Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 05:06

Trois hypothèses pour deviner le sens de boupion :

1) Jean-Alcide Boupion (1826- 1899) serait resté totalement inconnu s'il n'avait été l'auteur d'une thèse portant précisément sur la découverte inopinée qu'il fit d'une île de la mer de Tasmanie en 1852, une île que d'aucuns qualifieront d'îlet ou d'îlot, tant ses dimensions sont ridiculement minuscules. Pensez, cent trente-trois mètres de long par vingt-deux de large !... 

L'île de Boupion, qui n'est toujours pas répertoriée sur les cartes marines, est une île déserte, seulement visitée de temps à autre par des scientifiques chargés d'étudier la flore et la faune locales.                                                                        (image internet : labibapprivoisee.wordpress.com)

033.jpg

 

2) Jean-Alcide Boupion (1826- 1899) serait resté totalement inconnu s'il n'avait été l'auteur d'une thèse portant précisément sur la découverte inopinée qu'il fit d'une molécule de glucose, bien cachée à l'intérieur de l'estomac d'un hanneton de l'Annapurna, lui-même gisant dans le jabot d'un gypaète barbu qui avait croisé sa route. On peut en déduire qu'il était doté d'une bonne vue, le Jean-Alcide, car il ne disposait à l'époque que d'un "occhiolino" portatif, de marque "Galileo", ancêtre du microscope d'aujourd'hui.

Comme vous le savez peut-être, Boupion était gourmand à l'excès si bien qu'il mourut diabétique, gavé de bonbons et autres sucreries, baignant dans les molécules. C'est pour lui rendre hommage que la communauté scientifique, unanime, baptisa de son nom la molécule du berlingot mordoré.(image : tpe-bonbon.over-blog.com)

Beta-D-glucose-3D-vdW.png

3) Jean-Alcide Boupion (1826- 1899) serait resté totalement inconnu s'il n'avait été l'auteur d'une thèse portant précisément sur la découverte inopinée qu'il fit d'un animal étrange dans le bois de la mousse, à proximité de Saint-Tonneau. Il en fit une description sommaire dans ses Prolégomènes animaliers : " Pour le profane, le boupion ressemble à l'ornithorynque, surtout si on le regarde de profil. Vu de dos, on dirait un lamentin en période de jeûne. Vu d'avion, on croirait avoir affaire à un muscadin musqué. Vu de dessous, vous hésitez entre la fouine écarlate et la belette amidonnée."                                          

A l'usage, le boupion se révèle, après une période plus ou moins longue d'apprivoisement, comme un sympathique animal de compagnie, capable de jouer de la guitare électrique sans les mains, de chasser les moutons sous les meubles ou de mettre la table sans se tromper de côté pour les fourchettes. (image internet : reproarte.com / Franz Marc)

art-3_fabeltier.jpg

Pour vous aider dans vos recherches, une petite citation de derrière les fagots :

"- Où t'as encore mis le boupion ? demanda la grand-mère à sa petite-fille.

- Avec le batratoume, dans la huche à pain, répondit cette dernière."

(Nicéphore Parisis : Scènes de manège, éditions de la migluce)



 

 



Partager cet article

Repost0
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 05:00

La gazelle taquinait le frisé tandis que le petit ramoneur tentait vainement de rattraper le piaf.

87px-Ramoneur.jpg

(ja.wikipedia.org)

Parallèlement, le berger de Manosque cueillait du mimosa pour la Perruche et pour la Brambille.

la-perruche-sugar-cubes.jpg

(thenibble.com)

Le cannibale, qui avait déjà avalé le lion des Flandres et l'aigle de Vizille, s'apprêtait à déguster, après un requin de Messine, des pattes de grenouille.

grenouille_pattes_oranges-copie-1.jpg

(treknature.com)

Personne ne prêtait aucune attention à Roger le fou qui, coiffé de son éternel Gibus, tapait tranquillement le carton en compagnie de Tonin le taciturne, de Nanard, de Nénesse et du major Thompson.

major-thompson.jpg

(miscellaneous-land.over-blog.net)

Ce qui n'empêchait pas Spartacus de poursuivre le Petit Prince, le Vicomte et le Roi René.

le-petit-prince-jpg_236081.jpg

(nostalgie.fr)

Ni le gitan de plumer l'ange de la montagne...

