Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 04:05

vuvuzela.jpg  (blogs.reuters.com)   

Du vuvuzela (double)...

 

cornebrume2.jpg au klaxon du supporter...(annonces.romandie.com)

 

cornebrume1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  ...en passant par la corne de brume "historique"...

(3bp.blogspot.com)

 

 

 

 

blowing-on-shofar-t11000.jpg ...le shofar... (www.edupics.com)

 

cor_des_alpes_a_tracouet.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  le cor des Alpes

(forum.canardpc.com)

 

 

 

carnyx1b.jpg

 

 

 

 

 

   ...on en arrive au fameux carnyx...

(www.arbre-celtique.com)

 

 

 


Vous l'avez remarqué, le point commun entre ces différents instruments, c'est qu'il faut du souffle et que ça fait du bruit !...

 

Mais qu'est-ce donc que le carnyx ?

 

D'après Mâme Wiki, c'est un instrument de musique en forme de trompe verticale d'environ deux mètres de haut, terminé par une hure de sanglier et que les guerriers celtes utilisaient pour effrayer l'ennemi.

 

Une citation pour faciliter le réemploi :

"Si Roméo avait été aphone et Juliette un peu dure d'oreille, nul doute que le carnyx aurait joué un rôle essentiel dans la scène du balcon."

(Eugène Saccomano : "On refait le match")

Partager cet article

Repost0
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 04:06

halp2v.jpg

 

(Image Internet : armabohemia.cz)

 

 

La vouge est une arme d'hast médiévale apparue en Allemagne et en Suisse à la fin du XIIIe siècle. Utilisée par les fantassins, elle est comme beaucoup d'armes d’hast issue d’un outil agricole.

La vouge est constituée d'un soc de charrue, monté sur une hampe d'environ 2 mètres, il lui est parfois ajouté un croc du côté opposé à la lame, ce qui permet de l’utiliser de taille comme une lourde hache, d’estoc grâce à sa pointe et de crocheter l’adversaire avec le croc d'acier.

Cette arme était conçue pour atteindre les cavaliers et tailler les jarrets des chevaux, voire également trancher les lanières de cuir aux jointures des armures. La vouge était utilisée par les vougiers, hommes d’armes qui se mettaient en lignes, à deux mètres l’un de l’autre, sur 2 ou 3 rangées, et dont le but était de briser les charges de cavalerie. Bien que ce ne soit pas leur but premier, les vougiers pouvaient, si l’occasion se présentait, être utilisés contre l’infanterie, si jamais celle-ci effectuait une charge.

L’évolution de la vouge suisse est à l’origine de la hallebarde. (cf. wikipédia)

 

 

Vous vous doutez bien que la vouge dont j'ai entendu parler était d'un usage beaucoup plus pacifique. Ce mot désigne encore aujourd'hui en Normandie un vieil outil bien pratique qui permet de couper les ronces ou les broussailles plus commodément qu'avec la faucille, la serpe ou la faux.

Le mieux, c'est que je vous déniche une citation :

"Gérard, j'arrive pas à éroncer comme i' faut au pied du chêne, passe-moi donc la vouge si c'est pas trop te demander." (extrait de Vouge ici, de Henry Morton Stanley.)


 

Dernière minute : la maison ahoui m'envoie quelques documents complémentaires, extraits de : Auguste Demmin : Guide des amateurs d'armes et armures anciennes, Paris, 1869. (Source : gallica.bnf)

 

 

vouges1

vouges2vouges6-7.jpgvouges123.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Nous voilà désormais bien armés (!) pour briller au jeu des mille euros, cela mérite une citation de plus :

"Je vous le dis en vérité, le commissaire Juve peut toujours essayer d'attraper Fantomas, sans vouge saxonne adéquate, il n'y parviendra pas. Ah ! ah! ah!..."

(extrait de Vagadu, de Pierre-Jean Jouve.)

Partager cet article

Repost0
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 05:18
mouffette.jpg

(Image Internet : haut, wildlifenorthamerica.com
bas, tipingouin66.blog)

Pour une fois, ce n'est pas du patois ou un vieux mot tombé en désuétude, sconse est un mot bien français, oui Môssieur.
Gagné, le synonyme de sconse, c'est mouffette, qui est d'un emploi plus courant !
...
C'est un petit mammifère qu'on trouve principalement en Amérique du Nord et dans les dessins animés de Walt Disney... Il est bien sympathique, mais, comme son cousin le putois, il pue terriblement, surtout en cas de danger.

Placer le mot sconse dans la conversation de tous les jours n'est pas chose aisée. (Il me semble bien pourtant qu'une chanson hardie ayant pour héros des macchabées - et qui finit par tsouin tsouin - évoque furtivement cet animal...)


Bambi_2_2005_Bambi_II_8.jpg

Partager cet article

Repost0
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 05:14
dodines_de_fine_volaille_farcies_au_foie_gras.jpg

(Image Internet : 750g.com)

Alors, dodine, cela vous dit quelque chose ?
On pense à "dodeline" et on a raison : sur le plan étymologique, le mot vient de là
.

Plusieurs sens possibles, toujours dans le registre de la cuisine, : 1) ballotine de volaille; 2) sauce au blanc dans laquelle on incorpore le jus d'une volaille rôtie.
Ne pas oublier que dodine a le sens de rocking-chair aux Antilles et que Lev Dodine est un metteur en scène russe contemporain.

