Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 05:01

cdredulibanbarouk2005.jpg(nidish.unblog.fr)

 

Vénus Khoury-Ghata, poète d'origine libanaise qui vient d'obtenir l'équivalent du Goncourt pour la poésie, a récemment publié Où vont les arbres ? aux éditions Mercure de France.

 

Elle en parle ici, dans le cadre de "la librairie francophone" d'Emmanuel Khérad.

 

C'est un livre extrêmement fort, fait de chair et de sang, d'écorces et de feuilles, qui évoque le village d'enfance de l'auteur. La famille, la guerre, la mère, omniprésente, les arbres, compagnons des bons et mauvais jours... Une écriture majuscule...

 

Qu'une phalène déserte la lampe et le soir se transformait en nuit

La mère nous couchait tête-bêche avec des arbres de notre âge

Une odeur de neige et de promiscuité blanchissait le feu

alphabet muet les soubresauts des flammes sur les murs

la jupe de la mère effaçait la suie des fautes et les gesticulations de

l'orme sur notre sommeil

discussion orageuse avec le poêle lorsqu'il nous transformait en bûches

en allumettes

prenant à témoin les voisins

la mère frottait nos visages pour en diluer la couleur

nous achetait des bonbons roses des poissons rouges l'or des cafetières

maigre consolation ses chuchotements blancs sur le duvet du cou

elle se disait partie alors que c'était la route qui marchait



Partager cet article

Repost0

commentaires

P

il faut lire bien sûr, ce n'est pas un chêne


phil
Répondre
J


Nos lecteurs avaient rectifié d'eux-mêmes...



P

là pour le coup de n'est pas un chêne


 


 


Phil
Répondre
J


Ben oui, sur la photo, c'est un cèdre... du Liban, ça tombe bien...


Il en reste, paraît-il, de beaux exemplaires, - des millénaires -, situés dans la région de Bcharré, qui est justement la ville de Vénus Khoury-Ghata...



C

Je ne savais pas qu'il y avait un Goncourt pour la poésie. Je suis pluss attiré par une présence sur le Biloba que par un Goncourt, cependant ce prix-là me semble mérité.
Répondre
J


Le biloba plus haut que le Goncourt ! Wouahou !...



M

J'aime la belle écriture de cette belle femme.
Répondre
J


Vénus fut élue miss Beyrouth en 1959...



Y

À l'heure où certains, à la pensée étroite, s'embourbent dans un hit-parade des civilisations, quelle respiration, quel enrichissement pour l'homme et la langue d'une poète du pays des cèdres –
et de l'ortie.


Ton billet dit quelque part le fond de ma pensée. Et les différents intervenants de l'interview proposent une approche sensible de l'œuvre de Vénus Khoury-Ghata.
Répondre
J


Nous voilà bien d'accord...


(Si j'en avais le "pouvoir", je la ferais venir au "Printemps"...)