9782205008920-couv-I400x523.jpg(dargaud.com)

Partager cet article

Repost0
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 04:00

La migluce est un poisson téléostéen, assez proche, par temps de brouillard, du maskalonge de l'Ohio... C'est un carnassier redoutable qui vit principalement dans les lacs nord-américains et dans ceux d'Europe, mais qui s'aventure parfois jusque dans nos rivières bocagères, au grand dam des ablettes, des gardons et des truitelles du capitaine Iglou qui ne lui disent pas merci.

Son nom viendrait d'un mot algonquin ramiglu qui signifie "poisson sans arêtes", ce qui n'est pas garanti pour autant.

getimage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(washington.edu)

La migluce a plusieurs particularités qui permettent de la distinguer du maskalonge :

1) les soirs d'été, au soleil couchant, elle émet un chant plaintif qui fait penser à celui de la buse variable.

2) même quand elle n'est pas contente, elle remue la queue.

3) pour rien au monde, elle ne manquerait l'ouverture de la pêche en rivière de première catégorie.

Couv-802-610x400.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(peche.poissons.com)

Pour la citation, je vous ai déniché une petite chanson qu'une voisine obligeante m'a traduite directement du haut-bavarois :

 

Quand vient le soir sur la montagne

on entend dans le vallon

chanter la migluce

chanter la migluce

la migluce de chez nous.

 

(Trad. Droits réservés.)

6080715-tres-belle-femme-de-couleur-en-costume-bavarois-tra.jpg

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

(123rf.com)

Partager cet article

Repost0
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 04:09

On pourrait croire que souton est un mot-valise, formé de la première syllabe de souris et de la deuxième de mouton...

photo5.jpg

(classeurdecole.wordpress.com)

On pourrait croire par ailleurs que c'était mal écrit à la main et que j'ai confondu avec santon :

jardinette-santon-provence.jpg

(as-tu-vu.com)

On pourrait croire enfin que, sachant que le verbe "souter" veut dire remplir la soute, souton en désigne le contenu... Ou encore, pour compliquer les choses, faire référence au nom propre Souton, porté par de nombreuses personnes, dont l'écrivain(e) Dominique :

quandonraconte.jpg(glowmoonlight.unblog.fr)

Eh bien, non, rien de tout ça. En fait, souton est un adjectif ou nom masculin, qui désigne en normand une personne sournoise, qui dissimule...

wile-e-coyote.jpg

(glowmoonlight.unblog.fr)

Pas convaincu(e)(s) ? Le mieux, c'est encore de terminer ce billet par une citation :

- Et que dirais-tu d'une alliance pour sceller notre amour naissant ? demanda-t-il, ému...

- S'pèce de souton, répondit-elle, c'est juste une blague de fiançailles* !...

(Barbey d'Aurevilly, in Saint-Sauveur)

 

* En fait, la paternité de l'expression "blague de fiançailles" revient à un jeune membre de la famille...

Partager cet article

Repost0
16 juillet 2012 1 16 /07 /juillet /2012 04:04

Vous avez le choix pour deviner le sens de ce mot :

- lucrapi :

a) premier terme d'une formule magique rituelle encore en usage chez les anciens Hopis. Exemple : 

"Si t'as mal au dos

un peu de baume

du tigre en papier

et lucrapi lucrapo

te voilà sur pied."

(Codex Moctezuma)

codex-azteque-2.jpg(acoeuretacris.net)

 b) petit oiseau des îles, remarquable par son plumage coloré et par son chant, assez proche de celui de l'engoulevent, un bon bémol en dessous quand même.

