Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 janvier 2016 7 17 /01 /janvier /2016 05:01

Un poète de plus à rejoindre le peloton des nuages...

Claude Burneau, membre fondateur des éditions Soc et Foc, en Vendée, nous a quittés début décembre 2015. Nous perdons avec lui un ardent défenseur de la poésie contemporaine, un militant engagé dans l'éducation populaire et un formidable rassembleur d'hommes.

Claude avait bien des cordes à son arc : enseignant, poète, éditeur, conteur, homme de théâtre, photographe, blogueur, organisateur d'événements autour de la chanson, animateur d'ateliers d'écriture, conseiller municipal évidemment, et j'en oublie, forcément.

Éléments de bibliographie :

- Rouge Nina, roman publié aux éditions du Petit Pavé, Instants d'Yeu, photos et haïkus, éditions Pays d'herbes, Comment tu vas le monde, éditions Gros Textes, Deux frères, livre de contes, éditions Unicité.

On pourra aussi le retrouver sur son site : http://www.claudeburneau.fr/

ainsi que sur son blog : http://tantvaletemps.over-blog.com/

Un blog extrêmement original : pendant une année entière, Claude a pris une photo tous les jours, au bout de son jardin vendéen, images prolongées par des notations poético-philosophiques...

Personnellement, je garderai longtemps le souvenir d'un homme souriant et accueillant, attentif aux autres, toujours prêt à donner un coup de main...

Claude Burneau est venu plusieurs fois au "Printemps de Durcet", par exemple en 2011. (cf. photos plus bas). A marquer d'une pierre blanche aussi, son organisation exemplaire de "la fête à Martine" (Caplanne), à la Flocellière, voici déjà dix ans.

Parmi les nombreux hommages qu'il a reçus, retenons celui d'Alain Boudet : « C'est tout Claude : vigilant, généreux, fraternel. »

Nos amitiés iront à son épouse Françoise, à toute sa famille ainsi qu'à la valeureuse équipe de Soc et Foc...

*

Ne crains pas le silence.

Il est plein.

Du babil des grillons

D’un envol de pigeons

D’un mulot qui s’enfuit

De guêpes sur des fruits

D’un tracteur dans un champ

Des caprices du vent

D’un ruisseau qui s’entête

De mille vies discrètes.


Ne crains pas le silence.

Habite-le.

Claude BURNEAU

(Durcet, chemin des poètes, 2011.)

**

Avant ta naissance

J’ai connu une ville

Une ville coupée en deux

Par un mur pour séparer

Par un mur pour exclure

Mur de la honte on le nommait

Un jour on a détruit ce mur

Et ce jour-là un violoncelle

A chanté la liberté

Et nous avons chanté aussi

*

Depuis ta naissance

On a construit d’autres murs

Des murs pour séparer

Des murs pour exclure

Des murs que l’on ne nommait plus

Le violoncelle s’est tu

Nous avons laissé faire

Nous n’avons pas assez crié

Notre indignation

*

Le jour où on les détruira

Ces murs pour séparer

Ces murs pour exclure

J’aimerais tant que tu sois là

Que tu chantes la liberté

Et je chanterai avec toi.

Claude Burneau

(extrait de Cairns 18)

photos : 1- f.b. / 2- x. / 3- joëlle /
photos : 1- f.b. / 2- x. / 3- joëlle /
photos : 1- f.b. / 2- x. / 3- joëlle /

photos : 1- f.b. / 2- x. / 3- joëlle /

4 et 5- yves / 6- photo : flora
4 et 5- yves / 6- photo : flora
4 et 5- yves / 6- photo : flora

4 et 5- yves / 6- photo : flora

Partager cet article

Repost0

commentaires

M
Parti trop tôt.
Répondre
T
Oui, beaucoup trop...
M
rencontrer
Répondre
T
Dont acte !
M
Il est des poètes qu'on aurait aimé rencontré, j'accueille ses mots avec émotion et admiration.
Répondre
T
Merci, Monique, pour cet "accueil"...
T
les necro se suivent : R I P : Requiescat In Pace. @ +
Répondre
T
Il y a des périodes comme ça. Ce que les médias nomment "loi des séries"...
Y
Lors du Printemps 2011, au moment où Claude lisait le poème de "sa borne" – « ... D'un tracteur dans un champ » – un tracteur précisément s'activait dans le champ qui domine le chemin à cet endroit.
Répondre
T
Encore un témoignage précieux... Merci, Yves.