Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 décembre 2020 3 09 /12 /décembre /2020 05:00

Voilà un livre bien singulier et qui regonfle le moral : "Le restaurant de l'amour retrouvé", d'Ito Ogawa, publié aux éditions Picquier poche. (Nos vifs remerciements à la voisine Clo' qui nous a donné ce conseil de lecture...)

Bon, oublions le titre qui n'est pas très bon et plongeons...

Cette histoire se passe au Japon, à notre époque. L'héroïne, Rinko, a vingt-cinq ans quand son amoureux la quitte plus que brutalement, lui dérobant ses économies et son précieux matériel de cuisine. Elle en perd la voix et se résout à regagner son village natal après dix ans d'absence pour retrouver sa mère qu'elle n'apprécie guère... Là, avec l'aide de Kuma, elle crée un restaurant très original, "l'Escargot", dans lequel les menus sont personnalisés, les plats cuisinés en fonction des "problèmes" affectifs des clients... Les réussites sont spectaculaires, entraînant une belle popularité au restaurant...

Un court extrait, relatif à une simple soupe de légumes : " .../...Dans la cocotte, un tas d'images se superposaient, fusionnaient au fur et à mesure. On aurait dit un peintre qui choisit d'instinct ses couleurs. Je cuisinais sur le vif, en me fiant uniquement à mon intuition. Après avoir fait cuire les légumes dans du bouillon avec une feuille de laurier, je les ai réduits en purée avec mon mixeur plongeant pour obtenir une soupe bien épaisse à la couleur délicate. L'amour n'a pas besoin d'artifices, alors j'ai simplement ajouté une pincée de sel.../..."

Une critique, aperçue sur le site de babelio : "Ce restaurant de l'amour retrouvé est une parenthèse de tendresse que l'on déguste d'autant plus qu'il s'agit ici de gastronomie. Des recettes cuisinées avec amour pour oublier un chagrin d'amour. Une cuisine qui évoque les souvenirs d'enfance, la transmission et le partage. .../... Sans voix, Rinco s'exprime au travers de ses plats et trouve une consolation dans le bonheur de ses convives.../..."

Bonne lecture, ou plutôt bonne dégustation...

1- éditions picquier / 2- getty images / 3- blogapostrophe.wordpress.com /
1- éditions picquier / 2- getty images / 3- blogapostrophe.wordpress.com /
1- éditions picquier / 2- getty images / 3- blogapostrophe.wordpress.com /

1- éditions picquier / 2- getty images / 3- blogapostrophe.wordpress.com /

Partager cet article

Repost0

commentaires

M
Un roman qui se déguste...
Répondre
T
C'est exactement ça ! Bon app' !
T
voilà ! merci à Monique j'ai la mémoire qui....chantait Jeanne Moreau
Répondre
T
Elle lira tes remerciements, je pense...
M
pardon Yoko Ogawa
Répondre
T
Le doigt dérape parfois à cause du verglas sur le clavier !...
M
Thé ache parle peut-être du livre de Durian Sukegawa, les délices de Tokyo et qui a inspité le film de Naomi Kawase. J'ai adoré et le film et le livre.<br /> Merci pour cette nouvelle invitation à la lecture "le restaurant de l'amour retrouvé de Ito Ogawa je ne connaissais que Yoko Ogama.
Répondre
T
Merci, Monique, pour toutes ces précisions...<br /> J'ai cru comprendre qu'un film a également été réalisé d'après le livre d'Ito Ogawa...
T
un conseil de lecture qui met l'eau ? heu à la bouche ? la délicatesse de l'orient, ça me fait penser à un film japonais qui narre les relations entre un restaurateur et une vieille dame (j'ai oublié le titre)
Répondre
T
Il semble bien que Monique a trouvé ce qui te manquait (cf. commentaire suivant).