Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mars 2012 5 30 /03 /mars /2012 04:07

 

Ce n’est pas le manque de chemin

Ni l’absence de paysage

 

Ce n’est pas le silence

Non plus l’obscurité

 

Mais le manque de pas sur le chemin

L’absence de trace intime dans le paysage

 

Les cris articulés de l’impuissance

La brûlure de l’éblouissement

 

Le corps y tombant

Les pas y butant aux premières rides

D’avant l’âge

 

Vincent Depardieu

(inédit 2011)

 

Cinquième balise : Vincent Depardieu ne manque pas de pas...

 

12-05-Depardieu

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  (photo : yves barré)

 

+ Bonus : photo Joëlle :

101_3199.JPG

 

(dessin : matthieu ripoche)                                                                                                                                                                      05-ce-nest-pas-le-manque-de-chemin 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Chemin des poètes
commenter cet article

commentaires

Minik do 30/03/2012 12:19


Tout ouïe, nous étions.

Jean-Claude Touzeil 30/03/2012 17:16



La qualité du silence révélait, en effet, l'extrême attention du public...



Claude 30/03/2012 11:48


au photographe prêt à bondir : cool.. Les poètes ça ne s'enfuit pas si vite !

Jean-Claude Touzeil 30/03/2012 17:15



Le photographe photographié, c'est toujours un bon sujet !...


Mais là, tu vires acrobate quand même... Quelle souplesse !...



Erwann Rougé 30/03/2012 10:07


quel beau texte, merci à lui

Jean-Claude Touzeil 30/03/2012 17:13



Merci pour lui et merci à toi, Erwann...



Yves 30/03/2012 09:39


En écho – et pas resté en chemein – :


 


« Sous le chêne on creusa sa tombe ;
Mais son amante ne vint pas
Visiter la pierre isolée ;
Et le pâtre de la vallée
Troubla seul du bruit de ses pas
Le silence du mausolée.»



Millevoye
in Le Poète de la jeunesse ou choix de poésies morales et religieuses à l'usage des Maisons d'éducation, Gand, 1838

Jean-Claude Touzeil 30/03/2012 17:12



Instant de gravité...


On t'appelle "le dénicheur"?... (air connu)



Liane 30/03/2012 09:34


Et si on marche sur ce chemin dans l'autre sens, on rajeunit?

Jean-Claude Touzeil 30/03/2012 17:11



Rajeunir, quelle bonne idée !...