Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 04:02

 

 

Aujourd'hui, deux poèmes de Raphaële Bruyère, jeune poète de Grenoble...

 

 

Pour aller plus loin, une visite de son blog est vivement conseillée, voir ici.
jeudi 5 août 2010
par beau temps, sifflotons

  SDC12032NB

 

 

Il n'y a pas à en voir, ni à en montrer chaque jour. Il n'y a pas quelque chose à faire ou à défaire chaque jour. Il n'y a tout de même pas quelque chose à dire, ni à en dire chaque jour. Nous faisons comme si. Nous nous imaginons avec intérêt et trouvons qu'il y a tout de même ce petit quelque chose-là qui pourrait bien être dit et cette autre chose qui ne saurait être tu. Alors, nous le disons et ne le tuons pas. Nous nous imaginons qu'il y aura quelqu'un qui entendra notre quelque chose et même quelqu'un qui écoutera notre quelque chose. Nous aimerions le livrer sans ruban, nous apprécierions de ne pas l'apprêter et de le livrer tel quel. Nous rêvons qu'il puisse être accueilli simplement, spécialement et simplement accueilli. Nous nous imaginons même être capables d'entendre et d'écouter quelque chose en retour. Nous nous l'imaginons et chaque jour pourtant nous faisons l'artisan de nos hurlements sourds et nous-mêmes devenons sourds et par beau temps, sifflotons sourdement.

 

 

 

 

Photo : S. Charrondière

Par Raphaële Bruyère

Jeudi 22 juillet 2010 4 22 /07 /2010 18:27

 

Images-3-0261.2.jpg

 

Je tais

au volant comme je

du soleil tourne au feu

j'étais

 tout droit vide

m'arrête, nul jeu là

sur mes genoux

je t'ai

au volant comme je

dans le linge rigide

je t'aime.

 

Raphaële Bruyère.

 

Note complémentaire :

Un lecteur attentif et attentionné nous signale que Raphaële Bruyère est le Polder n° 140 : "Il est bon de se trouver légèrement affamé", publié conjointement par la revue Décharge et par les éditions Gros Textes.

Partager cet article

Repost0

commentaires

R


Merci Jean-Claude. Merci beaucoup.


Amitié



Répondre
J


Pas de quoi, le partage va bien avec la poésie...



J


Disons qu'il m'avait adoptée, et que comme tout adoptant responsable, il cherchait à aider l'adoptée.



Répondre
J


Pour la suite, relire Le Petit Prince...



M


Je suis allée siffloter et j'ai pris beaucoup de plaisir...



Répondre
J


Tu m'en vois ravi, je me doutais que cela te plairait...



M


Belle découverte... il est clair qu'on peut sans mal entrer dans son jeu.



Répondre
J


On est très nombreux sur la planète "poésie", mais le blog de Raphaële mérite vraiment le détour, comme on dit dans les guides...



J


Tiens, j'ai eu un chat ou plutôt un chat m'a eue, que j'avais nommé "Matou sèche-linge".



Répondre
J


"...un chat m'a eue..." La nuance est importante.


C'était donc un "auxiliaire de ménage" ?...