Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 04:18
Balise 7, le long de la Gine, Mario lit un tout petit extrait de Mur de sable.
(A signaler ici une faute de frappe - qui m'incombe ! - dans le livret Chemin des poètes 2009. Bien entendu, elle est corrigée sur l'écran. Qui saura la retrouver ?...)

7-



nuit de garde


suis-je vraiment cette sentinelle sous la lune
pointant la dune hostile par quelle force occulte
quelle somme de coïncidences folles quelle
concordance de lieu d'âge de moment

.../...


je suis ici cette nuit détestable factionnaire
alors que je rêvais un monde humain fraternel
on m'a instruit pour donner la mort sans réfléchir
si soudain un homme surgit pareil à moi

.../...


                                       Mario URBANET
                                              (Mur de sable
                                      - Le temps des cerises)

 

Partager cet article

Repost0
10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 04:43


Balise n° 6, in situ, Jean-Hugues dans un coude de la Gine :

6-


Nombril des mondes

J'écoute la chanson
de la rivière sur les cailloux
une main dans l'eau qui va
une main dans l'herbe
un œil dans les nuages
un pied sur terre
un pied contre l'écorce d'un jeune saule
une épaule dans le soleil
et
dans un coude de la rivière
une oreille aux pinsons
une oreille aux murmures de l'eau
une narine dans la menthe fraîche
les reins dans la mousse
je suis
le nombril des mondes.


          Jean-Hugues MALINEAU
             (De mémoire de petit garçon

                              - Lo Païs d'Enfance)

 

 

Note : pendant quelques jours, il y aura sans doute un peu de mou dans les réponses à vos commentaires car je serai cette semaine à Chalon-sur-Saône...

Partager cet article

Repost0
8 mai 2009 5 08 /05 /mai /2009 03:54
Cinquième balise : Claude Cailleau a eu la bonne idée d'attendre les retardaires pour leur parler d'apéro dans le jardin...


5-


La vie dans le jardin. Comme à un fil, c'est le soleil qui entre dans le jour. La table sous le chêne, on y prend l'apéritif le soir, entre pénombre et nuit. Une araignée descend de la branche au bout de son fil, commence une hasardeuse promenade entre les cris, accompagne la fuite des uns, le rire des autres.
La vie dans le jardin. L'herbe pousse sur tes heures en jachère. Et la plume de ton stylo gratte les feuilles, frôlant une mémoire vierge. La table sous le chêne recueille chaque jour l'énigme de ta parole.

Claude CAILLEAU
(Pour une heure incertaine
- Sac à mots éditions)

 


 

Partager cet article

Repost0
6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 04:23

Balise 4 : selon la vitesse du groupe, plusieurs personnes (dont Patrick Joquel) ont lu et dit le poème de Moreau du Mans; sur la photo, c'est Jacques Fournier qui officie...

4-


Ariane


Un grain de soleil vagabonde
Il traverse la joie des livres


Tournent l'azur et les pommiers
Dans les prisons neuves du miel


Le déclin d'une rose ouverte
C'est une porte d'aventure


Le vent brûle par les ajoncs
L'appel rugueux de nos destins


Un jaillissement d'hirondelles
Voici l'aurore qui tressaille


Dans chaque source qui fleurit
Exulte l'hiver condamné


Et c'est au fil de mots très sages
Que j'ai dégrafé ton sourire


Jacques MOREAU du MANS
               (Poèmes pour une mort tranquille
                                     - La Nouvelle Tour de Feu)

Partager cet article

Repost0
4 mai 2009 1 04 /05 /mai /2009 04:44
Balise 3, près du ruisseau :

3-


           Hi-fi


Une hirondelle
Chaque printemps fidèle
S'en revient se nicher
Au-dessus des étables
Avec au bec
Une rose des sables
Au ventre
Le blanc baiser des écumes
Et dessous l'aile
La noire chaleur
Des îles aquarelles

Jean-Claude TOUZEIL
(Random du petit tamis
- éditions Donner à Voir)

 

Partager cet article

Repost0
2 mai 2009 6 02 /05 /mai /2009 04:02
Balise n° 2, près de la mare du Baux

J'aime le chat si bleu
Sur les toitures dorées.
Il a les yeux si verts
Qu'il tombe
De sa gouttière :


Chat dézingué.

