Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2016 6 10 /09 /septembre /2016 04:04

Jacqueline PERSINI : Cascades et séquoias, éditions Unicité.

Impressions de voyage après une visite dans le parc de Yosemite, aux U.S.A, plus précisément à l'est de la Californie. Voici un ensemble de courts poèmes (entre 2 et 8 vers au maximum) qui, comme le titre du recueil l'annonce, s'organisent en deux parties opposées. Les cascades (du latin « cascare » = tomber) évoquent bien sûr le domaine de l'eau, la chute, la loi de la pesanteur, une flèche dirigée vers le bas. À l'inverse, les séquoias (mot hommage à Sequoyah, chef indien cherokee) symbolisent le domaine de l'air, l'élévation, l'aspiration, une flèche dirigée vers le haut.

Interrogations tous azimuts devant le spectacle sans cesse renouvelé de cet écoulement sans fin :

Dans leur voile

De mariée

Où vont-elles ?

Les cascades.

Ou encore à l'écoute de dialogues secrets :

Quelles histoires

Racontent les rocs

Pour adoucir un peu

La violence des tourbillons ?

Méditation quasi-philosophique pour appréhender la chute d'eau dans sa permanence au monde :

Dans leurs bruits de langue

Les cascades conservent

Tous les dialectes de la terre

Complice des morts et

Des étoiles qui naissent.

Prise de conscience de la place de l'homme, ridiculement minuscule, au pied de ces géants végétaux, maîtres de l'air et du temps. (Rappelons-nous que les séquoias peuvent dépasser 120 mètres de hauteur dans leur milieu naturel et que certains d'entre eux vivent plus de 3.000 ans !)

Vent, pluie, soleil

Ne les tuent pas

Ces presque humains

Remarquables

Qui font des pieds de nez

Au ciel pendant que

Passent les hommes.

Le point de convergence entre les cascades et les séquoias est sans doute à rechercher dans le même chant de la beauté. Depuis toujours, elles/ils continuent de nous parler, pourvu que, comme la poète Jacqueline Persini, nous sachions tendre l'oreille, le corps et le cœur.

Principalement gris ou sépia, les dessins de Pierre Delcourt épousent les mouvements du poème avec justesse et discrétion.

1 à 4 : scan
1 à 4 : scan
1 à 4 : scan
1 à 4 : scan

1 à 4 : scan

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Un bon livre peut-être ?
commenter cet article

commentaires

Yves 11/09/2016 09:48

Séquoia sépia, je trouve quelque chose de la grandeur de l'arbre aux dessins de Pierre Delcourt.

Topa 11/09/2016 10:20

Ta remarque est juste... Gageons qu'elle va prendre de la hauteur...

photodilettante 10/09/2016 21:31

j'aime beaucoup le texte 2..

Topa 11/09/2016 06:37

Eternelle question sur le "dialogue" entre la pierre et l'eau...

Jackie 10/09/2016 16:28

Merci pour ce beau partage

Topa 11/09/2016 06:35

Merci Jifou...
Un des buts de ce blog est de partager nos lectures et nos coups de coeur...

thé âche 10/09/2016 11:12

merci pour cette info, ce me semble à noter dans un coin de la mémoire

Topa 11/09/2016 06:33

Oui, ne nous plaignons pas de l'abondance des (bons) livres de poésie !...

Minik do 10/09/2016 08:09

Bel hymne à la nature.

Topa 11/09/2016 06:32

Sacrée nature. Nature sacrée...