Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 05:00

sc3a9quoia-du-cimetic3a8re-martignc3a9-briand-1.jpg

 

(Image Internet : krapoarboricole)

 

C'est Daniel qui nous a alertés...

Ce séquoia plus que centenaire est en grand danger de mort...

Voir l'article d'ouest-france pour comprendre la situation.

Une pétition sur Internet a déjà recueilli plus de 900 signatures.

Il y manque encore la vôtre...

C'est facile, il suffit de cliquer ici. Merci à l'avance.


 

+ Note d'actualité :

salut à la poète Andrée Chedid qui vient de nous quitter...

 

Arbres

Je sais des arbres
Striés de leur corps à corps avec les vents
Et certains dont les têtes résonnent
Des contes de la brise
                           
D’autres solitaires et debout
Défiant le sol renégat
Et d’autres qui se ressemblent
Autour d’une maison grise
                              
Je sais des arbres
Qui s’humilient au pied des eaux
Pour l’amour de leur image
Et ceux qui secouent d’arrogantes chevelures
À la face du soleil

Je sais des arbres
Témoins de très anciennes naissances
Et qui redoublent de racines
J’en sais d’autres qui expirent
Pour un frôlement d’aile

Je sais des arbres vains et qui ne sont
Que feuilles
Tous ils ont trop vécu
Sur la terre des hommes.

 

Andrée Chedid

  (Textes pour une figure, Flammarion)

 

Partager cet article

Repost0
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 05:06

(Images Internet : haut, esveld.cnl

bas, visionspictures.com et val douve)

 

Retour aux chênes avec le quercus hispanica diversifolia, dit encore "chêne à cuillères".

 

qhisdiversi.jpg

 

Comme je vous le disais ici, c'est un "cousin" du fulham, un chêne hybride, résultat du croisement entre le Quercus suber (chêne-liège) et le Quercus cerris (chêne chevelu). D'un développement assez modeste, lui aussi se plaît dans tous types de sols et garde ses feuilles en hiver. 

Ce sont précisément ses feuilles qui font son originalité : certaines d'entre elles possèdent un lobe terminal en forme de cuillère à café !

 

Pour en voir un par ici, vous irez au village de La Ferté : notre diversifolia est installé juste en face du fulham.

 

 

qhdcuillers.jpg

  QUER0010_1248-val-douve-picture1-quercus-x-hispanica-divers.jpg

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost0
6 janvier 2011 4 06 /01 /janvier /2011 05:07

 

Q_002.jpg

 

q_hispanica.jpg(Images Internet :

gauche et droite, helardot. /

milieu : espacesverts.be./

bas : biloba.nl)

 

 

 

 

 

 

 

 

fulham.JPG

  Quercus hispanica 'Fulhamensis' 02

 

 

Ne croyez pas que je vais vous parler du club de foot londonien...

Aujourd'hui, retour chez nos amis les chênes avec le quercus hispanica "fulhamensis".

En français, chêne de Fulham ou encore faux chêne-liège d'Espagne.

Cet arbre est un hybride (Quercus cerris x Quercus suber) dont les caractéristiques peuvent varier selon la dominante. Ses feuilles, assez épaisses et d'un beau vert brillant sur le dessus, persistent presque toute l'année. Ses fruits sont dits "à apex un peu déprimé", ce qui n'est pas une maladie...

Il n'est pas trop regardant sur la qualité des sols et peut donc pousser un peu partout.

 

Vous pourrez en voir un bel exemplaire par ici, au village de La Ferté, sur la commune de Sainte-Honorine-la-Chardonne (61).

 

(Bientôt sur ce blog, quelques infos concernant un cousin du Fulham, le Diversifolia.)

 

 

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 04:57

 

Aujourd'hui, le quercus macranthera, encore appelé "Chêne du Caucase", ou bien "Chêne de Perse".

Comme son nom l'indique, celui-là n'est pas "américain" puisqu'il est originaire d'une région comprise entre le Caucase, le nord de l'Iran, le sud de la Caspienne et l'Arménie.

 

934-Quercus-macranthera.jpg

 

Un beau spécimen est visible à l'arboretum de Chèvreloup (78). (Image Internet : www.florum.fr)

 

Quelques caractéristiques :

- il pousse dans tous les types de sols, à condition qu'ils soient bien drainés, et peut atteindre 25 à 30 mètres.

- ses feuilles, assez nettement lobées, sont dures et dites "parcheminées".  

(Internet : gardenaction.uk)

 

quercus-macranthera-leaf.jpg

- fruits presque sessiles.

- écorce gris pourpre.

- son bois sert à fabriquer des tonneaux. (Voir ici.)

