Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 04:22

lyrata2.jpg

 

(Images Internet : haut, ag.auburn.edu; milieu, missouriplants.com; bas, biol.vt.edu)

Quercus_lyrata_plant.jpg

 

Quercus_lyrata4-3332g-.jpg  

Retour aux chênes dits "remarquables" avec le quercus lyrata Walter.

 

En français, on l'appelle chêne à feuilles lyrées, ce qui nous rapproche de la poésie...

En américain, on parle de l'overcup oak ou encore du swamp post oak.


Quelques mots de présentation : encore un chêne solide, se plaisant en milieu humide, croissant lentement pour atteindre 15 à 25 mètres de l'autre côté de l'Atlantique. On retiendra la forme de ses feuilles à qui il doit son nom et ses fruits presque entièrement enfermés dans une "cupule écailleuse subsessile" (cf. doc. helardot).


Par ici, il vous suffira d'aller au cimetière de Taillebois pour en apercevoir un spécimen qui, -touchons du bois -, a l'air de bien se plaire sous nos latitudes.

Partager cet article

Repost0

commentaires

martine 14/06/2010 19:54



J'ai lu tous les commentaires et...



Jean-Claude Touzeil 15/06/2010 07:08



Dis donc, ton icône est vraiment démonstrative ! Si on la laisse dans cet état, elle va finir par mourir de rire !...



Minik do 14/06/2010 17:08



"Sessile, ma feuille" comme chantait Nougaro


qui n'était pas un pédonculé (dixit le Petit Robert)



Jean-Claude Touzeil 15/06/2010 07:04



Bonjour Dominique,


Tu sembles bien connaître les chênes... J'avais déjà eu l'occasion d'évoquer le chêne sessile (ou rouvre) ici et, évidemment, de faire référence à Nougaro !...


(Aperçu des "pensées sauvages" dans le paysage, alors, à bientôt !)



Cristophe 14/06/2010 16:26



Et il atteint à peu près quelle taille au cimetière de Taillebois ?



Jean-Claude Touzeil 15/06/2010 06:56



Il n'a pas vraiment été mesuré, mais, "au pif", on peut estimer sa taille à quatre ou cinq mètres, ce qui est encourageant pour un chêne qui n'a que dix ans de plantation.



Yves 14/06/2010 08:53



On trouve dans les manuscrits de Joachim du Bellay, ce vers biffé :


« Plus mon petit lyré que mon beau sapin !»


On comprend qu'il biffa : l'alexandrin est bancal.


 



Jean-Claude Touzeil 14/06/2010 12:01



Ah ! quel plaisir de plonger dans les brouillons de Joachim !...


D'ailleurs, il me semble bien me souvenir avoir vu sur la même page, un genre de "post-it"* fixé avec une épingle d'or, une note manuscrite émanant de sa nourrice, (re)lectrice à l'occasion et
chiffonnière à la petite semaine, disant à peu près ceci : "Alexandrin bancal, ô Du Bellay, biffin."


* le mot juste serait pré-post-it.



TELOS 14/06/2010 06:39



"j'y cours " dit l'écureuil...



Jean-Claude Touzeil 14/06/2010 07:56



"J'y vole", renchérit le polatouche...