Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 04:02

Chaque chêne a vraiment sa personnalité...

Celui-là nous vient du Mexique, du côté des sierras. Son nom complet est en latin Quercus rysophylla 'Maya', ce que l'on traduira par chêne du Mexique bien sûr. En fait, "Maya" est un cultivar découvert récemment par, je vous le donne en mille, les pépinières "Biloba" basées aux Pays-Bas !...

Il a les caractéristiques de l'espèce "rysophilla" (en vrac, écorce crevassée, feuilles allongées, persistantes, "réticulées" (= gaufrées), glands sessiles, sol indifférent, ombre et soleil, entre 8 et 20 mètres de haut...) et ce petit plus des "Mayas" : les jeunes pousses ont des feuilles qui attrapent une couleur de bronze ou de cuivre pour ne pas dire café ou chocolat...

Celui qui a été planté à proximité de l'étang de la Queue d'Aronde, à Athis-de-l'Orne m'a l'air bien parti pour nous faire rêver d'Amérique du Sud...

oaksofchevithornebarton.com, flickr.com, annie-claude-bolomier
oaksofchevithornebarton.com, flickr.com, annie-claude-bolomier
oaksofchevithornebarton.com, flickr.com, annie-claude-bolomier
oaksofchevithornebarton.com, flickr.com, annie-claude-bolomier

oaksofchevithornebarton.com, flickr.com, annie-claude-bolomier

Partager cet article

Repost0
2 juin 2014 1 02 /06 /juin /2014 04:00

Bon, dans la nombreuse famille des chênes, vous aviez sans doute remarqué les Quercus dentata, reconnaissables à leurs feuilles, beaucoup plus développées que chez les chênes "classiques". Eh ! bien, figurez-vous qu'il existe un Quercus dentata "grandifolia", autrement dit à grandes feuilles, à grandes feuilles !...

On hésite pour son nom en français : chêne daimyo ou chêne de l'empereur ou chêne du Japon à grandes feuilles.

Il nous vient d'Asie, évidemment (Japon, Chine, Corée) et n'a été introduit en Europe que vers 1830. Peut atteindre une quinzaine de mètres, croissance lente, accepte les sols acides ou calcaires, supporte les petites gelées, écorce brune qui contient du tanin, petits glands sessiles, largement enrobés dans leur cupule.

Son intérêt principal réside dans ses grandes feuilles (évidemment aussi...) qui peuvent atteindre 30 à 40 centimètres de longueur. De plus, leurs colorations automnales sont spectaculaires : orangé, cuir, crème... Ajoutons qu'elles sont marcescentes, c'est-à-dire qu'elles restent attachées à l'arbre.

Nous avons la chance d'en avoir un exemplaire sur la commune de Durcet, en face de l'ancienne mairie. Je pourrai donc le surveiller...

sources : oak-of-the-world.free.fr, pepiniereslaurentaises.fr, terrain.net.nz
sources : oak-of-the-world.free.fr, pepiniereslaurentaises.fr, terrain.net.nz
sources : oak-of-the-world.free.fr, pepiniereslaurentaises.fr, terrain.net.nz
sources : oak-of-the-world.free.fr, pepiniereslaurentaises.fr, terrain.net.nz
sources : oak-of-the-world.free.fr, pepiniereslaurentaises.fr, terrain.net.nz

sources : oak-of-the-world.free.fr, pepiniereslaurentaises.fr, terrain.net.nz

Partager cet article

Repost0
12 mars 2014 3 12 /03 /mars /2014 05:02

Retour aux arbres avec le chêne de l'arkansas (Quercus arkansana)...

Comme son nom l'indique, celui qu'on appelle aussi "chêne d'eau" nous vient du centre/sud des Etats-Unis (Arkansas et états voisins). C'est un arbre plutôt modeste, de croissance lente, ne dépassant guère les dix mètres de haut...

Autres infos glanées dans "lejardindesophie.net" :

- feuillage alterne, limbe obovale (très légers lobes, mais loin de la feuille de chêne classique). Vert lumineux, jaune en automne (voir photos).

- glands petits, presque sessiles. N'apparaissent que tous les deux ans.

- écorce sombre, noire, fissurée.

- terrain bien drainé, de préférence sableux et non calcaire.

Par chez nous, vous pourrez en voir un exemplaire à Athis, près de l'étang de la Queue d'Aronde.

