Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mai 2010 7 23 /05 /mai /2010 04:05

chemin_durcet_2010.jpg

 

 

De nombreux photographes ont uni leurs talents (Michel, Françoise, Bernard, Flora, d'autres encore...) et c'est l'ami Yves qui a réalisé le montage. Merci à tous et toutes ainsi qu'aux violoneux : Brigitte, Thierry et Claude. 

Partager cet article

Repost0
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 04:04

Dernière balise (la numéro 16) avant un coup de poiré bien mérité à la salle polyvalente.

Nous sommes quasiment revenus à notre point de départ, c'est-à-dire dans le bourg.

Michel Besnier, l'habitant de L'haÿ-les-Roses, a eu la patience de nous attendre.

Son poème est court, drôle et tellement vrai !

 

 

SDC10277b.JPG

SDC10275b.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(photos : Bernard A.

dessin : Clo')

 

 

 

  - 16 -

 

 

Un oiseau

qui mange trop

de granulés

devient

gras

nul

et laid

 

Michel Besnier

(Le verlan des oiseaux,

              éditions Motus)

chemin10-16

 



Partager cet article

Repost0
19 mai 2010 3 19 /05 /mai /2010 04:02

chemin10-15

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SDC10272.JPG

                       - 15 -

 

Tous les gestes du jardin sont écriture

dans le plus ordinaire tremblement qui soit

Sous la sueur retourner le poème       Le champ

serait alors troué par l’exercice incessant

le labeur de la main             le premier sang

comme l’amant gémit au sexe de l’amante

 

 

Et la voix monte inonde

le carré d’herbes         le muret

que le lézard couronne   sans crainte

Sa route est sûre     il écoute le chant

 

              Jeanine Baude 

          Un bleu d’équinoxe

              (A.B  éditions)

 

Nous sommes arrivés à la balise numéro quinze, très exactement en face d'un des plus beaux platanes du bocage.

Yann Sénécal, le frère d'Eric, lit le poème de Jeanine Baude, parisienne et ouessantine, retenue en d'autres lieux...

Partager cet article

Repost0
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 04:09

SDC10270b.JPG

 

 

          - 14 -

 

Je ne sais pas danser

Mais je danse

 

Je ne sais pas chanter

Mais je chante

 

Je ne sais pas vivre

Mais je vis

 

Je ne sais pas souffrir

Mais je souffre

 

Je ne sais pas aimer

Mais j’aime

 

Je n’ai pas voulu être

Mais je suis

 

J’ai voulu apprendre

Mais déjà

La mort ne voulait plus

 

                 Werner Lambersy  

Conversation à l’intérieur d’un mur 

                        (Dumerchez)


chemin10-14

 

 

 

 

(photo : Bernard A.

dessin : Clo')

 

 

 

Avec la balise n°14, on change de braquet : on arrive en effet sur l'avenue du château pour la partie finale, ce qui veut dire goudron et longue ligne droite en faux plat montant, avec l'église en perspective...


Poète belge, Werner Lambersy donne tout de suite une touche francophone, voire internationale, à notre "Printemps"...

Ses poèmes sont traduits dans des langues aussi improbables que l'hindi, le kurde, le slovaque ou l'arménien.

Merci à lui d'être venu jusque chez nous.

 

 

 

BONUS : une photo de Marie-Laure !

 


(Werner, auditeur attentif du concert de "l'arbre à musique"...)


 

11 avril 2010 037

 

 

 



Partager cet article

Repost0
15 mai 2010 6 15 /05 /mai /2010 04:11

                         - 13 -                            

 

 

Voici le voile de lumière qu’au printemps

on soulève pour savoir si se dresse cela

que l’hiver a gardé si longtemps au secret

des saisons enfin d’aller encore à la ligne

rajoute ici et partout des couleurs à la vie

qu’on oublie ah ! le sommeil des intérieurs

la terre chauffe-t-elle que rien ne veuille

en sortir timidités du printemps toujours

renouvelées : qui peut prouver l’ingénuité

de ces amours sans mémoire si nouvelles

issues pourtant d’hier ce lointain naguère

 

                           Bernard MOREAU          

                           (Fondations,

                                   La Bartavelle)

 

Après avoir longé un talus abritant sans (aucun) doute des terriers de renards et de blaireaux, nous sommes maintenant devant la balise n° 13, en bordure de bois et en face d'un grand champ.

Bernard Moreau a fait le déplacement de Versailles pour ne laisser à personne d'autre le plaisir de lire...

 

SDC10267.JPG

 

chemin10-13(Photo : Bernard A.

 dessin : Clo')

 

 

36.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BONUS : la photo de Claude Burneau :

Partager cet article

Repost0
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 04:08

Balise n° 12 :

avec un peu de chance, pour arriver ici, vous aurez auparavant flatté l'encolure d'un âne qui vous aura salué à sa manière d'un braiement aussi joyeux que déchirant...

Située à l'angle d'un bois de résineux, la douzième balise nous attend.  

Marc Baron aussi.

Venu de Fougères, il nous invite à nous pencher sur un brin d'herbe...

