Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 05:01

Dans cette rubrique "Nom d'un poète !", il arrive parfois de (bonnes) surprises...

Claude Vercey m'avait envoyé la photo ci-dessous : une papeterie Guilbaud, sise à Bordeaux.

Entretemps, je croise la poète (et peintre) Luce Guilbaud au salon jeunesse de Montreuil et je lui demande innocemment si elle n'avait pas quelques poèmes sur le thème du papier à me confier...

Elle vient de m'en envoyer plusieurs, relevés dans ses livres, plus deux ou trois inédits !...

Vous en aurez donc la primeur...

________________________________________________________________________

les mots pense-bête sur papiers volants

petites notes pour se souvenir

mais les papiers volants

ça s’envole

ça s’égare

ça s’en va

où ? on ne sait pas

on perd ses notes on perd ses mots

petits bouts de mémoire effacée

sur papiers oubliés.

Luce Guilbaud.

Par les plumes de l’alouette. Corps puce 2013

_______________________________________________________________________

Saisir une feuille et ses multiples

poser des couleurs et des mots

parce que la transparence de l’eau

transforme nos mains

parce qu’il y a des touches de violet

près du vert des feuilles

parce qu’un peu de bleu voisine

le blanc des fleurs de cerisier…

Luce Guilbaud

(inédit)

_____________________________________________________________________

Signalons au passage que Guilbaud, c'est aussi un aviateur, une entreprise de bâtiment, des viticulteurs, une marque de cheminées, un notaire, une journaliste et, sans doute etc.

-1- photo : claude vercey / -2- festrad.com / -3- essentiam.fr
-1- photo : claude vercey / -2- festrad.com / -3- essentiam.fr
-1- photo : claude vercey / -2- festrad.com / -3- essentiam.fr

-1- photo : claude vercey / -2- festrad.com / -3- essentiam.fr

Partager cet article

Repost0

commentaires

Y
Suite du commentaire précédent trop pressé de paraître.
 
Imaginait-on Luce si coquine ?
Une recherche avec ces données [ "luce guilbaud" acrostiche ] nous affiche :
« Dans le brouillard j'ai vu sa queue. Luce Guilbaud ... »
On pourra vérifier. Je dis ça, je dis rien. Si, j'embrasse Luce.
Répondre
T
L'acrostiche complet, le voici :
Une ombre ?



Robe de feu

En traversant les bois

N’est-il qu’une ombre ?

Au bord du chemin

Rapide rusé roublard

Dans le brouillard j’ai vu sa queue.



Luce Guilbaud
Y
Sur internet
Dans le brouillard j'ai vu sa queue. Luce Guilbaud ...
Répondre
T
C'est énigmatique...
M
Joli "corpus" de poèmes
en prenant soin de ne pas faire de faux plis pour éviter qu'ils ne s'envolent au vent
en prenant soin de la couleur des mots pour qu'ils ne déteignent pas dans l'oubli d'une mémoire fragile.
Le papier est aux écrivains ce que le tissu est aux couturières
La poésie et l'élégance y trouvent leur support sous les doigts de ces maîtres en quête de beauté.
Répondre
T
Merci, Monique, c'est bien dit !...
T
quand un poète rencontre une autre poète ils se disent des vers de papier.
Répondre
T
Echange de bons procédés, manière de se donner des nouvelles...
C
N'y a t-il pas aussi une ceinture Guilbaud ?
Mais ici, à lire, aucune raison de se faire ceinture.
Répondre
T
Ah ! non, la ceinture, c'est Gibaud !...