 

  Il paraît que la banque Supervielle est bien connue dans les pays d'Amérique du Sud.

Bon, le monde est à découvrir (ou redécouvrir) tous les matins...


Bref, je résume, c'est un oncle du poète Jules Supervielle qui a fondé cette banque en Uruguay à la fin du XIXème siècle. Elle a connu des hauts et des bas (des fortunes diverses, en somme...) mais est encore très florissante en Argentine, au Chili, etc.

 

Banco-20Supervielle-2001.jpg

 

  (Image Internet : moon.com)

 

Il me semble que le poème suivant établit un bon lien :

 

          Mathématiques

 

  Quarante enfants dans une salle
Un tableau noir et son triangle
Un grand cercle hésitant et sourd
Son centre bat comme un tambour
Des lettres sans mots ni patrie
Dans une attente endolorie
Le parapet dur d'un trapèze,
Une voix s'élève et s'apaise
Et le problème furieux
Se tortille et se mord la queue
La mâchoire d'un angle s'ouvre
Est-ce une chienne ? Est-ce une louve ?
Et tous les chiffres de la terre,
Tous ces insectes qui défont
Et qui refont leur fourmilière
Sous les yeux fixes des garçons.

 

                    Jules Supervielle

                         (Gravitations)

 

 

Pour faire connaissance avec Jules, le livre ci-contre est une bonne approche.

 

9782070558094FS

 

 

 

 

 

 

 

 

Côté CD, voir si vous trouvez "Plein ciel" de Martine Caplanne ou encore "Jules Supervielle" dans la collection Poètes/chansons chez Epm.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(Image Internet : decitre.fr)

Partager cet article

Repost0
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 04:08

sgl9.jpg  

(Image Internet : emmanuel.guyetand.free)

 

  Vous vous rappelez l'objectif de la rubrique "Nom d'un poète !" ? Non ? Il s'agit de trouver des noms de poètes associés à des activités qui n'ont rien à voir.

 

C'est le cas ici, mais je n'ai malheureusement pas pu faire une photo de l'enseigne.

(Si vous passez par là, c'est à Lannilis, dans le Finistère.)

 

Garage Ségalen 

 

Bon, certain(e)s vont me dire : "c'est qui, ce Ségalen ?" La réponse la plus complète sera d'aller voir le site des amis de ce poète du XIX°/XX°, très marqué par la médecine, la Chine et l'archéologie...

 

Pour relier le thème avec un poème, j'ai trouvé ceci :

 

  LES MAUVAIS ARTISANS
 
     Ce sont, dans les vingt-huit maisons du Ciel; la Navette étoilée
            qui jamais n'a tissé de soie;
      Le Taureau constellé, corde au cou, et qui ne peut traîner  
            sa voiture;           
      Le Filet myriadaire si bien fait pour coiffer les lièvres et qui n'en
             prend jamais;
      Le Van qui ne vanne pas; la Cuiller sans usage même
             pour mesurer l'huile !
      Et le peuple des artisans terrestres accuse les célestes d'imposture
             et de nullité.
      Le poète dit: Ils rayonnent.

 

                                                                         Victor SEGALEN                                                                                                                      (Stèles)

                                                                

 

Aber-wrac'h : Repair Facilities
Engine Repair
Garage Segalen
2, Rue de Verdun, 29870 Lannilis Landeda, France

 

 

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 05:23

SAM_2267.JPG

 

SAM_2268.JPG(Photos : flora)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos prises à Saint-Florent-sur-Cher (Cher).

 

Alain Boudet est un poète sarthois, un des pères fondateurs de l'association "Donner à Voir" et le webmaster du fameux site consacré à la poésie d'aujourd'hui, la toile de l'un.

 

Je n'ai pas trouvé grand chose dans son oeuvre qui puisse évoquer la mécanique ou les poids lourds, mais, qu'importe ! chaque poème d'Alain nous transporte...

Par exemple, celui-ci :

 

Un jour

nous nous lèverons pour la première fois

 

Les néons nous tiendront

un langage d'étoiles

 

Ce sera un matin sans voiles

 

Nous marcherons d'un pas de fête

et les murs

gais de leurs lézardes

accompagneront notre souffle

d'une amitié de chèvrefeuille

 

Ce jour-là

quelque chose aura changé.

 

             Alain Boudet

       (extrait de Les mots du paysage,

             éditions Donner à Voir)

 

(Pour les puristes et les curieux, j'avais aussi repéré un garage Boudet à Bonneval (28) et une biscuiterie du même nom à Pézenas (34).)

 


Partager cet article

Repost0
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 04:14

 

thor-hushovd-devient-champion-du-monde.jpg

 

 

thor-hushovd-devient-champion-du-monde

(Internet : gauche, lequipe.fr; droite, culture-food.eu))

 

norge.jpg

 

L'actualité sportive me pousse à vous tricoter ce billet : ce n'est pas tous les jours que le nom d'un poète devient champion du monde !

