Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 décembre 2007 3 19 /12 /décembre /2007 05:52

                                                                                                             (image : dafina.net)

 Par un heureux hasard, nous sommes tombés sur un opuscule intitulé "Ponts", écrit par un certain Alea Ripolin, demi-frère d'Apollinaire, le tout accompagné d'une petite bio très édifiante...

PONTS

Italo-Polonais

Sous le pont Rialto

J’habite grand seigneur

Sur le grand Canale

Je lis le giornale

À Vienne la nuit suis dresseur

Et j’écris des poèmes

Quand les vins du Danube

Ont coulé dans mes veines

Les ours s’en vont je me meurs

Hors du pont de Nemours

Point d’amis point d’amours

Ni marin ni marraine

Ni Marie l’or en sein

Mon verre s’est brisé

Et l’unique corbeau

Qui joue de la trompette

Pont des Trous sur l’Escaut

N’a pas payé nos dettes

Loin s’en faut

Sul ponte di Bassano

Qui va piano va sano

À la papa

J’ai fini la grappa

Quand les Cosaques Zaporogues

Au pont Saint-Charles à Prague

Leurs kroumirs ont planté

À l’âme sans aucun vague

Le pays j’ai quitté

Donne-moi la main Madelon

Et de Paris à London

Des Flandres à l’Ukraine

Sous les ponts allons donc

Ô mon unique reine

Mal au cœur mal aux reins

Sous les ponts sur le Rhône

Des arceaux désarçonnent

Les garçons les garçonnes

Et les eaux bues sous les obus

Du pont de Galata

Vaine et nulle la lune

Regarde le Bosphore

La fiasque roule encore

Dans notre galetas

Voilà les temps futurs

Et les ponts suspendus

Je vois Dio mio

Je vois dans les haubans

Les onze mille vergues

D’un viaduc à Millau

 

 

 

 

 

Déclaré à sa naissance sous les noms de Vittorio, Narciso Dulcigni, à Rome, en mai 1884, Alea Ripolin est en réalité le fils naturel de l’officier de l’armée royale des Deux- Siciles, Francesco d’Aspermont et de Natalia Kostrowicka, (la sœur d’Angelica). Sa mère disparaissant peu après, il est confié aux religieuses de Santa Trinità dei Monti qui veilleront à son éducation.

 

Quelques années plus tard, on retrouve ses traces dans plusieurs villes d’Europe où Vittorio se révèle quelque peu fantasque et plutôt instable : tour à tour détective à Londres, barbier à Vienne, guide à Prague, gondolier à Venise ou encore choriste à Bassano. De même, ses amours suivront des chemins aussi tumultueux qu’éphémères…

 

Signalons ici la rencontre capitale qu’il fera en Autriche avec un de ses clients attitrés qui n’est autre que le docteur Freud ! En effet, ce dernier, vivement intéressé par un destin si tragique, l’invitera à entreprendre une analyse dans son cabinet afin de l’aider à renouer avec sa famille, origine de son mal être.

 

Dès lors, Vittorio n’aura de cesse d’être reconnu par son demi-frère Guillaume à qui il adressera de très nombreuses lettres, accompagnées de poèmes, tous signés Alea Ripolin, (l’anagramme d’Apollinaire). Hélas, ses courriers ne susciteront jamais aucune réponse, ajoutant ainsi à son profond désarroi. Vivant désormais d’expédients, il sombre dans l’alcool et la démence, accusant le poète de l’avoir plagié et répétant inlassablement : À bas Guillaume ! À bas Guillaume !

 

Alea Ripolin, poète intemporel injustement ignoré, est mort au cours de l’hiver 1914. Sa tombe est encore visible aujourd’hui au petit cimetière de Pontécoulant (Calvados).

Partager cet article

Repost0

commentaires

C
Peut-être pourrait-on ajouter pour être complet que cet oeuvre trouvera bientôt son éditeur. Ou ça ne vaut pas la peine de vendre la mèche (oui, ce poète avait une mèche qui fut conservée et qui reste en bon état de conservation.)
Répondre
J
Si tu lis bien, tu verras que la mèche n'a pas été vendue !... C'est d'ailleurs en accord avec l'éditeur que cet article est passé sur le blog biloba...
C
Ce n'est pas bien de vendre la mèche, ou il faut aller jusqu'au bout, annoncer que bientôt cette trouvaille ripolinesque aura trouvé son éditeur.  Et ça, c'est pas une blague!
Répondre
J
Pas vu ton message aussitôt (toujours dominé par l'informatique !...)
Réponse avec le commentaire suivant...
A
...et il lui arrive parfois d\\\'être mal armé.
Répondre
J
Ah ! ah ! ah ! pendant ce temps, le valet rit !...
M
Quand je relis mon commentaire et que je découvre celui d'Yves, un sentiment de honte m'envahit.
Répondre
J
Faut pas, faut pas... Nous profitons tous de l'étendue de sa "culture"...
Y
Où l'on voit, à la lecture des derniers vers du poème, que Arthur Rimbaud est un poète de génie quand il prétend que le poète se fait voyant.
Répondre
J
Voilà une approche subtile et sans doute une perspective ouverte (une thèse, peut-être ?) pour une étude de l'influence de Rimbaud dans l'oeuvre d'Alea Ripolin.