 

 

DSCN8797.JPG

 

                                                     - 12 -

 

Regarde le brin d’herbe

Tout petit, presque rien

 

Il connaît déjà tout

La pluie, le vent

Le soleil de midi

Ton pas dans le jardin

Ton ombre, ta voix douce

Ton souffle sur sa peau

La main qui le caresse

 

Sans toi, sans lui

Le monde serait moins beau

 

                  Marc BARON

( Comme un soleil entre deux pluies

 - Pluie d’étoiles éditions - )

 

(Photo: Françoise, 

 dessin : Clo')

 

 

 

 

BONUS :

une photo prise par Claude Burneau :

 

35.jpg

chemin10-12

Partager cet article

Repost0
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 04:31

11sourdin 

Balise n° 11 : 

après un court passage (protégé) le long de la grand' route, nous bifurquons à gauche et nous retrouvons au creux du chemin creux qui mène au Plessis.

Là, Bruno Sourdin, poète de Saint-Lô, dans la Manche, nous parle du poète chinois Po Chu Yi...

 

 

 

                         - 11 -

 

 

                PO CHU YI

 

Le monde est plein de bruits et de fureur.
Il fait froid.

Trop paresseux pour me lever

Les pensées en désordre

J’ouvre mon vieux livre de poèmes.

Je pense à l’endroit où personne ne vient.

Je pense aux arbres, aux nuages et aux rochers.

Je pense à l’odeur des herbes.

Je pense aux corbeaux de la montagne.

Je pense au jardin de Lo Yang.

Je pense aux deux grues qui savent danser.

Je pense à Po Chu Yi.

Je pense au poète tranquille et oisif.

Je pense au parfum du vin.

Je pense au son de la pluie.

Je pense au goût du ciel.

Je pense à la nuit profonde et silencieuse.

Je pense au poète qui s’enivre et dort profondément.

Je pense au bon vent dans le clair de lune.

 

                                                     Bruno Sourdin

 

(photo : Michel, dessin : Clo')

chemin10-11

Partager cet article

Repost0
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 04:02

 

Balise n° 10 :

elle est située sur le talus, au pied d'un hêtre vénérable, à mon avis, largement centenaire. Tellement imposant qu'à côté, on se sent tout petit.

Venue de la région Nord-Pas-de-Calais, Arlette Chaumorcel effectue au moins trois lectures. (Le groupe unique de départ s'échelonne maintenant et compte plusieurs wagons...)

 

10chaumorcel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

chemin10-10

 

 

 

 

 

(Photo : Michel, dessin : Clo')

 

 

            - 10 -

 

Elle était son gris

son gri-gri mutin

sa maison marine

son oranger vert

 

Parfois il mourait

pour l’avoir vue blanche

de l’autre côté

          des trembles du temps

 

Alors elle riait

Elle se faisait rose

violine carmin

Et comme elle tournait

cerise et grenat

il reprenait vie

dans ses yeux lilas

 

       Arlette Chaumorcel  

                                                   (Visages traversés 

                                                                         éditions de l’Épinette)

 

Partager cet article

Repost0
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 04:10

 

Balise numéro 9 :

après quelques centaines de mètres bitumés sur la petite route de la Sansonnière, un peu fatigués mine de rien, nous nous engageons dans le chemin du Faubourg pour nous arrêter en face d'une petite pièce d'eau.

Jean-Jacques Dabla, poète de la Mayenne, nous lit son poème :

 

                           - 9 -

 

Dedans ma mémoire

Brille

Comme diamant

Une enfance

Bleue

 

Et des cris-feux-de-joie

Et de petits petits chagrins d’ombres-

                                       dessus-l’azur

À la porte de mon oreille battent

Battent comme des tambours de fête

 

Dedans ma mémoire

Bleue

Dort une enfance

Rose

À goût de miel

Et de mangues de maraudage.


Jean-Jacques S.Dabla

 (Ciels de Vertiges,

          éditions Corlet)

 

09dabla

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(photo : Michel,

dessin : Clo')

chemin10-09

Partager cet article

Repost0
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 04:39

08albert

 

Balise n° 8 :

(nous sommes à mi-chemin...)

deux ou trois jonquilles sont encore allumées sur le plateau quand Françoise Coulmin lit à la place de Régine Albert (poète vendéenne, actuellement en convalescence) un poème à vocation pharmaco-sociale...

Le voici :

 

08balise

                     - 8 -

 

Le romarin, c’est bon pour le foie

La mélisse, c’est bon pour la digestion

Le thym, c’est bon pour chasser les  

                                                   microbes

L’origan, c’est bon pour les cicatrices

La sarriette, c’est bon pour les intestins

Le basilic, c’est bon pour les nerfs

Elle a toutes ces plantes dans son jardin

la prévoyante petite grand-mère.

Mais elle va les acheter chez le

                                              pharmacien,

C’est bon pour la solitude.

 

                           Régine Albert

(Un paradis qui bouge dans la mémoire, 

                         éditions Écho Optique)

 

 

                                                                                                                                                 (Photos : Michel E. dessin : Clo')

chemin10-08

Partager cet article

Repost0