(Si vous avez du mal à comprendre cette phrase bancale, allez voir vos journaux...)

Yves, du blog ahoui, m'avait déjà alerté sur des boîtes de poisson...

 

Bref, le poète Norge, un belge francophone dont j'ai déjà eu l'occasion de vous parler ici,n'en finit pas de brouiller les pistes...


 

 

Zoziaux

Amez bin li tortorelle,
Ce sont di zoziaux
Qui rocoulent por l’orelle
Di ronrons si biaux.

Tout zoulis de la purnelle,
Ce sont di zoziaux
Amoreux du bec, de l’aile,
Du flanc, du mousiau.

Rouketou, rouketoukou
Tourtourou torelle
Amez bin li roucoulou
De la tortorelle.

On dirou quand on l’ascoute
Au soleil d’aoûte
Que le bonhor, que l’amor
Vont dorer tozor.

Géo NORGE 

 

Un dernier :


Je mets beaucoup d'ordre dans mes idées.
Ca ne va pas tout seul:
Il y a des idées qui ne supportent pas l'ordre
Et qui préfèrent crever.
A la fin j'arrive à avoir beaucoup d'ordre,
Et presque plus d'idées

 

NORGE (extrait de Les oignons)

 

BONUS : Avec un peu de chance, vous trouverez peut-être, dans une brocante ou un vide-grenier, le double disque 33 tours DISC'AZ 48.887/88 "Jeanne Moreau chante Norge", musiques de Philippe Gérard...  

(Par Thor, c'est un collector !...)

 


Partager cet article

Repost0
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 04:17

SAM_2317.JPGSAM_2315.JPG

 

  Encore une belle pièce pour la catégorie "Nom d'un poète", un garage Queneau déniché au sud de Tours, très exactement à Esvres(37)...

On roulait tranquillement quand j'aperçois ce panneau. Zoup ! demi-tour et arrêt sur le parking d'en face pour prendre la photo.

Au bout d'un moment, intrigué, le propriétaire des lieux s'enquiert de notre démarche...

On lui explique que son garage porte le nom d'un poète et que etc. Et le monsieur, très sympathique, qui nous déclare qu'il pense être un lointain cousin de Raymond ! Lui s'appelle Kléber et comme c'est aussi un passionné de vélo, la conversation va ...bon train...


Pour illustrer en poésie, j'ai trouvé ceci :

 

IXATNU SIOFNNUT I AVAY


Y avait une fois un taxi
Taxi taxi taximètre
Qui circulait dans Paris
Taxi taxi taxi cuit
Il aimait tant les voyages
Taxi taxi taximètre
Qu’il allait jusqu’en Hongrie
Taxi taxi taxi cuit
Et qu’il traversait la Manche
Taxi taxi taximètre
En empruntant le ferry
Taxi taxi taxi cuit
Un beau jour il arriva
Taxi taxi taximètre
Dans les déserts d’Arabie
Taxi taxi taxi cuit
Il y faisait tellment chaud
Taxi taxi taximètre
Que sa carrosserie fondit
Taxi taxi taxi cuit
Et de même le châssis
Taxi taxi taximètre
Et tous les pneus y compris
Taxi taxi taxi cuit
Chauffeurs chauffeurs de taxi
Taxi taxi taximètre
Ecoutez cette morale
Taxi taxi taxi cuit
Lorsque vous quittez Paris
Taxi taxi taximètre
Emportez un parapluie
Taxi taxi taxi cuit
Parapluie ou bien ombrelle
Taxi taxi taximètre
Un mot est bien vite dit
Taxi taxi taxi cuit.

 

         Raymond Queneau

             (Courir les rues)

 

 

                                                                                                                           (Image Internet : www.sp.k12.tr)

queneau.gif

Partager cet article

Repost0
1 août 2010 7 01 /08 /août /2010 04:03

Vacances-Verdon-101.jpgVacances Verdon 101

 

La rubrique "Nom d'un poète !" s'enrichit aujourd'hui d'une magnifique pièce...


Jacques Fournier ne fut pas seulement pape en Avignon sous le nom de Benoît XII (voir ici), c'est aussi le poète que l'on sait (cf. par ), fidèle parmi les fidèles du "Printemps de Durcet".

Grâce à Claude Vercey qui a pris cette photo à Marvejols, en Lozère (et que je remercie vivement au passage...), nous savons maintenant qu'il tient aussi une boutique d'électricité dans ce village.

 

Jacques Fournier est resté très pudique sur cette activité dans son oeuvre poétique...

