Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 04:31

11sourdin 

Balise n° 11 : 

après un court passage (protégé) le long de la grand' route, nous bifurquons à gauche et nous retrouvons au creux du chemin creux qui mène au Plessis.

Là, Bruno Sourdin, poète de Saint-Lô, dans la Manche, nous parle du poète chinois Po Chu Yi...

 

 

 

                         - 11 -

 

 

                PO CHU YI

 

Le monde est plein de bruits et de fureur.
Il fait froid.

Trop paresseux pour me lever

Les pensées en désordre

J’ouvre mon vieux livre de poèmes.

Je pense à l’endroit où personne ne vient.

Je pense aux arbres, aux nuages et aux rochers.

Je pense à l’odeur des herbes.

Je pense aux corbeaux de la montagne.

Je pense au jardin de Lo Yang.

Je pense aux deux grues qui savent danser.

Je pense à Po Chu Yi.

Je pense au poète tranquille et oisif.

Je pense au parfum du vin.

Je pense au son de la pluie.

Je pense au goût du ciel.

Je pense à la nuit profonde et silencieuse.

Je pense au poète qui s’enivre et dort profondément.

Je pense au bon vent dans le clair de lune.

 

                                                     Bruno Sourdin

 

(photo : Michel, dessin : Clo')

chemin10-11

Partager cet article

Repost0

commentaires

A


et moi je pense au prochaine vacanses



Répondre
J


Excellent Axel !... Voilà qui nous remet tout de suite dans la réalité des choses...


 


(Parenthèse orthographique : vacances est au pluriel, donc aux (= à + les) prochaines aussi...)



M


Profondément émue...



Répondre
J


Ton commentaire est "minimaliste", mais il dit beaucoup...



C


Voilà, j'ai récupéré mon retard de lecture et rejoins tout le monde à cette balise n° 11, quel beau voyage !



Répondre
J


Merci, Cristophe, il nous reste cinq balises et des "à-côtés"...



Y


Un poète à lire avec modération ?



Répondre
J


Ce n'est pas le poète qui enivre, c'est la poésie !...



F


Bruno Sourdin est donc à l'extrême opposé de "La môme néant".


Longue route à lui!



Répondre
J


"Vu comme ça...", comme disait un ami commun...