 

Nicole OLIVIER
(Anthologie Bestiaire / Bestiaire(s)
- éditions Donner à Voir)

 

Partager cet article

Repost0
30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 04:51
Première balise du "chemin des poètes" 2009 à Durcet.
(Les dessins sont signés Yves, les photos Marinette. Merci à eux.)

1-

 


On entend
Les mouches qui passent

 

On entend
Le pinceau du poète chinois

Sur la feuille

 

On entend
Doucement

 

Le nuage qui transhume
Par grand beau temps

 

On entend tout cela
Et alors on s'étend

 

On s'étend dans les lointains.

 

Jean FOUCAULT
(Nés en l'air
- éditions Corps-Puce)

 

Partager cet article

Repost0
28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 03:54
Avant de laisser se dérouler sur le biloba les photos et les poèmes du "chemin des poètes" et du "petit salon", voici le haïku n° 39, échappé des HaÏkus sans gravité (éditions l'épi de seigle) :

Il est interdit
de chatouiller la statue
de la liberté


(Images Internet : 1.bp.blogspot.com et franceusa.blogspot.com)


Partager cet article

Repost0
26 avril 2009 7 26 /04 /avril /2009 04:44
Dans le Calendrier francophone (Alhambra Publishing), on trouve des poèmes étonnants, comme celui-ci, de Huysmans :

« Ta robe, ô hareng, c’est la palette des soleils couchants, la patine du vieux cuivre, le ton or bruni des cuirs de Cordoue, les teintes de santal et de safran des feuillages d’automne !

Ta tête, ô hareng, flamboie comme un casque d’or, et l’on dirait de tes yeux des clous noirs plantés dans des cercles de cuivre !

Toutes les nuances tristes et mornes, toutes les nuances rayonnantes et gaies amortissent et illuminent tour à tour ta robe d’écailles.

A côté des bitumes, des terres de Judée et de Cassel (2), des ombres brûlées et des verts de Scheele, des bruns Van Dyck et des bronzes florentins, des teintes de rouille et de feuille morte, resplendissent , de tout leur éclat, les ors verdis, les ambres jaunes, les orpins (3), les ocres de rhu, les chromes, les oranges de mars !

O miroitant et terne enfumé, quand je contemple ta cotte de maille, je pense aux tableaux de Rembrandt, je revois ses têtes superbes, ses chairs ensoleillées, ses scintillements de bijoux sur le velours noir ; je revois ses jets de lumière dans la nuit, ses traînées de poudre d’or dans l’ombre, ses éclosions de soleils sous les noirs arceaux ».

Notes

(1) Albert Camus “Le mythe de Sisyphe”, excipit

(2) Cassel : ville du centre de l’Allemagne (Hesse) dont le nom s’orthographie aussi Kassel

(3) orpin : plante grasse

 

Les notes et l'image viennent d'ici : mfrontere.blog.lemonde.fr



Partager cet article

Repost0
24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 04:19
  En ce moment même, et en prélude aux manifestations qui se dérouleront à Durcet (chemin le 25 et salon le 26), l'Espace Culturel du Houlme, à Briouze (61) accueille une exposition de Matt Mahlen intitulée "Café vert tzigane"...
C'est aussi le titre d'un livre rassemblant les dessins de Matt et mes poèmes et qui vient de paraître chez Gros Textes.






Je vous mets le poème qui "va" avec ce dessin :

Aminata
dévore
des yeux
un oeuf
sur la lune

Les doigts
de pied
en éventail
il rote
bruyamment
Richard


Partager cet article

Repost0