Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 avril 2015 6 18 /04 /avril /2015 04:07

La balise 3 se niche dans une section du chemin toujours très humide. Pourquoi donc ?

Tout simplement parce qu'un ruisseau coule en son milieu, plus ou moins large selon la saison.
(Joëlle a une belle collection de gens en train de l'enjamber très élégamment.)

C'est là que Chantal Godé-Victor nous invite à faire du tri...

(Rappel pour les distraits : le tri est toujours sélectif !...)

dessin : martine, photos : yves, joëlle
dessin : martine, photos : yves, joëlle
dessin : martine, photos : yves, joëlle
dessin : martine, photos : yves, joëlle

dessin : martine, photos : yves, joëlle

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Chemin des poètes
commenter cet article

commentaires

Yves 19/04/2015 22:57

Du bonheur à être de la fête.
– Même sous la pluie ?
– Quelle pluie ?

Topa 20/04/2015 07:04

- Celle qui tombe "en pesant bien ses gouttes" peut-être...

Cristophe 18/04/2015 12:25

Un poème qui va bien à un endroit où le ruisseau nettoie le chemin.

Topa 19/04/2015 06:21

Parfaitement bien vu ! Ce ru est une bénédiction ! Il empêche "naturellement" les quads de démolir le chemin...

(Merci d'avoir mis un lien sur ton blog...)

Flora 18/04/2015 10:46

"Je est un autre" me dit Thuthur Rimbaud assis à la terrasse du café d'en face car::
" Si stupide que soit son existence, l'homme s'y rattache toujours. "

Topa 19/04/2015 06:18

"Ce Thuthur, il en avait sous le gilet !...", me disait encore ma voisine de palier quand je l'ai croisée dans l'escalier de 22 heures 43...

thé âche 18/04/2015 09:30

ce pourrait devenir le tri attelons si le ciel s'en mêle, à ranger du côté des possibilités ?

Topa 18/04/2015 19:59

Mais, c'est bien sûr ! ...
Avec les triglycérides et le tricotin de notre enfance...