Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 04:09

SDC10270b.JPG

 

 

          - 14 -

 

Je ne sais pas danser

Mais je danse

 

Je ne sais pas chanter

Mais je chante

 

Je ne sais pas vivre

Mais je vis

 

Je ne sais pas souffrir

Mais je souffre

 

Je ne sais pas aimer

Mais j’aime

 

Je n’ai pas voulu être

Mais je suis

 

J’ai voulu apprendre

Mais déjà

La mort ne voulait plus

 

                 Werner Lambersy  

Conversation à l’intérieur d’un mur 

                        (Dumerchez)


chemin10-14

 

 

 

 

(photo : Bernard A.

dessin : Clo')

 

 

 

Avec la balise n°14, on change de braquet : on arrive en effet sur l'avenue du château pour la partie finale, ce qui veut dire goudron et longue ligne droite en faux plat montant, avec l'église en perspective...


Poète belge, Werner Lambersy donne tout de suite une touche francophone, voire internationale, à notre "Printemps"...

Ses poèmes sont traduits dans des langues aussi improbables que l'hindi, le kurde, le slovaque ou l'arménien.

Merci à lui d'être venu jusque chez nous.

 

 

 

BONUS : une photo de Marie-Laure !

 


(Werner, auditeur attentif du concert de "l'arbre à musique"...)


 

11 avril 2010 037

 

 

 



Partager cet article

Repost0

commentaires

M


 


J'ai mis un lien sur facebook vers ce chouette poème et voici le commentaire que m'a laissé un facebookien qui passait dans le coin :" Morgan c'est génial ce poème si simple et si percutant
, Charles Bukowski disait qu'un intellectuel dit des choses simples avec des mots compliqués , et que l'artiste dit des choses compliqués par de simples mots , le poète est un artiste !" Pas mal,
non ?



Répondre
J


Merci à toi de partager la poésie dans des sphères qui me sont inconnues...


Cela dit, d'accord avec cette définition du poète artiste...



S


J'aime beaucoup .La Belgique est un pays plein de ressources....



Répondre
J


Tu as raison. Bien souvent, les pays francophones "défendent" le français bien mieux que nous.



F


"Chaque homme dans sa nuit s'en va vers sa lumière."


Une poèsie belle et forte, tout comme son auteur, beau.Et fort?...Il est "vivant" et il avance.



Répondre
J


Lu et approuvé...



Y


À propos de langue improbable, pense à relire ta biographie.



Répondre
J


Le slovaque est quand même parlé par environ 5 millions de locuteurs...