Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 novembre 2021 2 16 /11 /novembre /2021 05:00

C'est à Bagnoles (61) que nous avons déniché cette "impasse desnos", dans le quartier des villas et pensions datant probablement du siècle dernier. C'est moins prestigieux qu'un boulevard ou qu'une avenue, mais bon... Restait à trouver le mot "impasse" dans un poème de Robert Desnos, voilà qui est fait :

 

L'Idée fixe

Robert DESNOS
Recueil : "Les Ténèbres"

Je t’apporte une petite algue qui se mêlait à l’écume de la mer
et ce peigne
Mais tes cheveux sont mieux nattés que les nuages avec le vent
avec les rougeurs célestes et tels avec des frémissements de vie
et de sanglots que se tordant parfois entre mes mains
ils meurent avec les flots et les récifs du rivage
en telle abondance qu’il faudra longtemps pour désespérer des parfums
et de leur fuite avec le soir où ce peigne marque sans bouger
les étoiles ensevelies dans leur rapide et soyeux cours traversé
par mes doigts sollicitant encore à leur racine la caresse humide
d’une mer plus dangereuse que celle où cette algue fut recueillie
avec la mousse dispersée tempête.
Une étoile qui meurt est pareille à tes lèvres.
Elles bleuissent comme le vin répandu sur la nappe.
Un instant passe avec la profondeur d’une mine.
L’anthracite se plaint sourdement et tombe en flocons sur la ville
Qu’il fait froid dans l’impasse où je t’ai connue
Un numéro oublié sur une maison en ruines
Le numéro 4 je crois
Je te retrouverai avant quelques jours près de ce pot de reine-marguerite
Les mines ronflent sourdement
Les toits sont couverts d’anthracite
Ce peigne dans tes cheveux semblable à la fin du monde
La fumée le vieil oiseau et le geai
Là sont finies les roses et les émeraudes
Les pierres précieuses et les fleurs
La terre s’effrite et s’étoile avec le bruit d’un fer à repasser sur la nacre
Mais tes cheveux si bien nattés ont la forme d’une main.

(Robert Desnos)

photos : flora
photos : flora
photos : flora
photos : flora

photos : flora

Partager cet article

Repost0

commentaires

N
Eh oui/non: ce n'est pas Robert! Desnos se prononces dans le coin (surtout, pardon, en Mayenne et Sarthe): Déno.
Mais mille mercis du poème!
Répondre
T
Salut Roland,
Merci pour ta remarque qui confirme bien mon intuition (cf. les commentaires d'Yves (Barré) sur la question). L'impasse fait référence à Louis Desnos, pharmacien, auteur d'un petit bouquin concernant les eaux minérales de Bagnoles. D'accord avec toi pour la prononciation "Déno"...
Y
Je m'étais posé la question de l'identité du Desnos de cette impasse (qui semble avoir été renommée à Bagnoles !). Dans ma recherche, je suis arrivé sur une page du journal Libération qui renvoie vers une lecture remarquable d'Yves Thouvenel, comédien qui a mis en scène les Chantefables et Chantefleurs.
Les liens :
– https://www.liberation.fr/livres/2015/06/12/les-poemes-pour-enfants-de-robert-desnos-des-odes-cryptees-a-la-resistance_1327514/
– https://yvesthouvenel.blogspot.com/p/blog-page.html
Répondre
Y
L. Desnos, pharmacien, a fait paraître en 1843, une Notice topographique et médicale sur les eaux minérales de Bagnoles de l'Orne...
T
D'après tes recherches, sais-tu si cette impasse est vraiment dédiée à Robert ?...

Par ailleurs, merci pour les liens, toujours précieux...
M
Une modeste impasse dans un beau quartier...
Répondre
T
C'est une bonne synthèse de la situation...
I
Il doit être très difficile de trouver une impasse Victor Hugo.
Répondre
T
Détrompe-toi, il en existe beaucoup : à Roanne, Villejuif, Villefontaine, Caen, Langrune, Rive de Gien, Veneux les sablons, Toul, etc.
T
doit on se réjouir qu'on ait pensé à Robert ou doit on dénoncer qu'on ne lui décerne qu'une impasse ; ne serait ce pas révélateur de notre (triste) époque...
Répondre
T
@ thé ache : on marche sur des oeufs : en effet, rien ne confirme que ce Desnos-là concerne notre ami Robert, d'autant moins que ce patronyme est prononcé "Déno" par chez nous...
@ monique 14 : 46 : merci, Monique, pour ta réponse à thé ache...
M
peut-être" impasse" dans le sens du désir l'illusoire" qui mène nulle part