Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 avril 2013 7 21 /04 /avril /2013 04:06

Deuxième balise, devant la mare du Baux, il pleut toujours...

Poème de Joël Glaziou.

Photos (si elles s'affichent !) : Joëlle et Marinette.

02

  (Dessin : Claude Ribouillault.)

2glaziou

 

 

 

 

 

Alors que la pluie continue de tomber, alternant les averses et les ondées passagères, Joël Glaziou évoque la prière de l'arrosoir.

C'est (presque) de la provoc' !...

 

 

 

 

Sur la photo de groupe, Joël a un chapeau et un cache-col...
Sur la photo de groupe, Joël a un chapeau et un cache-col...
Sur la photo de groupe, Joël a un chapeau et un cache-col...

Sur la photo de groupe, Joël a un chapeau et un cache-col...

Partager cet article

Repost0

commentaires

C
Cette mare du Baux que tu avais montré en photo il y a quelque temps. S'il avait pluss plu, la balise aurait pu être dans la mare.
Répondre
T
Cette remarque est juste... Je vois que tu suis bien !...
C
"montrée", avec un e à la fin...
T
l'avantage de l'arrosoir c'est qu'il se vide, et qu'il faut un certain temps pour le remplir. Joël Glaziou a un don de devin ou de démiurge.
Répondre
T
Le poète a souvent plusieurs casquettes...
L
Dans quoi ai-je lu déjà que le masculin du ciel fertilisait le féminin de la terre?
Le chemin des poètes était donc ce jour-là au milieu du grand amour cosmique...
Répondre
T
Cristophe va te répondre avant moi, je le pressens...
C
Tu l'as peut-être déjà lu dans la mythologie amérindienne.
T
n'étant pas venue à Durcet je vais commander aux editions donner à voir. j'aime.
Répondre
T
Excellente idée !...
Y
En écho, deux ou trois vers de Victor Hugo – excusez du peu ! – :

« J'aurais un arrosoir assez vaste pour faire
Naître des millions de fleurs dans toute sphère,
Partout, et pour éteindre au loin le triste enfer »

(L'art d'être grand-père)
Répondre
T
Inépuisable, ce Totor !
(Et riche, la rime...)