Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 05:02

Il y a peu de temps, j'étais à Dijon pour une lecture de poèmes... (article à retrouver par ici

http://biloba.over-blog.com/2014/01/tempo%C3%A9sie.html )

L'occasion de revoir le poète Yves-Jacques Bouin, lequel vient de faire paraître deux livres coup sur coup : Un Bouin, c'est tout (éditions l'improviste) et Je crois que tout n'est pas fini je vole (éditions Rhubarbe).

Extrait :

Les Boui

A Pierre Autin-Grenier

C'est immédiat, lorsque j'entre dans une librairie - ô vanité des vanités ! délaissant les A de gauche et les C de droite, je ne peux que diriger mon regard vers les rayons des livres qui attendent les convoitises du chaland sous la poitrine opulente du B. Les Ba, les Be, les Bi, les Bu sont écartés d'un coup d'oeil. Mon intérêt se porte, quasi naturellement vers les Bo, évacuant les Bo-a d'un revers de paupière; les Bo-e sont méprisés; les Bo-i, je n'en ai cure; les Bo-o, je m'en bats l'oeil. Mais les Bou, ah les Bou ! Qui nous parlera de la volupté des Bou ? Je passe sur les Bou-a, les remarque à peine; je glisse sur les Bou-e, les Bou-o m'exaspèrent, m'indiffèrent les Bou-u, consonances tout juste bonnes pour l'étagère des auteurs étrangers. Mais bientôt, les Bou-i me sourient, les Bou-i dans leur lumineuse splendeur me sautent entre les doigts; je m'en rengorge la glotte, je m'en enroule le pavillon, je m'en pique la rétine, je me les tripote les Bou-i, j'en jouis en catimini dans les encoignures des rayonnages. Le Boui possède cette qualité suprême entre toutes qu'il attend son N, il l'appelle de ses deux syllabes : Bou-i, il lui dit oui de toutes ses voyelles. O bleu, U vert, I rouge. Mais voilà : N se fait attendre au bout de Boui. Impossible de mettre la main dessus. Ce N qui me rendrait indiscutablement présent brille par son absence. Comment ! je fus donc oublié sous les mamelles prometteuses de B ! Le dépit m'anime soudain, la colère m'envahit, je crierais bien à la faute professionnelle; je regarde le libraire d'un oeil torve, j'écarte les livres de part et d'autre pour ménager un emplacement vide, faire état d'un manque; précisément, à cet endroit, (a-t-on pu commettre un tel manquement à mon endroit ?) ne se trouvent pas quelques ouvrages conséquents qui feraient l'orgueil de cette officine, que je ne plus m'empêcher de trouver en dernier examen, assez minable. Je sors en claquant la porte, exprès, sans avoir rien acheté, sous la mine ahurie du vendeur.

Je rencontre sur le trottoir, un vieil ami : -Ah ! tu étais encore fourré là, me dit-il, je ne te comprends pas; à ce point féru de littérature, tu devrais écrire, essayer au moins. Pense à la volupté que l'on doit ressentir : entrer chez le libraire, se diriger discrètement vers le rayon de ses propres oeuvres, surprendre quelque acheteur un de ses livres à la main. Ne crois-tu pas ?

Ecrire ? Oui, c'est une idée. Il faudra que j'y pense sérieusement, tout du moins pour éviter ces dépenses inutiles d'adrénaline.

Mais la notoriété est parfois si encombrante; peut-être devrais-je songer aussi à changer de nom afin de pouvoir devenir célèbre incognito.

Yves-Jacques BOUIN, Un Bouin, c'est tout, éditions l'improviste.

1- p-i-sageinterieur.fr 2- archives.vendee.fr
1- p-i-sageinterieur.fr 2- archives.vendee.fr

1- p-i-sageinterieur.fr 2- archives.vendee.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Touzeil - dans Poème
commenter cet article

commentaires

Jeanmi 23/02/2014 09:50

Moi je vous recommande les R comme ROCHE et à compter de fin mars son 4e livre LA PIERRE DE SANG visible sur : http://www.polarspavillonnoir.com/product/PIERRE-DE-SANG-Jean-Michel-ROCHE:

Topa 22/04/2014 05:53

Enchanté, "cousin" !
(J'aurais dû dire "québécois", c'est ça ?)

Bouin est aussi une petite ville de Vendée.
(Des renseignements par ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Bouin_%28Vend%C3%A9e%29)

Mika 21/04/2014 19:55

Vous êtes prompt à la réponse...Non, on ne peut pas les conforme en raison de leur prénom.
Pour tout vous dire le "canadien" c'est moi.

Topa 20/04/2014 23:42

On ne peut pas les confondre car Yves-Jacques n'est pas votre prénom, il me semble...
Cela dit, l'homonymie est chose fréquente : un entérologue canadien porte à la fois votre nom et votre prénom !

Mika 20/04/2014 20:51

Dans les poètes Bouin il y a un autre, plus petit c'est vrai:
Mickael Bouin: L'abîme et le rivage.

Topa 23/02/2014 14:48

Voilà une façon très cavalière de faire parler de soi !...

tilk 23/02/2014 01:16

vraiment sympa cet article...bien que j'ai eu beaucoup de mal à le lire...je suis toujours en rééducation...mon AVC m'a fait vraiment du mal ...
amitié
tilk

Topa 23/02/2014 07:26

Merci Fernando.
J'ai essayé de "grossir" un peu les caractères du poème, mais ma maîtrise technique reste très limitée...

thé âche 22/02/2014 11:22

quelque fois c'est le pseudo qui choisit alors c'est la re-nommée : la notoriété des poètes est souvent posthume (à quelques exceptions). @ +

Topa 23/02/2014 07:24

Ta dernière réflexion fait froid dans le dos !...
Cela dit, le poète ne cherche pas toujours la notoriété, heureusement !...

Yves 22/02/2014 11:15

Comme quelques commentateurs de bon conseil, invitons l'ami Bouin à s'offrir un pseudonyme. Qu'il reste dans les B, puisque c'est là, qu'en librairie, il se dirige de prime abord. Au choix : Baudelaire, Breton (attention, pas Petit-Breton, même si ce n'est pas affaire de taille), Bonnefoy, Butor, Bosquet (belle manière de se planquer), Boulanger, Brémond, Queneau (qu'on n'a pas rangé à sa juste place), Biga, Belleau, Borne, Brindeau, Béalu, Bérimont, Blaine.

Topa 23/02/2014 14:54

Voir "Rouge Nina", aux éditions du Petit Pavé...

Claude 23/02/2014 14:20

Je cherche Burneau dans la liste... Rouge de colère, je me calme bien vite : encore eût-il fallu que j'écrevisse.

Topa 23/02/2014 07:22

Bel empilement de poètes en B !
L'ordre alphabétique reste un ordre au moins contestable...

Minik do 22/02/2014 10:19

le bon Boin est déjà pris,
reste le Boin d'honneur...

Topa 23/02/2014 07:17

Cela n'a pas de prix !...