Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 04:08

Devant la mare du Baux, Lydia Padellec, se trouve justement à la lisière de nos visages :

 

A la lisière de nos visages

L’ombre sinueuse des doigts

Trace le chemin du vent.

Tout s’efface :

Les pas sur le sable

Les mots triturés de silence

Les souvenirs d’une petite fille

Qui court sur la grève

Les cheveux emmêlés de sel…

Tout s’efface

La mer comme seul refuge

Aux filets de la mémoire.

 

Lydia PADELLEC

(Visages sans nom, inédit)

12-02-Padellec

 

02-a-la-lisic3a8re-de-nos-visages-tout-sefface.jpg (photo : yves barré, dessin : matthieu ripoche)

 

+ Bonus : photo flora

 

SAM_7617.JPG

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Chemin des poètes
commenter cet article

commentaires

Matthieu Ripoche 30/03/2012 15:54


De belles images qui poussent à jouer dans les souvenirs...


D'ailleurs, ce dessin est un objet pour jouer et réfléchir avec la poète!! Il y a sur cette plage :


une main

trois visages

sept mots écrits

une petite fille quantique (elle change de forme selon qui la regarde)



Pour vous, la petite fille de vos souvenirs danse-t-elle? ou bien a-t-elle les cheveux mélés de sel et de sable? ^^

Jean-Claude Touzeil 30/03/2012 17:09



Merci de venir par ici pour éclairer notre lecture des images...


Vu deux visages et un mot écrit...


Quant à la petite fille "quantique", le temps que je regarde, elle était déjà passée !...


Celle de mes souvenirs, non seulement elle danse (et fort bien, ma foi), mais elle a, en effet, "les cheveux mêlés de sel et de sable" (ça lui va très bien au teint)...



Yves 27/03/2012 23:53


En écho – lointain – :


« Le chant avait cessé ; lorsque de la colline
À la lisière en fleurs du bosquet qui s'incline
Et reçoit tour à tour les sentiers du jardin,
Un rayon lumineux les effleura soudain.»



Christian Ostrowski, officier de l'artillerie polonaise, Semaine d'exil, Paris, 1837

Jean-Claude Touzeil 28/03/2012 15:25



Bonne pioche !



Niala Nessileh 27/03/2012 23:50


Le poétrou que je suis sait de quoi il parle quand il dit qu'un trou comme Durcet jamais encore n'en avait vu d'aussi beau et d'aussi vivant. Bravo !


Alain Helissen

Jean-Claude Touzeil 28/03/2012 15:24



Merci pour la visite, Alain.


En 27 ans, on a vécu de très belles éditions et de grandes émotions. Difficile de faire un classement, je préfère citer l'ami Yves (Barré) : "C'est toujours une très grande année..."



Claude 27/03/2012 21:51


aux filets de la mémoire, il y a pour longtemps Durcet 2012. Ce fut une belle pêche.

Jean-Claude Touzeil 28/03/2012 15:20



Merci, cap'taine !...



erwann.rougé 27/03/2012 16:51


une belle rencontre , oui

Jean-Claude Touzeil 28/03/2012 15:19



Merci de surenchérir...