Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 04:00

Haïku n° 121 :

Gardien des collines

à la cime du poirier

corbeau vieux sachem

 

(Haïkus sans gravité,

l'épi de seigle)

photo : 1- jct / 2- algonquian.we
photo : 1- jct / 2- algonquian.we

photo : 1- jct / 2- algonquian.we

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Haïku
commenter cet article

commentaires

Gatien 18/05/2017 17:59

On dit que ce corbeau a toujours la pêche, même quand il n'y a pas de poires.

Topa 19/05/2017 06:20

Il arrive même au corbeau de faire le poirier !...

thé âche 18/05/2017 10:50

corbeau et poirier veillent à la coiffure du paysage : sagesse des saisons

Topa 19/05/2017 06:16

Tu as le sens de la synthèse...

Yves 18/05/2017 09:03

Il y a dans le poème de Chloé Landriot, tout frais Polder, des mots qui vont à ta rencontre :
« Nous avons été des arbres
Et le temps pour nous n'avait pas la même couleur »
(Un récit, Polder 174)

Topa 19/05/2017 06:15

Joli rapprochement de pensée...

Minik do 18/05/2017 07:52

Superbe billet !

Topa 19/05/2017 06:09

Merci, Minik...

laurent 18/05/2017 07:35

Le champs a des allures de jardin zen... haïku oblige.

Topa 19/05/2017 06:09

Très bien vu... En changeant d'échelle...