1/2 : faune-flore.be, autres : arkive.org
1/2 : faune-flore.be, autres : arkive.org
1/2 : faune-flore.be, autres : arkive.org
1/2 : faune-flore.be, autres : arkive.org
1/2 : faune-flore.be, autres : arkive.org

1/2 : faune-flore.be, autres : arkive.org

Partager cet article

Repost0
5 janvier 2014 7 05 /01 /janvier /2014 05:09

Encore un chêne au nom un peu compliqué : Quercus aliena "acutiserrata", en français, chêne de Corée.

(Les plus pointilleux d'entre vous se demanderont s'il vient de Corée du Nord ou de Corée du Sud. Disons que les arbres ignorent les frontières...)

C'est un arbre qui nous vient donc d'Orient, pour ne pas dire d'Extrême-Orient, et qui n'a été introduit en Europe qu'au début du vingtième siècle.

Quelques repères si vous en croisez un sur votre route : accepte tous types de sol, développement modeste, feuilles allongées, bien découpées, ligne médiane en relief, "apex acuminé" (ça veut dire : feuille qui se termine en pointe...), petits fruits, largement enchâssés dans leur cupule.

Par ici, nous en avons planté un sur la commune de Saint-Pierre-du-Regard (Orne), village limitrophe de la ville de Condé-sur-Noireau (Calvados).

1/2 : zhiwutong.com / 3/4 : oaks.of.the.world.free.fr
1/2 : zhiwutong.com / 3/4 : oaks.of.the.world.free.fr
1/2 : zhiwutong.com / 3/4 : oaks.of.the.world.free.fr
1/2 : zhiwutong.com / 3/4 : oaks.of.the.world.free.fr

1/2 : zhiwutong.com / 3/4 : oaks.of.the.world.free.fr

Partager cet article

Repost0
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 05:08

Retour sur notre collection de chênes avec aujourd'hui le chêne sessile (ou rouvre) colonnaire (ou fastigié).

Oui, c'est "pointu", - le sujet, pas les feuilles -, je vous explique rapido :

- le quercus petraea (chêne sessile) et le quercus robur (chêne pédonculé) sont des cousins.

- la différence essentielle, c'est que le sessile a des glands "en amas" et directement rattachés au rameau alors que le pédonculé, comme son nom l'indique, a des glands bien individualisés et rattachés au rameau par un long pédoncule.

Pour ceux/celles qui veulent aller plus loin dans le "pointu", vous avez des détails par ici : http://www.foret-de-bourgogne.org/files/pdm_chene/chene%20sessile%20chene%20pedoncule.pdf

Bon, en plus, le héros du jour - quercus sessilis (ou petraea) - a un port fastigié que les latinistes nomment columna. Nous voilà donc en face d'un chêne rouvre colonnaire.

Inutile de vous dire qu'il est beau, vous l'aviez deviné.

Nous en avons planté deux à l'entrée d'une ferme, sur la commune de Berjou (Orne) à qui nous souhaitons bonne pousse et bon vent...

1- pépinières laurentaises, 2 et 3- wikipedia.org
1- pépinières laurentaises, 2 et 3- wikipedia.org
1- pépinières laurentaises, 2 et 3- wikipedia.org

1- pépinières laurentaises, 2 et 3- wikipedia.org

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 05:01

En arrivant à Falaise (14) par la route de Caen, vous pourrez apercevoir un tilleul remarquable : il a la particularité d'être double au départ, de faire de la soudure entre un mètre et deux mètres cinquante et de repartir de plus belle ensuite vers les hauteurs...

Le tout formant une sorte de lettre X du plus bel effet.

Je cherchais une citation avec le mot tilleul, voici ce qu'on m'a proposé :

Levant les yeux, il découvrit avec un effarement indicible la tête de Dutilleul. 
(Marcel Aymé, Le Passe-muraille.)

photos flora
photos flora

photos flora

Partager cet article

Repost0
20 août 2013 2 20 /08 /août /2013 04:03

Revenons un instant à nos chênes remarquables avec aujourd'hui le Quercus Shumardii, simplement traduit en français par "chêne de Shumard", le nom du botaniste qui a dû se pencher sur son berceau, je suppose...

Petite fiche d'identité, aimablement fournie par psn3.com :

- originaire du Texas, pousse également dans l'Ontario et au nord du lac Erié.

