Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 août 2016 6 27 /08 /août /2016 04:06

Ne faisons pas le malin ni le savant : j'avoue ne pas connaître le poète Yves Bonnefoy, récemment disparu. Quelques (bonnes) infos par ici : http://www.lemonde.fr/disparitions/article/2016/07/01/mort-d-yves-bonnefoy-poete-traducteur-et-critique-d-art_4962338_3382.html

Je ne connais qu'un seul poème, très beau :

+

Passant,

regarde ce grand arbre

et à travers lui

il peut suffire.

Car même déchiré, souillé,

l'arbre des rues,

c'est toute la nature,

tout le ciel,

l'oiseau s'y pose

le vent y bouge, le soleil

y dit le même espoir

malgré la mort.

 

Philosophe,

as-tu chance d'avoir l'arbre

dans ta rue,

tes pensées seront moins ardues,

tes yeux plus libres,

tes mains plus désireuses

de moins de nuit.

+

Yves Bonnefoy (La longue chaîne de l'ancre)

+

(Notes :

1- image n° 2 : l'arbre bleu, peinture d'Alechinsky)

2- image n° 3 : date de naissance fantaisiste : Y. B. est né en 1923...)

1- pariscotejardin.fr / 2- travelfranceonline.com / 3- mortdhomme.hautetfort.com
1- pariscotejardin.fr / 2- travelfranceonline.com / 3- mortdhomme.hautetfort.com
1- pariscotejardin.fr / 2- travelfranceonline.com / 3- mortdhomme.hautetfort.com

1- pariscotejardin.fr / 2- travelfranceonline.com / 3- mortdhomme.hautetfort.com

Partager cet article

Repost0

commentaires

C
Ne connaître qu'un seul poème qu'on trouve très beau, ce n'est pas rien.
Répondre
T
Voilà un commentaire d'une extrême gentillesse... Merci !
M
Beau poème de Yves Bonnefoy, j'aime<br /> L'allée des arbres en fleurs, j'aime<br /> Tous les arbres je les aime<br /> Certains plus que d'autres......<br /> Ceux qui me parlent comme celui de Didier Van Cauwelaert (Le journal intime d'un arbre)
Répondre
T
Amour partagé par chez moi, tu l'auras sans doute remarqué....
T
avec un nom tel que le sien on lit sans sans se poser de questions sur la légitimité de l'écriture elle même
Répondre
T
En effet, son nom est de bon augure...
L
Ma préférence pour "Les planches courbes" une toute petite nouvelle qui sent les écrivains du Rhône à plein nez. Et puis aussi ce récit d'une pièce de Shakespeare donnée grandeur nature la nuit en plein air (dans L'heure présente)
Répondre
T
Réponse au commentaire de 10 h 54 : c'est bien ce que j'avais compris...
L
Pas admirateur Topa, reconnaissant pour certains textes qui m'ont touché.
T
Ah ! ah ! nous avons affaire à un connaisseur, pour ne pas dire un admirateur...<br /> (J'ai avoué, dans mon préambule, avoir des lacunes en Bonnefoy...)
Y
Je suis venu tardivement à la rencontre d'Yves Bonnefoy, grâce à l'aimable pression de Yannick, conteur – il est capable d'en citer des poèmes de mémoire ! Le hasard a voulu qu'au début de l'été, à la médiathèque, je me charge de livres d'Yves Bonnefoy, juste avant sa disparition. Dans ma musette, il y a "La Longue Chaîne de l'ancre" dont tu extrais ce poème et "Raturer outre" qui commence par « [...] ces poèmes n'auraient pas existé, ce qui ne serait pas bien grave, mais je n'aurais pas su ce que quelqu'un en moi avait à me dire.» Pas bien grave, mais...
Répondre
T
"Il n'y a pas de hasard..." comme dit souvent ma voisine Clo'<br /> Cela dit, Bonnefoy m'a tout l'air d'être une référence en poésie...