A noter que sur la photo (fond-ecran-image.com), l'oiseau est si petit qu'on ne le voit pas très bien, mais en tendant un peu l'oreille, on l'entend distinctement.

fleur-des-iles.jpg

 c) terme de marine désignant un boulon de huit qui ne sert pas à grand chose sur un voilier en raphia et qu'on laisse généralement dormir dans la trousse de secours.

Exemple :

- A quoi ça sert d'embarquer un camembert pas trop fait ? C'est pas ça qui va nous aider à refaire le filetage du lucrapi. (Loïc Peyron, Sur la mer calmée, éditions Marée Basse)

Boulon-300x222.jpg(image : google)

 

Bonus lastminutepointcom : Proposition supplémentaire de Cristophe :

d) contraction de lucratif et de pi. Se dit d'un mathématicien gagnant bien sa vie.

Exemple : Voyez celui-ci avec sa table de multiplication sur feuille d'or ! Comme il doit être lucrapi ! (Kévin Molière, Les fourberies d'escarpin.)

Partager cet article

Repost0
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 04:04

Attention, attention, si vous affichez "super" sur un moteur de recherche, on vous indiquera des trucs du genre préfixe, adverbe, adjectif, nom, etc.

Ce n'est pas du tout de cela dont je souhaite vous parler aujourd'hui, mais d'un mot de normand, super, (ne prononcez pas le "r" final) dans son emploi en tant que verbe.

Il signifie boire en aspirant, sucer, gober en parlant d'un oeuf.

5795383361 9512410361 b

(chassimages.com)

Pour vous prouver que le mot est bien vivant encore aujourd'hui, songez qu'il existe à Briouze (61) un café-bar à l'enseigne :"La Supée"... (photo flora) :

supée

Vous n'allez pas partir sans une petite citation de derrière les fagots :

- Avance donc, gars Gus, t'es là à super d'zeux au lieu d'faire ton boulot et ça fait bourder tout l'monde...

                          (Guy de Maupassant, Contes de Basse-Normandie, éditions du Broutard)


Partager cet article

Repost0
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 04:06

Non, je ne l'ai pas inventé celui-là...

Le copal n'est pas le singulier de copeaux mais désigne une résine proche de l'ambre, un peu plus claire, tout aussi utile pour fabriquer des bijoux par exemple.

Le mot vient du nahuatl, une des langues indigènes du Mexique, et signifie encens. On trouve des gisements de copal sur les cinq continents.

On peut le recueillir sur le copayer, un peu comme on le fait sur l'hévéa pour le caoutchouc.

Sur la photo : ici au Pérou :

Amazon-20native-20harvesting-20copal-20resin.jpg

(ruffordsmallgrants.org)

 

On peut aussi le trouver sous forme solide :

69532_bursera_jorullensis_copal_azteque.jpg

 

(labo-hevea.com)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ou encore distillé, comme huile essentielle, comme parfum ou comme vernis pour vos meubles.

Ne le confondez pas toutefois avec les bonbons au miel...

60150_1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

  (kremer-pigmente.com)

 

 

 

A noter que copal désigne aussi une boîte d'électronique, la preuve :

mot_dc_copal_lc_177b.jpg(oddmix.com)

J'allais oublier la citation, ce serait dommage :

"Au pied du capoyer, l'évêque s'agenouille

et les enfants de choeur, en traquant la grenouille,

chantent ce doux refrain, c'est l'appel au copal :

allez, sois cool et coule, archiépiscopal."


                          (Mourongue de Benjoin, Colophane sandaraque, extraits.)



Partager cet article

Repost0
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 04:09

  Soyons sérieux cinq minutes... Tout le monde connaît le mot cagibi, bien pratique pour désigner une petite pièce dans laquelle on "range" n'importe quoi en attendant...

