Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 04:06

halp2v.jpg

 

(Image Internet : armabohemia.cz)

 

 

La vouge est une arme d'hast médiévale apparue en Allemagne et en Suisse à la fin du XIIIe siècle. Utilisée par les fantassins, elle est comme beaucoup d'armes d’hast issue d’un outil agricole.

La vouge est constituée d'un soc de charrue, monté sur une hampe d'environ 2 mètres, il lui est parfois ajouté un croc du côté opposé à la lame, ce qui permet de l’utiliser de taille comme une lourde hache, d’estoc grâce à sa pointe et de crocheter l’adversaire avec le croc d'acier.

Cette arme était conçue pour atteindre les cavaliers et tailler les jarrets des chevaux, voire également trancher les lanières de cuir aux jointures des armures. La vouge était utilisée par les vougiers, hommes d’armes qui se mettaient en lignes, à deux mètres l’un de l’autre, sur 2 ou 3 rangées, et dont le but était de briser les charges de cavalerie. Bien que ce ne soit pas leur but premier, les vougiers pouvaient, si l’occasion se présentait, être utilisés contre l’infanterie, si jamais celle-ci effectuait une charge.

L’évolution de la vouge suisse est à l’origine de la hallebarde. (cf. wikipédia)

 

 

Vous vous doutez bien que la vouge dont j'ai entendu parler était d'un usage beaucoup plus pacifique. Ce mot désigne encore aujourd'hui en Normandie un vieil outil bien pratique qui permet de couper les ronces ou les broussailles plus commodément qu'avec la faucille, la serpe ou la faux.

Le mieux, c'est que je vous déniche une citation :

"Gérard, j'arrive pas à éroncer comme i' faut au pied du chêne, passe-moi donc la vouge si c'est pas trop te demander." (extrait de Vouge ici, de Henry Morton Stanley.)


 

Dernière minute : la maison ahoui m'envoie quelques documents complémentaires, extraits de : Auguste Demmin : Guide des amateurs d'armes et armures anciennes, Paris, 1869. (Source : gallica.bnf)

 

 

vouges1

vouges2vouges6-7.jpgvouges123.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Nous voilà désormais bien armés (!) pour briller au jeu des mille euros, cela mérite une citation de plus :

"Je vous le dis en vérité, le commissaire Juve peut toujours essayer d'attraper Fantomas, sans vouge saxonne adéquate, il n'y parviendra pas. Ah ! ah! ah!..."

(extrait de Vagadu, de Pierre-Jean Jouve.)

Partager cet article

Repost0

commentaires

Tiphaine 20/06/2010 16:17



Blanc sur rouge, rien ne vouge ?



Jean-Claude Touzeil 21/06/2010 08:04



Rien.



Olivier de Vaux 19/06/2010 08:22



Dans mon coin de Charolais la vouge se dit le voudze, il y a ainsi parfaite adéquation entre le mot et le son produit par l'engin lorsqu'on le projette contre le buisson à élaguer.


Mais j'y pense y aurait-il un rapport entre la vouge et le Clos Vougeot ? Il faudrait m'en envoyer une bouteille pour que je vérifie.


 



Jean-Claude Touzeil 19/06/2010 13:48



On pourrait peut-être organiser un genre de colloque pour étudier sérieusement la question !



martine 18/06/2010 16:22



Yves devant manier mieux la vouge que moi m'a coupé l'herbe sous le pied...



Jean-Claude Touzeil 19/06/2010 08:01



Il a beaucoup de qualités, l'animal !...



Cristophe 18/06/2010 16:16



Pratique ta vouge : un côté pour se raser barbe et moustache, un autre côté pour se curer les dents !



Jean-Claude Touzeil 19/06/2010 08:00



C'est une façon (plutôt "rustique" !) de voir... et de faire !...



Cécile 18/06/2010 09:52



... ça pique, ça pointe, ça coupe ... comme une langue de vipère, comme une critique amère ... mais c'est un bel outil !



Jean-Claude Touzeil 19/06/2010 07:55



Si on pouvait "recycler" toutes les armes de cette façon...