Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 mars 2007 4 01 /03 /mars /2007 00:01
Jean-René ROUZÉÀ qui de droit.

Vous n'êtes pas sans savoir - car si vous n'en saviez rien, ce serait fort dommage pour vous, et pour nous - que Durcet, village de 200 habitants, rassemble chaque année un public important. Le fait que Chorus, la bible de la chanson française, annonce cette rencontre comme un événement est une marque de reconnaissance quant à la fréquentation et à la qualité des prestations.

Parlons de ces prestations, en réalité des moments de vie. La poésie est vivante, elle parle, sourit, pleure, tend la main ou serre les poings. Quand elle est servie avec talent, elle parle au c?ur du public, lui fait monter le sourire aux lèvres ou les larmes aux yeux, l'entraîne dans la farandole d'exister et lui fait voir au-delà de l'horizon gris quotidien.

Durcet se veut, et nous croyons qu'il est, moment de lumière et même parfois flamme vive. Durcet, foyer de poésie. Encore faut-il de quoi alimenter ce foyer : y mettre une bûche qui flambera haut et fort. Alors nous nous rassemblerons toujours plus nombreux autour, pour entretenir l'indispensable chaleur humaine. Mettre le printemps là où l'indifférence et l'individualisme givraient les rapports humains.

Serez-vous de cette aventure ? Apporterez-vous votre bûche ?

Jean-René ROUZÉ
St-Léger du Bourg-Denis (76)
Claude HELDDurcet a une vertu unique : apparemment loin de tout, en réalité, au cœur de tous.

Claude HELD
Boigny-sur-Bionne (45)
Durcet... cela relève du miracle. Réussir à concentrer autant de poètes (et d'éditeurs, d'artistes) dans un si petit village... Chapeau ! Et quand, en plus, le public vient les écouter, parler, acheter... alors là, moi j'en reste pantois. Je connais des salons du livre et des fêtes de la poésie qui, sur la côte d'azur, n'arrivent pas à la cheville de Durcet !

Le secret : sans doute l'amitié des habitants du village, leur volonté et leur sens de l'accueil. Durcet : rare ! et précieux."

Patrick JOQUEL
Mouans-Sartoux (06)
Patrick JOQUEL, Jacques FOURNIER, Dan BOUCHERYDurcet (Orne). Son festival Chanson et Poésie. Son Salon de la Poésie.

Samedi 13 heures 30. Les retrouvailles -poètes, éditeurs, amis- avant l'ouverture au public.

Le public, justement, curieux, fidèle, sincèrement, parce que depuis seize ans, le Comité des Fêtes, sous l'impulsion de Jean-Claude Touzeil, lui donne ce rendez-vous annuel, en lisière du terrain de foot, cette année sous le chapiteau. Lieu privilégié des rencontres nouvelles. Rencontre des voix : les poètes, mais aussi la chanson française, le soir, avec cette proximité, cette intimité bien venues que confère l'endroit, la toujours trop étroite Salle Polyvalente. Rencontre des personnalités : les artistes d'ici ou d'ailleurs, poètes -encore-, plasticiens, artisans des mots et du papier. Rencontres de l'émotion -en seize ans, combien d'amis sont déjà partis pour d'autres paradis ? et du rire -Ah! cette conférence instructive et riche en rebondissements autour du personnage énigmatique de Prudentia Gras-Villon ! Un morceau d'anthologie !

Tout un monde simplement humain qui fait vibrer les mots Chanson et Poésie au coeur du bocage."

Jacques FOURNIER et Dan BOUCHERY
Lambersart (59)
Durcet, pour sa seizième édition, retrouvait le décor tel qu'il était déjà planté l'an passé : face à la salle des fêtes, refuge des "pots" et repas conviviaux, était dressée la tente géante, soleil vert et blanc posé sur le bocage.

Poètes, éditeurs, collectionneurs d'objets, de plantes, de mots proposèrent aux promeneurs curieux et souvent habitués un échange de regards, de remarques, de textes... Durant les deux soirées de vendredi et samedi, la scène (devant les gradins combles, de quoi encourager les organisateurs à s'organiser de nouveau...) fut animée d'abord par un montage de textes et de chansons plutôt décapant, un tantinet provocateur mais également à l'aise dans la tendresse. Après l'entracte, certains poètes présents étaient invités à lire, dire ou chanter leurs textes ou ceux qu'ils aiment. Enfin, durant près d'une heure et demie, sans compter avec un engagement physique, une générosité, une vigueur attentives aux syllabes et au sens, Francesca Solleville, avec sa pianiste, Nathalie Fortin, feuilletèrent des mots et des notes toujours militants, vibrant avec la tendresse et la solidarité, criant pour dénoncer les faux-semblants, les injustices. Lorsque les artistes se jettent avec tant d'énergie pour transmettre ce en quoi ils croient, donnant leur voix parfois à la limite de la rupture, c'est un peu comme au cirque, devant les trapézistes : chacun retient son souffle pour mieux sentir celui du message...

