Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 04:03

Bon, c'est un véritable feuilleton !...

Sur ce blog, je vous avais parlé d'une lettre de l'ambassade, m'informant que le dénommé Naojo était, je cite, "inconnu au Japon" !... (à relire par ici :http://biloba.over-blog.com/2014/05/des-nouvelles-de-naojo.html )

Eh ! bien, je viens de recevoir au courrier une missive signée par Naojo lui-même !...

(Regardez de plus près les documents ci-dessous...)

Vous imaginez le choc ! Et l'honneur qui m'est fait ! Je dois bien être le seul au monde à qui chose pareille arrive !...

Je vais avoir besoin de plus d'un verre de saké pour m'en remettre...

Cela vaut bien une "icône souriante"...

documents personnels + oeufs-autruche.net
documents personnels + oeufs-autruche.net
documents personnels + oeufs-autruche.net
documents personnels + oeufs-autruche.net

documents personnels + oeufs-autruche.net

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans actualités
commenter cet article

commentaires

Cristophe 17/06/2014 07:35

En lisant le texte japonais, aux "drôles de tournures" comme font les outils informatiques de traduction, j'ai compris que c'était un canular.

Topa 17/06/2014 07:51

Réponse illico : le "canular" ne réside pas dans la traduction, mais dans l'existence même de ce fameux Naojo !...

Flora 16/06/2014 09:41

Ce Naojojo-là te jappe au nez !

Topa 17/06/2014 07:25

Dans l'édition originale d'"Itinerrances", on doit déjà trouver ce jeu de mots...

thé âche 16/06/2014 09:23

ouf la traduction est associée, le net c'est bien, imagine du temps de la marine à voile.

Topa 17/06/2014 07:23

La traduction a été vérifiée par une personne compétente, diplômée de japonais...

Yves 16/06/2014 08:40

Ne tenons pas compte de ce "** Qu" qui traîne en fin de commentaire précédent.

Topa 17/06/2014 07:21

Ne te bile pas, y'a souvent des trucs comme ça qui traînent ici ou là...

Yves 16/06/2014 08:38

Je me réjouis pour toi.
À la lecture de ce courrier de Naojo, je pense – quelle imagination fertile ! – que le poète a pu lire, par delà les cultures, un poète italien, au destin tragique et à l'œuvre tout aussi fine, discrète – et rare – : Alea Ripolin dont Nonna et toi nous avait fait découvrir les "Ponts", il y a quelques années.

** Qu

Topa 17/06/2014 07:20

Merci pour ta première phrase...
Pour la deuxième, n'inverse pas les rôles : j'assume (joyeusement) la "paternité" d'Aléa Ripolin, mais pour Naojo, je suis la "victime" de cet excellent gag littéraire !...