- peut atteindre jusqu'à 40 mètres de hauteur aux Amériques, se contente de la moitié par chez nous.

- tronc à contreforts, écorce gris foncé, grandes feuilles très découpées, "coloration automnale d'un rouge intense" (cf.photos).

- glands de 15 à 30 mm de longueur, cupule peu profonde, en forme de soucoupe.

- supporte les sols acides et les terres humides mais tolère la sécheresse.

- son bois est apprécié en menuiserie.

Nous en avons un bel exemplaire sur le site du Parc à La Carneille (61).

sources : aggie-horticulture.tamu-edu, puckettsnursery.com
sources : aggie-horticulture.tamu-edu, puckettsnursery.com
sources : aggie-horticulture.tamu-edu, puckettsnursery.com
sources : aggie-horticulture.tamu-edu, puckettsnursery.com
sources : aggie-horticulture.tamu-edu, puckettsnursery.com

sources : aggie-horticulture.tamu-edu, puckettsnursery.com

Partager cet article

Repost0
19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 04:04

Patrick Joquel, le randonneur du Mercantour, nous envoie une photo de temps en temps : par exemple, des cairns, des champs de neige ou des arbres...

Dernièrement, il nous a gratifié de ce qui semble être un pin cembro (à vérifier*), lequel manifeste un appétit de vivre qui fait plaisir à voir...

Des compléments d'infos sur le pin cembro par l'O.N.F. ici (clic)

* Il s'agit bien d'un pin cembro, Patrick, notre envoyé spécial, l'a fait pour nous...

photos : patrick joquel, plantesalpines.com
photos : patrick joquel, plantesalpines.com
photos : patrick joquel, plantesalpines.com
photos : patrick joquel, plantesalpines.com

photos : patrick joquel, plantesalpines.com

Partager cet article

Repost0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 04:00

Aujourd'hui, retour aux chênes...

Dans cette grande famille, le Quercus glandulifera a un nom pas possible et qui fait plutôt sourire... En français, nous l'appellerons chêne de Corée ou encore chêne de Iodame.

Quelques précisions (source : helardot) :

Cet arbre, d'origine orientale (Japon, Corée, Chine, Taïwan...), ne sera introduit en Europe qu'à la fin du XIXème siècle. De grande taille en Asie (jusqu'à 20 mètres), il est nettement plus petit sur notre continent.

Ses feuilles (cf. photos) possèdent de courtes dents. Fruits ellipsoïdes au pédoncule très court, voire absent. Ecorce grise ou brun rougeâtre.

De croissance lente, il s'adapte bien à tous types de sols.

Pour en découvrir un par ici, il vous faudra aller à Bréel (Orne).

Images : hort.net, forestfarm.com et helardot
Images : hort.net, forestfarm.com et helardot
Images : hort.net, forestfarm.com et helardot
Images : hort.net, forestfarm.com et helardot

Images : hort.net, forestfarm.com et helardot

Partager cet article

Repost0
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 04:00

Les botanistes l'appellent Quercus jackiana. En français, chêne de Jack.

3484079006_f34debc9b2_z.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(flickr.com)

 

Comme son nom le laisse entendre, il nous vient d'Amérique, du sud-est du Canada plus précisément, résultat d'une hybridation entre le Quercus alba et le Quercus bicolor.

Taille : une trentaine de mètres dans son aire d'origine, moitié moins en Europe.

Le chêne de Jack est considéré comme un arbre d'ornement, la coloration de ses feuilles en automne étant particulièrement spectaculaire. (cf. photo précédente)

Feuilles caduques, à lobes aigus courts, assez proches du Quercus alba.

La photo suivante donne une idée des glands, bien enveloppés dans leur cupule, au bout d'un pédoncule d'environ 1 centimètre. (image : oaks.of.theworld)

Q.JPG

 

 

Le chêne de Jack est plutôt rustique, peu exigeant sur la qualité des sols, mais préférant tout de même les milieux légèrement humides.

Vous trouverez un "jackiana" par ici, à Sainte-Honorine-la-Chardonne, à proximité du cimetière. Il est un peu tordu, ayant plusieurs fois changé de direction de pousse, mais bon, il semble avoir enfin trouvé de quoi s'enraciner...

 

 

Partager cet article

Repost0