Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 04:08

03-trop-chaud-trop-froide.jpg(dessin : matthieu ripoche)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Trop chaud(e) trop froid(e)

 

Le radioréveil

parle d’une guerre

la météo du mauvais temps.

Le café est trop chaud

(ou trop froid)

invariablement

la biscotte trempée

s’émiette dedans.

La douche est trop froide

(ou trop chaude).

Alors on part travailler

avec un petit air gris

ce n’est plus tout à fait

à cause de la guerre.

 

Christian LABALLERY

(Quai de la poésie, Anthologie, P. Art 2010)

 

Troisième balise : dans les profondeurs du chemin de la Volée, Christian Laballery  risque fort d'attraper un chaud et froid...

12-03-Laballery

 

(photo : yves barré.)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  + photo bonus, signée Joëlle Anger :


101_3185.JPG


Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Chemin des poètes
commenter cet article

commentaires

Morgan 31/03/2012 12:06


poème-café


serré


dans la gorge

Jean-Claude Touzeil 31/03/2012 14:25



Un beau rebond, merci...



Cristophe 29/03/2012 14:06


Pourquoi les poètes hommes sont souvent barbus ?

Jean-Claude Touzeil 30/03/2012 08:43



C'est une bonne question.
Quelques hypothèses : se vieillir avant l'âge, avoir l'air inspiré, panne de rasoir, paresse, etc.


Tu verras par ailleurs dans les images suivantes que tous les poètes ne sont pas barbus...



marine D:0019: 28/03/2012 17:42


Le quotidien, un petit air gris...

Jean-Claude Touzeil 29/03/2012 09:10



Quotidien transfiguré par la poésie, quand même...



Minik do 28/03/2012 16:51


Depuis je me sens moins seul


lorsque je trempe ma biscotte...

Jean-Claude Touzeil 29/03/2012 09:09



Bien vu, Minik Do...



Yves 28/03/2012 09:31


En écho – tiède – :


 


« Étudiez des fers la chaleur convenable,
Un fer poussé trop chaud me semble détestable ;
Trop froid, c'est encore pis, l'or tombe en essuyant,
Et le peu qu'il en reste est rarement brillant.»

La Reliure, poème didactique en six chants, par Lesné, relieur à Paris, 1827

Jean-Claude Touzeil 28/03/2012 15:33



"Eau chaude, eau froide, eau mitigée..." (Boby Lapointe)