Une citation s'impose : "- Qu'as-tu fait de bon à manger, ô ma Claudine ?
                                   - Tu vas te régaler car c'est de la dodine.
"
                                            (extrait de Poésies de cuisine, éditions du Mirliton).

Partager cet article

Repost0
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 05:02
http://www.celtine.fr/images/tabatiere_anim.gif 

(Image - animée ! - Internet : celtine.fr)

Touine : ce mot était employé par mes beaux-parents, d'origine italienne, ayant un temps séjourné en Bretagne. Il servait à désigner la tabatière de poche aussi bien que la "prise" de tabac* elle-même que l'on installait dans un creux entre le pouce et l'index et que l'on sniffait... Voilà qui dégageait les bronches !...

* c'est la marque "Snuff" qui avait la cote.

Pour les curieux et les amateurs, notons que touine est recensé dans le "glossaire du patois normand" en ces termes :
touine : tabatière de bois,
faite en forme de fiole aplatie. De petun = tabac, on a d'abord petouine, puis par aphérèse, touine.
A retenir également, au hasard des blogs :
touine = diminutif de twingo;
sainte Twina de la mer, près de Plouha;
objet culte : Hervé Touine sur sa ducati 750 GT.

Une citation, pour faire bon poids :
"- Quel est le secret de votre longévité ?
- Après l'café, j'prends toujours une touine."
           
(extrait d'une enquête de l'INSEE sur la démographie dans les années cinquante dans le bocage normand.)
 

Partager cet article

Repost0
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 05:16
4025902970_6573598c47_m.jpg (Image Internet : flickr.com)


Pour une fois, la photo ne vous donnera pas la clé...

Vogoul ne désigne pas une chouette, mais une langue de l'Oural (la chouette aussi est de par là-bas...), parlée seulement par quelques milliers de locuteurs.
Le mot peut prêter à sourire, mais, en réfléchissant un peu, on se dit que c'est beaucoup plus poli que le "Vögel" de nos amis allemands...

Bon, vous attendez la citation, la voilà :
"Quand, après son échec aux présidentielles, Balladur a vainement déclaré trois ou quatre fois : "Je vous demande de vous taire, s'il vous plaît...", il aurait mieux fait de parler vogoul " (Hyacinthe Rigaud)

Partager cet article

Repost0
28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 05:13


(Images Internet : gauche, fotosearch
droite, supertoinette.com)





























Encore un mot de normand qui me fait remonter à l'enfance...
Chani semble venir de canus qui veut dire blanc. Adjectif, il signifie moisi; employé comme nom, c'est l'équivalent de moisissure.

Une citation, pour rire ?
"Germaine, t'as encore oublié d'mettre d'la parrafine, y'a du chani sur la confiture !..."
      (extrait de Paul Féval : Les recettes de la grand-mère de la fée des grèves)

Partager cet article

Repost0
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 05:10

(Image Internet : civilizations.ca)

Aux trois quarts remplie d'eau ou de lait, c'est bien lourd une seille pour un petit bonhomme de 6 ou 7 ans !... Alors, il valait mieux prendre "l'oreille" à deux mains pour ne pas renverser.
Bien sûr, vous avez trouvé le sens de ce mot : il est venu directement du latin situla qui a donné "seau" en français et seille en normand.

Une citation, juste pour le plaisir : "Méfie-toi, Sidonie, Pâquerette m'a l'air ben nerveuse anui, faudrait pas qu'é nous donne un coup d'sabot dans la seille..." (Eugène Boudin, in Le ciel est par-dessus la vache, éditions  de l'horizon).


Note d'actualité qui n'a rien à voir :
Vous cherchez des livres pour Noël ? Allez donc voir ce qu'on vous propose ici : http://elbog.canalblog.com (article "autopromo").

Partager cet article

Repost0
27 octobre 2009 2 27 /10 /octobre /2009 05:06
Un mot de normand aujourd'hui : trémaine.
Sans photo, cela risque d'être difficile à trouver, alors en voici deux :



















(Images Internet : gauche, forum.femmeactuelle.fr
droite, fotocommunity.fr)




Voilà, la trémaine, c'est le trèfle* des champs, tout simplement. J'ai lu quelque part que les Wallons l'appellent "trinblaine".

En prime, je vous glisse une citation, pour une fois pas du tout apocryphe :
"La Blanche a mangé sa trémaine et je serai à vous dans une petite minute de temps." (Barbey d'Aurevilly, in L'ensorcelée.)


* à trois, quatre, voire sept feuilles

Partager cet article

Repost0
25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 04:46

(Image Internet : francaisedesjeux.com)

Du temps des Grecs, il n'était pas rare d'entendre une phrase comme :
"Calliope, où as-tu rangé mes phécases ?
" (Xénophane de Colophon)
ou encore : "Les nouvelles phécases de chez Nike n'arrivent pas à la cheville des vieilles phécases de chez Adidas." (Zénon d'Elée).


Voilà. Pour changer, j'ai commencé par les citations, ce qui vous permet d'aisément deviner que les phécases désignent les souliers blancs portés par les gymnasiarques et les prêtres. (Comme qui dirait les ancêtres des baskets ou des tennis.*)

* petite pancarte relevée récemment au marché de Briouze, à l'étal de la marchande de chaussettes : Nos tennis peuvent bouillir.

Partager cet article

Repost0