Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 février 2018 5 02 /02 /février /2018 05:06

La chanson date de 1980. Intitulée "Deux minutes fugitives", elle fut écrite et interprétée par Gilbert Laffaille. Elle évoque une actualité qui pourrait sembler d'une autre époque...

Et pourtant...

you tube

Partager cet article

Repost0

commentaires

M
Une chanson triste une nuit de pleine lune...
Répondre
T
Oui, mais pas que... Elle nous "interpelle quelque part", non ?...
L
je ne connaissais pas du tout mais j'ai du manque dans la chanson française hélas
Répondre
T
Si tu fais un tour sur you tube, tu trouveras d'autres pépites de Gilbert Laffaille et de bien d'autres chanteurs/chanteuses qu'on "case" généralement dans les marges...
M
C'est effroyablement beau, profondément triste et poétique à la fois parce que aujourd'hui encore... Suis très émue en écoutant et réécoutant ce chant si mélodieux au goût amer.....


Paroles de la chanson "Deux Minutes Fugitives" par Gilbert Laffaille, la mélodie reste gravée dans le cœur...

C'est une chanson naïve, un accord de cristal
Deux minutes fugitives, sans rien d'original
Comme un bruit de gencives contre une porte en métal
Comme un bruit de gencives

C'est une larme qui coule comme une goutte de sang
Le regard de la foule, des martyrs innocents
C'est une force qui saoule, l'engrenage incessant
Un bruit de mort qui roule et qui va grandissant

C'est une force qui saoule et l'on se sent tout seul
Mais c'est ton sang qui coule, c'est mon poing dans ta gueule
Quand un enfant s'écroule, quand un soldat dégueule
C'est une force qui saoule, un amas de linceuls

C'est une chanson naïve, un accord de cristal
Une nouvelle relative quand on lit son journal
C'est la lame incisive, la douleur vertébrale
C'est la lame incisive
C'est une chanson naïve, un accord de cristal


Sur des choses qui arrivent et qui deviennent banales
Comme un homme que l'on prive de parties génitales
Une femme écorchée vive, une fillette qu'on empale

C'est ma Terre planétaire qui n'est pas pour demain
Tant qu'il y aura des mains pour trancher ces artères
C'est un flot quotidien et l'horreur et la guerre
C'est un visage humain piétiné sur des pierres

C'est une chanson naïve, un restant d'idéal
Un rêve à la dérive sur un air de cristal
Une chanson émotive sans théorie profonde
Deux minutes fugitives qui ne changeront pas le monde.

C'est une larme qui coule comme une goutte de sang.
Répondre
T
Merci (à nouveau) Monique, de nous livrer ton émotion...
T
une opposition on pourrait dire contradiction entre le ton doux de la chanson et les paroles très dures : une réussite : je garde à bientôt sur pjtg !
Répondre
T
Bien vu, camarade ! Ainsi construite, cette chanson "cogne" d'autant plus fort...
Y
Deux minutes qui ne changeront, changeraient pas le monde... même pas un petit peu ? Le chanteur n'est pas optimiste.
Répondre
T
Laffaille parle d'un "restant d'idéal", mais, c'est vrai, c'est une chanson "noire", un constat désabusé... Peut-être pour mieux nous secouer de sa voix "douce et tranquille" ?...