Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 octobre 2018 5 05 /10 /octobre /2018 04:00

« Cairns » n° 23 : « SPORT ET POÉSIE », éditions de la Pointe Sarène.

                 Il est bon de rappeler que c'est Patrick Joquel qui tient les manettes de cette revue depuis une dizaine d'années... Pour ce numéro, il a eu la bonne idée de choisir un thème plutôt rare en associant deux mots qui semblaient pourtant presque antinomiques : sport et poésie. Et on peut affirmer que cette petite anthologie est une réussite. Tant par la variété des sports considérés (une large palette qui va du populaire football à l'alpinisme, plus personnel, en passant par la natation, la course à pied et ses variantes ou le cyclisme, voire le modeste vélo) que par la diversité des poètes participants (des connus, d'autres moins, des jeunes et d'autres moins...) et des formes choisies (strophes plus ou moins classiques, proses, haïkus, tankas, etc....).

                  Alors, sportif/tive lecteur/trice, allons « découvrir le monde », « totalement accordé » (Patrick Joquel), chaussons les skis, telle « une araignée sur la neige » (Marion Lafage), jouons « gauche à l'arrière » dans « l'effort vers... » (Morgan Riet), capturons « l'oeuf en cuir capricieux » (Olivier Cousin), lançons-nous dans « la course des abysses » (Salvatore Sanfilippo) car « le poète est un coureur de fond » (Dan Bouchery), faisons « le drapeau à l'horizontale du champ de blé » (Marc Baron) et foulons le stade d'Olympie pour saluer « des athlètes âgés de plus de deux mille ans, maintenant statufiés pour l'éternité» (Colette Andriot). Il te restera à célébrer « tes petites victoires » sur toi-même sans jamais prononcer le nom de la célèbre marque de vêtements pour laquelle Sophie Braganti refuse de faire la moindre publicité !...

Deux poèmes en bonus :

Le cycliste grimpe

La haute montagne

Et la fourmi son brin d'herbe

(Lydia Padellec)

 

Plus haut

Vite, la main, la roche

La corde, le nœud dans le ventre

Vite, le ciel, de l'air, enfin

Souffle fort, il est froid.¨

Plus haut, encore

Plus haut !

La joue contre la roche

Les genoux écorchés

Le sourire irrépressible des fous

Plus haut, souffle, inspire,

Tends la main, hisse ton corps

C'est l'air qui te porte,

Pas ces jambes tremblantes,

Pas ce cœur effaré,

Pas ces bras épuisés,

C'est l'air que tu dévores !

(Nicolas de Casanove)

1- patrickjoquel.com / 2/3/4 - blog.artsper.com
1- patrickjoquel.com / 2/3/4 - blog.artsper.com
1- patrickjoquel.com / 2/3/4 - blog.artsper.com
1- patrickjoquel.com / 2/3/4 - blog.artsper.com

1- patrickjoquel.com / 2/3/4 - blog.artsper.com

Partager cet article

Repost0

commentaires

M
https://www.youtube.com/playlist?list=PLp3EieB_-eXGQG7-R1ZR4nMtvvhv5bWrc
Répondre
M
https://les-petites-choses.blogspot.com/2018/10/le-goeland-republication-dun-texte.html
Répondre
T
Ceci n'est pas un commentaire...
L
"La poésie est un sport de l'extrême." Judicieuse analogie.
Répondre
T
Merci pour le commentaire...
La poésie reste difficile à définir, c'est peut-être ce qui fait sa force...
L
il fallait oser et vous l'avez fait ! Bravo !
Répondre
T
Souvent, la poésie naît du "mariage" surprenant entre des mots en apparence contradictoires...
T
inattendu ce rapprochement et tout à fait d'accord avec la grapheuse en deux mots (féminin de grapheur ?)
Répondre
T
Il y a eu un dossier sur ce thème dans "Décharge" il y a quelques années...

La grapheuse, comme tu dis, s'appelle Miss Tic. Voici un lien pour aller voir son site :
http://missticinparis.com/