 

Anecdote : le bon La Fontaine, qui était "maître des Eaux et Forêts", évoque (peut-être ?) notre arbre dans sa fable Le chêne et le roseau... :

 

Le Chêne un jour dit au Roseau :
"Vous avez bien sujet d'accuser la Nature ;
Un Roitelet pour vous est un pesant fardeau.
Le moindre vent, qui d'aventure
Fait rider la face de l'eau,
Vous oblige à baisser la tête :
Cependant que mon front, au Caucase pareil,
Non content d'arrêter les rayons du soleil,
Brave l'effort de la tempête.
Tout vous est Aquilon, tout me semble Zéphyr.
Encor si vous naissiez à l'abri du feuillage
Dont je couvre le voisinage,
Vous n'auriez pas tant à souffrir :
Je vous défendrais de l'orage ;
Mais vous naissez le plus souvent
Sur les humides bords des Royaumes du vent.
La nature envers vous me semble bien injuste.
- Votre compassion, lui répondit l'Arbuste,
Part d'un bon naturel ; mais quittez ce souci.
Les vents me sont moins qu'à vous redoutables.
Je plie, et ne romps pas. Vous avez jusqu'ici
Contre leurs coups épouvantables
Résisté sans courber le dos ;
Mais attendons la fin. "Comme il disait ces mots,
Du bout de l'horizon accourt avec furie
Le plus terrible des enfants
Que le Nord eût portés jusque-là dans ses flancs.
L'Arbre tient bon ; le Roseau plie.
Le vent redouble ses efforts,
Et fait si bien qu'il déracine
Celui de qui la tête au Ciel était voisine
Et dont les pieds touchaient à l'Empire des Morts.

 

Par ici, un chêne du Caucase vous attend à Bréel (61).


Partager cet article

Repost0
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 04:00

 

 

  Aujourd'hui, un "nouveau" chêne "rouge", le quercus pagodifolia, ou chêne des pagodes. (Infos site helardot)


Il nous vient du sud-est des Etats-Unis, pousse rapidement un peu partout, mais préfère les terrains humides. 30 mètres en milieu naturel, moitié moins en Europe.

Feuilles à rapprocher de celles du quercus falcata, glands plutôt petits, de couleur orange. (Voir les photos)

  Sur les vieux sujets, l'écorce ressemble à celle du cerisier et se détache par plaques.

  Son bois rouge est très recherché en menuiserie.

 

  Par ici, nous en avons un exemplaire le long du chemin des Vallées sur la commune de Saint-Philbert-sur-Orne.

 

tqupa5-lf15855

 

tqupa5-wpgiant-girth15833.jpg

 

wqupa5-wplookup-giant15831.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

wqupa5-fr15850.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(Images Internet : cas.vanderbilt.edu)

 

Malgré quelques recherches, l'appellation "chêne des pagodes" demeure pour moi une énigme... Si quelqu'un trouve une explication...

 

+ Actu : salut fraternel à Bernard Clavel, solide écrivain jurassien, poète des arbres et pacifiste engagé...

Partager cet article

Repost0
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 04:06

Aussi étonnant que cela puisse paraître, le chêne des vaches existe bel et bien... C'est un des noms du quercus michauxii nutt. 

On notera que son appellation latine rend hommage au botaniste français François Michaux et non pas au poète Henri Michaux comme certains auraient pu le croire.

Encore un chêne américain, introduit en Europe au XVIIIème siècle.

Il aime les terrains humides, voire inondés et peut atteindre une trentaine de mètres dans son milieu naturel.

80inchcowoak.jpg

 

(Image Internet : www.nativetreesociety.org)

 

Ses feuilles, oblongues, discrètement lobées, sont très proches de celles du châtaignier.

 

cowoak.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(Image Internet : www.naturestation.org)

 

 

 

Ses fruits, quasiment sessiles, sont réputés comestibles quand ils sont crus.

AcornBlur_Quercus_michauxii800.jpg

(Image Internet : www.floridata.com)


Ecorce grisâtre, fissurée. Bois apprécié en menuiserie.

 

Exemplaire à voir dans la région à La Lande-Saint-Siméon.

