Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 mai 2008 5 09 /05 /mai /2008 04:49

Balise 15 : la nuit tombe vite en avril...
Henri Chevignard est bien là pour lire son haïku...




Rester encore

Après le feu d’artifice

Pour les étoiles

 

Henri CHEVIGNARD

(Anthologie Ailleurs

20ème Printemps de Durcet

Cotcodi)


Partager cet article

Repost0
7 mai 2008 3 07 /05 /mai /2008 04:39
Quatorzième balise, dans l'avenue du château... Peut-être que les arbres nous protègent un peu ou peut-être qu'il ne pleut plus...
Bref, Vinod Rughoonundun étant sous d'autres cieux "pour cause de poésie", c'est Claude (Ribouillault) qui s'y colle
en lisant un extrait de "...j'ai suivi l'oiseau..."




…/…

j’ai suivi l’oiseau qui m’avait dit ton nom

il était venu m’appeler alors que je somnolais

contre la paroi du jour

j’ai traversé le miroir grimpé les montagnes

pour les redescendre

et je te suis venu t’apportant une étoile d’émeraude

mon encens et ma myrrhe

Vinod RUGHOONUNDUN

(extrait de La saison des motséditions La Maison des Mécènes)

 




Partager cet article

Repost0
5 mai 2008 1 05 /05 /mai /2008 04:18
Balise n° 13 : en l'absence de Jean-Pierre Nicol, retenu chez les Ch'tis, c'est Eric Sénécal, autre pilier du Printemps, qui lit "Où le chardon devient mésange..."


Où le chardon devient mésange

quelque chose du miracle de vivre

s’est mis doucement en chemin

avec le vent la rose et le lupin

avec ce bleu retenu par les mains

un matin de luzerne et de bonne aventure

simple comme l’été tendre comme le pain

et c’est ce bout d’espoir qui flambe

à l’horizon des blés et des corbeaux

quand la folie a semé ses mots

dans les blanches marges du poème

Jean-Pierre NICOL

(Entre l’oiseau et le vent

éditions Ecbolade )

Partager cet article

Repost0
3 mai 2008 6 03 /05 /mai /2008 04:37
Balise n° 12 : on garde les impers au cas où...
Venu de Compiègne, Alain Leblond lit un extrait de Ouï... 



JAMAIS DE LA VIE

Jamais de la vie je n’irai revoir

Là-bas si j’y suis

Sur les chemins où s’encaisse l’enfance

Au bord des talus s’enfonçant perdue

Au cœur des lourds dimanches révolus

Où seuls les gris de la vie s’ingénient

À m’embrouiller tel un ciel piétiné

Jamais de la vie je ne pourrai croire

À l’impossible matière des jours

Modelés à coups de pieds dans la boue

À coups d’ennui qui me furent infinis

Jamais de la vie je n’y remettrai

L’épié

Alain LEBLOND

(extrait de Ouï)

(photo : Marinette)

Partager cet article

Repost0
1 mai 2008 4 01 /05 /mai /2008 04:54

Balise n° 11 : Danielle Georges, hilare, commence à lire " il a pris ses jambes à son cou..."
Le temps s'arrange...

 

Il a pris ses jambes à son cou

Et a roulé sa bosse

Il a dévalé

Arrivé au bas de la pente

Il s'est remonté les bretelles

Il s'est mis sur ses deux jambes

Il a avalé des couleuvres, mais

Il était sur le chemin du bonheur.

Danielle GEORGES

(inédit)

(photo : Marinette)

Partager cet article

Repost0
29 avril 2008 2 29 /04 /avril /2008 04:09
Balise n° 10 : Devant un grand hêtre séculaire, Gaston Herbreteau (oui, c'est le mari de France) nous lit ses "asphodèles"...

       LES ASPHODÈLES

 

Dans mon boc a ge,

sur les chemin s de mon enfance,

 vous étiez là, p résentes,

    alignées en h aies

          en avril o u mai.

   J’avais peur d e vous cueillir

    - vous n’éti e z pas les plus belles –

     mais des f l eurs vous étiez les reines

      et votre fi e rté souveraine

me fait encor’ s ouvenir !

 

Gaston HERBRETEAU

(Chemin des ardillerséditions Soc et Foc)

 

 

( Photo : Marinette)

Partager cet article

Repost0
27 avril 2008 7 27 /04 /avril /2008 04:58
Balise n° 9 : Jean-François Franchet doit être un peu en retard... C'est France Herbreteau qui lira le poème à sa place...

Demain comme une houle

de mots

rangés par affinités opportunes

sur le sable

 

 

Jean-François FRANCHET

(Jeune fille au sourcil de coriandre

- éditions Donner à Voir)

Partager cet article

Repost0
25 avril 2008 5 25 /04 /avril /2008 04:47
Balise n° 8 : Le temps se lève...
Appuyée sur son bâton, Dan Bouchery vient de nous lire "Petite"...

Petite

Sur la route

Le temps d‘aller

De la maison

À l’école

J’aimais à traîner

Seule

Ce temps

M’appartenait

Hors de portée

De toute rigueur

J’y découvrais le Rêve
Dan BOUCHERY

( inédit )

(photo :
Marinette)


Partager cet article

Repost0
23 avril 2008 3 23 /04 /avril /2008 04:38
Balise n° 7 : Il pleut à peine... Juste retour des choses : Claude Held lit un des poèmes qu'il avait écrit quand il était en résidence, précisément à La Boderie...



la Boderie

(Ste-Honorine-la-Chardonne)

il y a une ornière

l’eau stagne

pas d’empreintes

pas de minutes plus courtes

un chien sort d’une cour

me flaire

reconnaît une bête –

de petites maisons sont posées

afin que rien n’échappe

de la fumée

Claude HELD

(Lieux d’Orne et d’ailleursPropos/2 éditions)

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
19 avril 2008 6 19 /04 /avril /2008 04:56
En l'absence de François David, c'est Franck Cottet qui lit "le loup et la biche". La pluie nous accompagne encore, mais on entend des commentaires du genre "ça va se lever..."



LE LOUP ET LA BICHE

 

Il n’y a pas qu’un seul amour.

Les fleurs bleues aiment les fossés,

Les cobras sont charmés par les flûtes,

Les chèvres consolent les chevaux.

Parfois les chiens aiment les chats,

Parfois l’été aime le vent

Et les vers de terre les étoiles.

Un jour le loup aimera la biche.

N’y a-t-il pas des soleils de minuit ?

 

François DAVID

(Petits poèmes de l’amour

- Lo Païs / d’Enfance -)

Partager cet article

Repost0