Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2016 7 02 /10 /octobre /2016 04:05

N.B. : article mis également en ligne sur le site d'Alain Boudet, ici : http://www.latoiledelun.fr/#onglet

*

Abdellatif Laâbi :

La saison manquante, suivi de Amour jacaranda

avec treize encres de Claude Margat

(éditions de la Différence)

C'est Jacques Bertin qui chantait il y a quelques années déjà : « J'ai vécu ma vie pleine comme une écriture... » Voilà une formule qui pourrait bien convenir à Abdellatif Laâbi pour « La saison manquante », première partie de l'un de ses derniers livres de poésie. C'est l'occasion pour lui de prendre de la distance, faire un peu le point, situer le poète dans l'univers et relativiser l'importance de ses traces. En toute bonne foi, en toute simplicité. De sacraliser aussi l'indispensable, la vitale utopie :

« ...L'on rêverait toujours / mais en plus grand / comme d'habiter l'univers entier.//…/...comme d'introduire / le principe d'amour / dans le préambule / de la Constitution universelle. »

La deuxième partie, « Amour jacaranda », repose sur la célébration de l'Aimée (A majuscule de rigueur). La compagne des bons comme des mauvais jours. L'omniprésente : « …/...alors que tu es à deux pas / dans la pièce d'à-côté / veillant de près / à ce qui se passe dans ma tête.../... » La complice en langues communes (arabe, français, espagnol, anglais) pour de jouissives joutes étymologiques ou des exercices de traduction...

Et ce, dans l'ombre du jacaranda, considéré comme un arbre-totem : « …/...Il nous a suffi / de le distinguer / parmi tant d'autres arbres / parce qu'il était plus frêle / plus discret / oui, plus humain / et qu'en matière d'humanité / il présentait une ressemblance / avec les gens les plus fragiles / les plus humbles de notre pays.../... » Un arbre qui a de surcroît le privilège de fleurir deux fois...

L'auteur du fameux « J'atteste... » (éditions Rue du monde), poursuit ainsi infatigablement la même veine humaniste avec la même écriture limpide et sûre, le même élan chaleureux et fraternel qui touche au cœur.


*

Accepter

d'être un peu bousculé

dans la foule

d'être invisible

aux yeux

de la plupart des passants

d'entendre dans un café

les voisins de table

débiter des banalités

*

S'émouvoir

à la seule présence

de nos semblables

et quels qu'ils soient

les remercier en secret

d'exister

*

Abdellatif Laâbi.

1- ladifference.fr / 2- actualitte.com / 3- pinterest
1- ladifference.fr / 2- actualitte.com / 3- pinterest
1- ladifference.fr / 2- actualitte.com / 3- pinterest

1- ladifference.fr / 2- actualitte.com / 3- pinterest

4- dandapani.org

4- dandapani.org

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Un bon livre peut-être ?
commenter cet article

commentaires

thé âche 02/10/2016 11:01

splendide jacaranda, je lirai sous un arbre moins exotique

Topa 03/10/2016 05:59

Tout est relatif : les arbres de chez nous pourraient bien sembler "exotiques" aux yeux des habitants des tropiques...

Yves 02/10/2016 10:20

J'avais repéré ta note de lecture sur la Toile de l'un, me disant qu'il fallait que j'aille plus avant dans la connaissance d'Abdellatif Laâbi. Pas encore fait !

Topa 03/10/2016 05:56

Te connaissant, je crois bien que tu ne seras pas déçu, bien au contraire...

Minik do 02/10/2016 08:45

Sa poésie me touche.

Topa 03/10/2016 05:55

Sa profonde humanité est contagieuse...

photodilettante 02/10/2016 07:26

s'il le dit.. mais bon c'est si bien dit

Topa 03/10/2016 05:52

Position d'équilibre...