 

Bonus : un poème d'Henri Michaux; intitulé Le chêne :

http://thumbs.dreamstime.com/thumb_61/114823991221812f.jpg"J'ai rencontré un chêne ; haut comme le doigt, et il souffrait. Sur ses quatre feuilles, deux étaient complètement jaunes. Les autres étaient mal tendues et sans luisant.
Je ne lui découvris aucun ennemi dans le voisinage, ni une excessive concurrence.
Quelque parasite habile avait dû s'insinuer en lui. Un chêne, et puis ? qu'est-ce que c'est que ça pour un parasite !
Donc, je l'arrachai, racines et feuilles mortes, et en l'air !
On le dit tenace, mais se remettre à vivre au point où il en était, non ! Il n'en avait pas appris assez pour ça"


"Le chêne", par Henri Michaux dans Lointain intérieur 

(cf. reflexion-s.over-blog.com)

Partager cet article

Repost0
8 juillet 2010 4 08 /07 /juillet /2010 04:08

Que le titre de ce billet ne vous induise pas en erreur : je ne vais pas vous parler de la myrsine, - arbuste d'Afrique très sympathique au demeurant -, mais du chêne à feuilles de myrsine, dit encore chêne bambou ou, en latin, quercus myrsinaefolia.

Le quidam qui ne verrait que ses feuilles se dirait sans doute : "Ceci n'est pas un chêne."

Quercus-myrsinaefolia.jpg

 

(Internet : daegu.go.kr)

Il aurait tort, notre quidam, la preuve, irréfutable : les fruits sont bien des glands.

myrsi.jpg

 

C'est un arbre originaire d'Asie (Chine, Japon, Thaïlande, Vietnam, Corée), à port relativement réduit, voire buissonnant.

Feuilles étroites, allongées, semi-persistantes, très peu dentées.

Fruits nombreux, fixés sur un court pédoncule.

Pousse sur tous types de sols, sauf calcaire.

Croissance lente. (Au Japon, on le cultive pour faire des haies.)

 

  (cf. document helardot)

 

                                                              

                                                                                                                             (Internet : covet.jp)

250px-Quercus_myrsinifolia_non_Schiras_by_Line1.jpg (Internet : fr.academic.ru)

 

Si vous passez par là, un jeune chêne bambou vous attend sur le chemin des Dimperies, commune de La Lande Saint-Siméon (61).

Partager cet article

Repost0
14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 04:22

lyrata2.jpg

 

(Images Internet : haut, ag.auburn.edu; milieu, missouriplants.com; bas, biol.vt.edu)

Quercus_lyrata_plant.jpg

 

Quercus_lyrata4-3332g-.jpg  

Retour aux chênes dits "remarquables" avec le quercus lyrata Walter.

 

En français, on l'appelle chêne à feuilles lyrées, ce qui nous rapproche de la poésie...

En américain, on parle de l'overcup oak ou encore du swamp post oak.


Quelques mots de présentation : encore un chêne solide, se plaisant en milieu humide, croissant lentement pour atteindre 15 à 25 mètres de l'autre côté de l'Atlantique. On retiendra la forme de ses feuilles à qui il doit son nom et ses fruits presque entièrement enfermés dans une "cupule écailleuse subsessile" (cf. doc. helardot).


Par ici, il vous suffira d'aller au cimetière de Taillebois pour en apercevoir un spécimen qui, -touchons du bois -, a l'air de bien se plaire sous nos latitudes.

Partager cet article

Repost0
30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 04:02
OakBlue8-3-05.jpg

chdouglasii.jpg(Images Internet : haut, birdmom.net
bas, csuchico.edu)


Aujourd'hui, le chêne bleu*.
Les botanistes l'appellent Quercus douglasii**.
C'est un californien bon teint qui est relativement modeste en taille (5 à 15 mètres) et se contente de terrains secs et bien ensoleillés.
Feuilles relativement peu lobées et fruits allongés, presque sessiles et comestibles.
Bien fâché, il peut vivre plus de deux siècles.

Par ici, on en a planté un à La Carneille (61).

* Oui, les botanistes sont un peu daltoniens, parfois...
** David Douglas, botaniste écossais du XIXème siècle.

Partager cet article

Repost0
13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 13:42
quercus_rugosa.jpg

(Image Internet : wnmu.edu)


Selon l'excellent site gardenbreizh.org, le chêne rugueux (Quercus rugosa) nous vient du sud-ouest des U.S.A., du Mexique ou du Guatémala. Dans son milieu naturel, il peut atteindre 12 à 15 mètres, mais, sous nos cieux, sa taille est plus modeste.
Caractéristiques principales : feuilles alternes, souvent persistantes, tomentueuses en dessous, glands roux, courts pédoncules. Peu exigeant côté sol, il réclame un fort degré d'humidité.
Une phrase à noter (je cite !) : "La floraison se fait au printemps et est sans intérêt."

Vous pourrez trouver un Quercus rugosa à proximité d'un site exceptionnel, visité par de nombreux touristes chaque année, celui des Roches d'Oëtre...



Partager cet article

Repost0