Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2014 6 05 /04 /avril /2014 04:01

Trouvé cette expression dans le Dictionnaire normand-français, éditions Norep :

"envier à ch'nope"

Si vous ne la connaissez pas, je vous propose trois possibilités :

1) ch'nope, contraction de chenope, est un récipient de capacité variable selon les régions, susceptible de contenir un liquide, proche ou équivalent de la cervoise.

Des Normands pensent que ce mot est à rapprocher de hanap, d'autant plus qu'une commune de l'Orne porte le nom de "Vingt Hanaps"...

Exemple : "- Tu bois une ch'nope ?" (Pierre Brasseur)

2) ch'nope est un encouragement crié à un sportif en compétition, correspondant à peu près à : "Allez !", "Vas-y !", "Bravo !"

Dans la Suisse auvergnate (Eh ! quoi, on a bien la Suisse normande...), quand le Tour passe par là-bas, on entend distinctement sur les bas-côtés de la route : "Ch'nope ! ch'nope ! ch'nope !..."

3) ch'nope, c'est simplement le lit dans lequel on dort. Ce mot, principalement en usage dans le Val de Saire, viendrait du nom, légèrement déformé, d'un fabricant de bat-flancs, un certain Chenopied, célèbre en son temps dans la Manche.

Exemple : "L'fisset est co' rintré dans la chivyire à rouelle hyère au sé, i' n'pouvait pus marchi reide byin. J'l'ai envié à ch'nope..."

(ce qu'on peut traduire approximativement par : Le fiston est encore rentré en brouette hier soir, vu qu'il ne pouvait plus marcher correctement. Je l'ai envoyé au lit.)

sources : estalenconnais.canalblog.com, brest.maville.com, ateliergribouill.canalblog.com
sources : estalenconnais.canalblog.com, brest.maville.com, ateliergribouill.canalblog.com
sources : estalenconnais.canalblog.com, brest.maville.com, ateliergribouill.canalblog.com

sources : estalenconnais.canalblog.com, brest.maville.com, ateliergribouill.canalblog.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans La vie des mots
commenter cet article

commentaires

Yves 06/04/2014 12:02

Une citation authentique, mais qu'on ne demande pas de l'expliquer, ni même de tenter de l'expliquer :
 
« Rg 4 : faites 3 ml (= 1re b), 1b dans ch b, dans ch esp et dans ch nope jusqu'aux ml pour tourner, 1 b dans la 3e ml pour tourner (212 b), tournez.»*
 
Le crochet pour les nuls, Karen Manthey, Susan Brittain, Julie Armstrong Holetz, éd. First-Gründ, 2012 (3e partie, chapitre 10)

Topa 07/04/2014 07:38

La langue des crocheteurs et crocheteuses a bien des mystères... (Marcel Cerdan)

Cristophe 05/04/2014 12:26

Ce n'est pas du chti ?

Topa 06/04/2014 06:56

Non, c'est du normand du val de Saire !...
On peut s'y tromper car il y a un cousinage entre notre patois et celui du Nord.
Quand j'étais étudiant, le prof nous parlait du normano-picard...

Minik do 05/04/2014 08:17

Plutôt spartiate,
ta chambre d'hôte...

Topa 06/04/2014 06:53

C'est un bat-flanc de chez "Chenopier" !...
(En réalité, il vient d'une prison, peut-être même du bagne...)

telos 05/04/2014 07:14

une bonne biture parfois dans cette chienne de vie ça fait du bien l'espace d'un instant

Topa 06/04/2014 06:49

C'est pas faux !...