Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 04:37


Treizième balise, le long du bois : Guy, souriant, vient de lire son poème...


 

 

 

 

Cette certitude

 

 

Tu partiras un jour

Et ce sera le vent

Et ce sera le froid

 

Tu partiras nous laissant seuls à jamais

Toi et moi dans la nuit de vivre

Me laissant hagard au seuil de l’autre nuit

 

Et ma plainte n’aura pas d’échos

Et ma plainte se taira simplement

Contre les murs infinis de ma prison

 

Et le temps fera son effort de temps

Parfois même certains jours

Il m’arrivera de penser moins à toi…

 

 

… Ce sera alors d’une tristesse

insurmontable

 

 

                           Guy ALLIX

                                          (inédit)

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Seiryu 24/05/2009 09:19

"Ne réveillez pas le chagrin qui dort" Jules Renard

Jean-Claude Touzeil 29/05/2009 18:06


Que disait Léo Ferré à ce propos ? Quelque chose comme "le bonheur, c'est du chagrin qui se repose..."


Yves 24/05/2009 07:10

Une vie, chemin balisé d'arbres. La représentation enfantine des arbres – posés à plat de chaque côté du chemin – en donne aussi l'image d'arbres morts.

Jean-Claude Touzeil 29/05/2009 18:04


La "lecture" de l'artiste est toujours un "petit plus"...