Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 04:00

Fin mai, en allant lire des poèmes avec Luce (Guilbaud) à Beuvry, maison de la poésie du Nord/Pas-de-Calais, j'ai eu l'occasion de revoir Arlette Chaumorcel.

Un article de "la voix du nord" pour faire connaissance avec cette Bretonne d'origine, devenue au fil de temps, une personnalité ancrée dans son territoire nordiste :

http://www.lavoixdunord.fr/region/merville-les-poemes-d-arlette-chaumorcel-ont-maintenant-ia18b47658n1198575

Je vous propose deux de ses poèmes, extraits du numéro 57 de la revue "Chiendents", éditions du Petit Véhicule, Toute une nuit passée à battre la lumière, avec des photos de Francis Chaumorcel.

*

Il jeta quelques traits

invoqua la forêt

entendit le verdier

briser l'ombre sur l'arche

De vieux murs s'écroulèrent

La grand-faim déserta

Il naquit un pommier

dans la main d'un soldat

Le jour prit sur la marche

un accent de lumière.

A. C. (Visages traversés)

*

Portrait d'auteur

Au vrai

dans l'herbe et l'eau

je suis cet âne heureux

qui se ferme les yeux

pour compter les étoiles

qui remue les oreilles

quand il tombe un silence

et qui ouvre la bouche

quand il pleut des chardons.

A. C. (Anodines)

1 et 2 : lepetitvehicule.com
1 et 2 : lepetitvehicule.com

1 et 2 : lepetitvehicule.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Poème
commenter cet article

commentaires

Minik do 30/06/2015 15:56

J'aime beaucoup.

Topa 30/06/2015 16:25

Merci pour elle, Minik...

thé âche 29/06/2015 10:57

j'aime cette poésie où les raccourcis nous font franchir des abimes et cerner plus vite l'essentiel . @ +

Topa 30/06/2015 05:47

Bien vu, Thierry...

Yves 29/06/2015 10:02

" Il naquit un pommier
dans la main d'un soldat "
Ou comment ne pas désespérer de l'homme.
France Inter rapportait (peut-être le 7/9 de dimanche) que les armées romaines contribuèrent à l'extension de la culture des cerisiers qu'ils emportaient dans les conquêtes.

Topa 30/06/2015 05:46

Comme son nom l'indique, le geai des chênes est aussi connu pour être un auxiliaire précieux de la propagation des "Quercus" sur le territoire...
Cela dit, les deux vers d'Arlette que tu mets en avant sont magnifiques...

Cristophe 29/06/2015 09:08

Émouvante dans l'article en lien l'histoire de l'écriture de "La grenouille saute, saute".

Topa 30/06/2015 05:42

Oui, on aimerait avoir plus souvent des articles de journalistes dits "locaux" d'une aussi belle tenue...

Laurent 29/06/2015 07:34

Le second aurait plu à un certain Anatole (hum!)

Topa 30/06/2015 05:40

Tu as raison... D'ailleurs, le fond de l'air est frais...