Peut-être un lien indirect dans ce poème :

 

La pelouse de mon jardin pousse à vitesse grand V. Les chats du quartier viennent y jouer à "Lions dans la savane", jeu félin très prisé dans les terrains vagues.

Il me faudrait sortir la tondeuse*.

Mais un baobab a poussé devant la porte de la remise.

                                          

                              Jacques Fournier- inédit - extrait de A la cantonade)

 

* Note : la tondeuse est électrique, vous n'étiez pas au courant ?


Partager cet article

Repost0
26 juillet 2010 1 26 /07 /juillet /2010 04:07

cadou2.jpg (Images Internet : ouest-france et bayercropscience.co.uk)

 

Cadou_victory1.gif

 

 

Eh ! oui, c'est quelque peu désolant, mais il existe un herbicide qui porte le nom d'un poète !...

 

L'inconnue de la Seine.

...   Dans les draps de satan la blanchisseuse rêve
L'ouvrier fatigué laisse pendre sa main
Comme un fruit de la vigne
Tout doré de sommeil
Là-haut contre la treille éplorée du matin

Je passe sous les ponts endormis
Sous des chaînes de bateaux longs et plats
Je découvre Paris
Notre-Dame à genoux sur un quai de la Seine
Entourée de pigeons et de gamins maudits

Mais je veux m'en aller plus loin ! porter ma lampe
Comme un coeur difficile et triste d'immigrant
Sous la mer bleue pareille à une grande chambre
Tendue de toile peinte aux couleurs de couchant

L'Ecosse a des châteaux peuplés d'ombres qui mènent
Le deuil de leur amour en des salles fermées
J'arriverai un soir comme une humble marchande
Vendeuse de fruits d'or et de gants parfumés

J'entrerai je dirai : c'est la morte de France
L'Inconnue de ces nuits sans bords où vous hantiez
A travers bois traînant des filets à palombes
Quand la plus belle au monde était déjà couchée

Je ne suis rien je vous apporte le silence
L'apaisement et le silence et non l'amour
Comme un baiser de graine tiède que l'averse
Fait germer en avril sur le pavé des cours


Mais les oiseaux ont bu la neige les oiseaux
Chantent dans le jardin fleuri du couvent
Je ne serai pas une nonne vêtue de blanc
Tant qu'il y aura de l'eau dans les fleuves

C'est à mon amour en Paris
C'est au lilas de mon enfance
A la mansarde illuminée
C'est à ce piano mécanique
Abandonné dans les orties
C'est à vous tous que je souris.

René-Guy Cadou "Que la lumière soit" ( Poésie la vie entière ).

 


  Recommandation, en passant : écoutez donc le CD de Martine Caplanne "Aller simple", 71 minutes de Cadou en chanson ! (cf. son site ici.)

Partager cet article

Repost0
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 05:28
rever-sanc.jpg
(Images Internet : haut, flickr.com
bas, espritsnomades.com)

reverdy4.jpgPierre Reverdy (Narbonne, 1888  - Solesmes, 1960)
est un poète qui fut très apprécié à l'époque des surréalistes et qu'on a un peu oublié aujourd'hui...
Ses poèmes sont presque tous chez Poésie / Gallimard. Voir aussi le livre de Claude Cailleau (son voisin de Sablé) : Dans les pas de Pierre Reverdy, aux éditions du Petit Pavé.

Si nous nous intéressons à lui aujourd'hui, c'est parce que des 
vignerons de la région de Sancerre portent aussi son nom*.

* pour être complet, signalons également le Reverdy Circus de Guy Demaysoncel, en Mayenne, ainsi qu'un Reverdy liquidateur judiciaire et un Reverdy coutelier d'art.


J'ai relu Plupart du temps et j'ai eu du mal à trouver des poèmes sur le thème du vin. (La photo pourtant...)

POUR LE MOMENT

La vie est simple et gaie
Le soleil clair tinte avec un bruit doux
Le son des cloches s'est calmé
Ce matin la lumière traverse tout
Ma tête est une rampe allumée
Et la chambre où j'habite est enfin éclairée

Un seul rayon suffit
Un seul éclat de rire
Ma joie qui secoue la maison
Retient ceux qui voudraient mourir
Par les notes de sa chanson

Je chante faux
Ah que c'est drôle
Ma bouche ouverte à tous les vents
Lance partout des notes folles
Qui sortent je ne sais comment
Pour voler vers d'autres oreilles
Entendez je ne suis pas fou
Je ris au bas de l'escalier
Devant la porte grande ouverte
Dans le soleil éparpillé
Au mur parmi la vigne verte
Et mes bras sont tendus vers vous

C'est aujourd'hui que je vous aime

                Pierre Reverdy,
  extrait de La lucarne ovale, 1916.


 



Partager cet article

Repost0