Ce même souffle a couru un peu partout dans le petit village normand pendant ces trois journées, un vent d'universalité qui n'est palpable que dans la multiplicité des discours individuels. Vivement la prochaine édition...

La parole partagée... à la lettre.

Claude RIBOUILLAULT
Chantecorps (79)
Jean L'ANSELMELe Printemps de Durcet tient de la rave-party et de Saint-Jacques de Compostelle.

Des pélerins de haut rang, venus de partout, se rassemblent, ici, sous des tentes pour y célébrer l'andouille, les rillettes et un dieu quasiment inconnu des Français : la poésie, une religion tombée en désuétude. Dans le rapport qualité-prix, c'est le lieu de France capable de rivaliser avec Avignon, surtout dans "l'off", car le théâtre se fait dehors."

Jean L'ANSELME
Savigny sur Orge (91)
L'animation culturelle est à Durcet une motivation constante depuis une quinzaine d'années. La persévérance d'une équipe sous la responsabilité de Jean-Claude Touzeil a eu pour heureuse conséquence la reconnaissance du Printemps de Durcet comme haut lieu de la poésie et de la chanson française. Rendez-vous incontournable pour de très nombreux poètes et chanteurs tels que Gilles Servat, Michel Bühler ou Gérard Pierron qui ont marqué leur passage par la qualité de leur tour de chant.

Si l'on ne veut pas que l'animation de notre milieu rural se résume aux concours de belote et autres poules au blanc, il faut que les accompagnateurs financiers continuent de soutenir ce genre de manifestation.
 
Pierre SAUQUES
Maire de Durcet et Président de la CDC d'Athis
GÉO, un visiteur, Pierre SAUQUESAux printaniers de la poésie à Durcet

Géo, paysan, poète et berger des arbres, vous assure de son soutien fidèle depuis un bail déjà pour ces journées de rencontres culturelles.

Régulièrement hébergé -accueilli - chez l'habitant (Jules et Alice sont devenus précieux), j'estime que Durcet est un creuset de poésie qui mêle les générations...

Le travail avec les scolaires a été une étape pour ma part fructueuse - à renouveler.

À votre disposition pour continuer bien volontiers.

GÉO
Goméné (22)

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Printemps de Durcet
commenter cet article
1 mars 2007 4 01 /03 /mars /2007 00:00
Prix Jacques BERTIN

remis à un "jeune poète francophone ayant peu de choses à dire au fond"


1988 : Joël SADELER (premier prix Jacques Bertin, remis par Jacques Bertin !)

1989 : Jean-Michel THÉBAULT et Claude GUIBÉ (deuxième prix Jacques Bertin)

1990 : Jacques LÉCUYER (troisième prix Jacques Bertin)

1991 : Jean-René ROUZÉ (quatrième prix Jacques Bertin)

1992 : PEF (cinquième prix Jacques Bertin)

1993 : Jean-Claude BÉGUIN (sixième prix Jacques Bertin)

1994 : Jacques YVART (septième prix Jacques Bertin)

1995 : Michel LAUTRU (huitième prix Jacques Bertin)

1996 : Gérard DELON (neuvième prix Jacques Bertin)

1997 : Daniel CLÉREMBAUX (dixième prix Jacques Bertin)

1998 : Philippe LAUNAY (onzième prix Jacques Bertin)

1999 : Patrick JOQUEL (douzième prix Jacques Bertin)

2000 : Yves ARTUFEL (treizième prix Jacques Bertin)

2001 : Anne CERTAIN (quatorzième prix Jacques Bertin)

Jacqueline et Claude HELD
2002 : Claude et Jacqueline HELD (quinzième prix Jacques Bertin)

2003 : Jean L'ANSELME (seizième prix Jacques Bertin)

2004 : Martine CAPLANNE (dix-septième prix Jacques Bertin)

2005 : Julos BEAUCARNE (dix-huitième prix Jacques Bertin)


Prix Claude RIBOUILLAULT

remis à un poète "décidément inclassable"

2002 : Gilles J. GUGLIELMI (premier prix Claude Ribouillault, remis par Claude Ribouillault !)

2003 : Yves BARRÉ (deuxième prix Claude Ribouillault, remis par Claude Ribouillault !)

2004 : Mathieu TOUZEIL  et les URBAINES MOUVETTES (troisième prix Claude Ribouillault, remis par Claude Ribouillault !)

2005 : Jacques FOURNIER (quatrième prix Claude Ribouillault , remis par Claude Ribouillault !)

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Printemps de Durcet
commenter cet article
18 janvier 2007 4 18 /01 /janvier /2007 16:34

1

Bergère des arbres

Il te suffit d'un regard

Pour qu'ils filent doux

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Haïku
commenter cet article
9 janvier 2007 2 09 /01 /janvier /2007 22:46
An Elbolg Production

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Actualités
commenter cet article
1 janvier 2007 1 01 /01 /janvier /2007 11:34

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Est-ce que ?
commenter cet article