  J'aime bien ce mot parce qu'il est doux à l'oreille et qu'il me fait penser aux shadocks.

  Son étymologie ne manque pas de surprendre. La voici :

Étymol. et Hist. 1911 (Gide, Isabelle, p. 623). Mot dial. de l'Ouest (Orain : cagibi, hangar, appentis de décharge; Verr.-On. : cagibit, syn. de cabigit, cabagit, cabagetis « méchante cabane, cahute »; J. Rougé, Le Parler tourangeau, Paris, 1912 : cabgit « petite maisonnette dans les champs »), issu par métathèse de cabigit, cabagit « cahute » (Verr.-On.) forme apocopée de cabagitis (dial. d'Alençon d'apr. FEW t. 2, 2, p. 242), issu par assimilation de cabagétis, v. cabajoutis.

                                                                                                                                                (source : crntl.fr)

Salta_011_46.gif

(tao-yin.com)

Cela ne nous empêche pas de vous servir une citation* :


  Elle parle de "son petit cagibi" où elle s'enferme. (André Gide) 

 

* Notons au passage qu'il s'agit d'un double citation puisque Gide lui-même cite une personne qui emploie ce mot.

 

Une deuxième citation, sans doute un peu moins littéraire :

" - Tu me donnes un dollar de plus et je te montre mon petit cagibi...

   - Compte là-dessus, bois d'l'eau..."

                                                                (Julius Caesar, Ultima verba)

 

Partager cet article

Repost0
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 04:00

Bon, moke, on peut aussi l'écrire "moque" si on veut...

  D'après les linguistes qui s'y connaissent, on peut rapprocher ce mot de l'anglais "mug", d'autant plus qu'il désigne aussi en normand une sorte de grande tasse avec une anse. 

  Le plus souvent, la moke est utilisée pour boire du cidre, - de la bière plus au nord...

  Voici une citation, dénichée aux meilleures sources :

  "- Alors, père Alcide, comment cha va les affaires ?

  - M'en parle pas, mon gendre, j'avions des dettes autant comme autant...

   - En attendant d'les rembourchi, viens donc bère eune moke de bère* do mé."

(Pierre-Robert Le Cornier de Cideville, Epigrammes)

 

* Oui, pour compliquer les choses, "bère" signifie à la fois boire (verbe) et cidre (nom).

 
(foot-mediterraneen.forumactif.com)

Partager cet article

Repost0
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 05:01

Licaruce : voici un mot dont l'origine est mystérieuse, voire controversée.Pour certains étymologistes, cela viendrait de l'ancien malais : lica = celui qui monte; ruce = celui qui descend. Pour d'autres, Licaruceva est le nom d'une impératrice slave, réputée pour son indécision proverbiale.

 

Aujourd'hui, licaruce désigne un petit animal des pays chauds, vivant dans les forêts primaires et se nourrissant exclusivement de pernicates fraîches. Très craintif, il se laisse difficilement approcher.                             (image : kazeo.com)

 

animal

 

Pour l'instant, les scientifiques l'ont encore peu étudié, ce qui explique la rareté des photos et des citations. En cherchant bien, j'en ai quand même trouvé une :

" Un soir je m'étais égaré dans une grande forêt à quelque distance de la cataracte ; bientôt je vis le jour s'éteindre autour de moi, et je goûtai dans toute sa solitude, le beau spectacle d'une nuit dans les déserts du Nouveau-Monde.

C'est alors que, mû sans doute par un instinct machinal, je me mis à siffloter un air martial, propre à me donner du courage. ("Tata Yoyo" pour ceux qui aiment la précision.) L'effet fut immédiat, d'autant plus que des pernicates se baignaient à proximité : surgissant du diable vauvert, un animal étrange s'approcha de moi : c'était le licaruce..."

(François-René de Chateaubriand, in Le Génie sans bouillir.)

Partager cet article

Repost0